Deux syn­di­ca­listes en burn-out

Des dé­lé­gués syn­di­caux vic­times de burn-out ? C’est la mésa­ven­ture sur­ve­nue à deux sa­la­riés d’Eure Habitat qui se disent, en in­terne, vic­times de pres­sions de la part de leur di­rec­tion !

Eure Infos - - La Une - A.Guillard

Les pro­blèmes fi­nan­ciers que tra­verse, ac­tuel­le­ment, Eure Habitat at­ti­se­raient-ils les ten­sions ? C’est du moins le sen­ti­ment de Ch­ris­tian Pa­vec, dé­lé­gué syn­di­cal CFDT.

« De­puis plu­sieurs se­maines, la di­rec­tion mul­ti­plie les formes de har­cè­le­ment, sans doute dans l’es­poir de nous mu­se­ler. Il est vrai que nous sommes ma­jo­ri­taires à 75 %, et que nous pe­sons d’un cer­tain poids dans l’or­ga­ni­gramme du bailleur so­cial » re­ven­dique l’in­té­res­sé qui, au même titre que sa col­lègue syn­di­quée Na­ta­cha Hecq, se dit l’ob­jet de mails et cour­riers hu­mi­liants.

Se­lon lui, la di­rec­trice gé­né­rale Béa­trice Greffe - nom­mée en dé­but d’an­née en lieu et place de Gilles Gal - exer­ce­rait même un chan­tage aux ré­mu­né­ra­tions. « Elle me­nace de s’en prendre à nos sa­laires, car elle es­time que nous abu­sons des dé­lé­ga­tions syn­di­cales. »

« On dé­range ! »

Élu de longue date, Ch­ris­tian Pa­vec dé­nonce, pêle-mêle, l’ab­sence de loyau­té sur les né­go­cia­tions et l’en­trave à la li­ber­té syn­di­cale.

« À l’évi­dence, on dé­range » sug­gère l’in­té­res­sé, usé par un cli­mat so­cial dé­té­rio­ré. La preuve : Na­ta­cha Hecq et lui viennent de vivre le dou­lou­reux épi­sode du burn-out. « Con­sé­quence, nous avons dû ces­ser le tra­vail pen­dant deux mois. »

La si­tua­tion est à ce point ten­due que l’Ins­pec­tion du tra­vail a di­li­gen­té une en­quête. Et elle de­vrait rendre ses conclu­sions

« Il y a plu­sieurs conten­tieux en cours. Mais je vous ga­ran­tis qu’on a d’ores et dé­jà ma­tière à al­ler aux Prud’hommes » Une épée de Da­mo­clès sup­plé­men­taire au­des­sus de la tête du bailleur so­cial… même si la di­rec­trice ad­met une « re­la­tive em­bel­lie éco­no­mique. »

Con­cur­rence syn­di­cale

Béa­trice Greffe s’ap­puie sur les ré­formes de struc­tures ac­tuel­le­ment me­nées par les ac­teurs d’Eure Habitat pour tendre vers le re­dres­se­ment, « la si­tua­tion res­tant tou­te­fois ex­trê­me­ment fra­gile. »

Le constat vaut éga­le­ment pour le «conflit» qui l’op­pose au syn­di­cat de M. Pa­vec qui, de­puis 10 ans, se plaint d’un cli­mat so­cial dé­té­rio­ré mal­gré les chan­ge­ments à la pré­si­dence ou à la di­rec­tion (sic) !

« En fait, la CFDT tient, sur­tout, à s’af­fi­cher comme le pre­mier op­po­sant à toute évo­lu­tion de l’Of­fice. D’ailleurs, elle sup­porte mal la pré­sence de deux syn­di­cats ré­for­ma­teurs dans l’en­tre­prise, à sa­voir FO et la CGC avec les­quels nous n’avons au­cune dif­fi­cul­té à dia­lo­guer » Fer­mez le ban…

Pour la di­rec­trice Béa­trice Greffe, la CFDT sup­por­te­rait mal la «con­cur­rence» avec les autres syn­di­cats.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.