De Cor­tanze

GP Racing - - Technique/ Châssis -

Les mo­tos Elf et l’in­gé­nieur An­dré de Cor­tanze, quelle aven­ture ! Alors en poste chez Re­nault F1, pas­sion­né de mo­to qu’il est, de Cor­tanze s’em­ploie à ex­tra­po­ler la ci­né­ma­tique un de­mi- train de voi­ture vers une mo­to. Le sys­tème se ré­sume en deux bras os­cil­lants su­per­po­sés re­ce­vant le moyeu et les pi­vots char­gés de gui­der la roue. Nous sommes en 1978, la pre­mière mo­to Elf/ de Cor­tanze est née. Elle se nomme Elf- X et ex­ploite, en plus de son train avant si spé­ci­fi que, un mo­teur 4- cy­lindres 2- temps de Ya­ma­ha TZ 750. La Elf- X se ca­rac­té­rise éga­le­ment par son ré­ser­voir pla­cé sous le mo­teur et ses quatre échap­pe­ments pas­sant par- des­sus le mo­teur ! Mo­to- la­bo­ra­toire par ex­cel­lence, son dé­ve­lop­pe­ment sur piste fut confi é à Michel Rou­ge­rie. Pour di­verses rai­sons et contraintes tech­niques, l’as­so­cia­tion entre la par­tie- cycle et le mo­teur TZ se­ra aban­don­née pour se di­ri­ger vers celle qui se fe­ra ap­pe­ler la Elf- E ( l’ap­pel­la­tion X n’étant pas non plus sans contra­rier les gens de chez Mi­che­lin puis­qu’ils l’uti­lisent pour dé­ter­mi­ner la car­casse de type ra­dial). Nous sommes en 1980 et la voi­là qui fait ses dé­buts en en­du­rance avec un 4- cy­lindres en ligne 4- temps 1000 cm3 d’ori­gine Hon­da. Comme pi­lotes de la Elf- E, nous pou­vons ci­ter, entre autres, Ch­ris­tian Le Liard, Wal­ter Vil­la, Her­vé Guilleux, Jacques Bolle, etc. No­tons au pas­sage la pre­mière vraie per­for­mance si­gnée par la Elf- E qui, au Bol d’Or 1981, se place en 9e po­si­tion lors des qua­li­fi ca­tions grâce à un Ch­ris­tian Le Liard des plus à l’aise à son gui­don. Dès 1984, l’en­du­rance aban­donne les 1000 cm3 au pro­fi t des 750. Ain­si dé­marre l’épo­pée des Grands Prix cette même an­née pour Elf, avec la Elf 2, qui uti­li­sait alors le V3 500 cm3 2- temps de la Hon­da RS 500. En 1986, avec la Elf 3 dont la tri­an­gu­la­tion est to­ta­le­ment re­vue, le team re­crute Ron Has­lam qui si­gne­ra quelques belles per­for­mances à son gui­don avec, en point d’orgue, la vic­toire au GP de Ma­cau ( hors cham­pion­nat du monde). 1987, c’est au tour du V4 Hon­da 500 cm3 2- temps de prendre place dans le pro­to­type qui, pour l’oc­ca­sion, adopte l’ap­pel­la­tion Elf 4. La mutation vers le 4- cy­lindres n’ayant pas été si simple, Has­lam court une par­tie de la sai­son 87 au gui­don d’une Roc- Hon­da, équi­pée d’une fourche té­les­co­pique clas­sique. Au terme de cette sai­son, le duo Has­lam/ Elf ter­mine le cham­pion­nat à la 4e place der­rière Gard­ner, Ma­mo­la et Law­son. En 1988, mal­gré les évo­lu­tions ap­por­tées à celle qui se nomme dé­sor­mais Elf 5, la puis­sance fi na­le­ment en re­trait du V4 Hon­da ne per­met pas à Has­lam de faire mieux qu’une 11e place. L’aven­ture prend fi n au terme de la sai­son 1988 avec des ré­sul­tats en de­çà de ceux ima­gi­nés. Plus tard, – dès 1996 –, nous ver­rons re­ve­nir des mo­tos Elf en Grands Prix. Une ini­tia­tive à mettre au cré­dit du même Serge Ros­set ( créa­teur de la so­cié­té Roc) qui avait re­joint l’aven­ture Elf dès 1986. Sauf que là, les mo­tos re­viennent à des so­lu­tions tech­niques conven­tion­nelles, iden­tiques à celles par­ta­gées par l’en­semble du plateau 500 d’alors. Au me­nu, fourche té­les­co­pique et V4 500 2- temps fabriqué par Swis­sau­to. En 1997, an­née de ces­sa­tion du projet me­né par Serge Rous­set, la Elf RocS­wis­sau­to pi­lo­tée par l’Al­le­mand Jur­gen Fuchs au­ra ac­cro­ché son meilleur ré­sul­tat lors du GP de Rio avec une 6e place. De Cor­tanze, de son cô­té, se tourne vers le sport au­to et y res­te­ra jus­qu’à la fi n de sa car­rière pro­fes­sion­nelle.

1- La Elf 3 de 1986 avec son mo­teur Hon­da 3-cy­lindres RS 500, pré­pa­rée pour Ron Has­lam. 2- L’in­croyable pro­to­type Elf-X de 1978 et son 4-cy­lindres en ligne Ya­ma­ha TZ 750 et ses 4 échap­pe­ments pas­sant par-des­sus. 3- Sorte d’ex­tra­ter­restre... 4- Le fa­meux train avant à double tri­angle su­per­po­sé des pre­mières générations mo­tos Elf ima­gi­nées par de Cor­tanze. 5- Ch­ris­tian Le Liard, en ac­tion sur la Elf-E d’en­du­rance à mo­teur Hon­da 4-cylndres, 4-temps, 1000 cm3. Pla­cé sous le mo­teur, le ré­ser­voir est un par­fait sup­port à spon­sors. 6- Le même Ch­ris­tian Le Liard au dé­part des 24 Heures du Mans 1983. 7- Her­vé Guilleux sur la se­conde Elf-E en­ga­gée sur les 24 Heures du Mans 1983. 8- La Elf-E à nu et res­tau­rée par Yves Ker­lo (Ker­lo­clas­sic). 9- Ron Has­lam sur sa Elf 3 en 1986 lors d’un GP.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.