SBK À DO­NING­TON

GP Racing - - Sommaire Gpracingn°8 - Par Jean-Ai­gnan Mu­seau.

Fo­cus sur les Fren­chies du Su­per­bike mon­dial : Baz, Guin­to­li, Fo­ret et Guar­no­ni.

Au terme du pre­mier tiers de la sai­son, deux des quatre pi­lotes fran­çais en­ga­gés dans le cham­pion­nat du monde de Su­per­bike étaient en­core en lice pour le titre mon­dial. Confron­ta­tion à dis­tance entre Baz, la jeune pousse, et Guin­to­li, l’homme d’ex­pé­rience.

CE N’EST PAS TOUS LES JOURS QUE DEUX FRAN­ÇAIS SONT EN LICE POUR UN TITRE DE CHAM­PION DU MONDE SBK

SI LES PI­LOTES FRAN­ÇAIS ONT LE VENT EN POUPE, LE RESTE DU MONDE NE S’EN­DORT PAS SUR SES LAU­RIERS

Lo­ris est l’un des quatre pi­lotes qui va jouer le titre mon­dial cette an­née » , as­sène sans l’ombre d’une hé­si­ta­tion Adrien Mo­rillas. L’an­cien pi­lote de Grands Prix re­con­ver­ti en team ma­na­ger a long­temps oeu­vré à la mon­tée en puis­sance du jeune Baz. Une po­si­tion qui peut tein­ter cette af­fi rma­tion d’une once de par­ti pris : « Il est en constante pro­gres­sion. Chaque course qui passe lui ap­porte un sur­croît d’ex­pé­rience, et comme c’est un gar­çon qui écoute, qui s’ap­plique et qui en veut, il n’y a pas de rai­son pour que ce­la s’ar­rête » , conti­nue Mo­rillas. Ob­ser­va­teur aver­ti de la vi­tesse mon­diale de­puis près de quinze ans, Éric Ma­hé n’est pas loin de pen­ser la même chose : « Il a la jeu­nesse et le ta­lent. Il a une mo­to d’usine et un co­équi­pier cham­pion du monde. Sa pro­gres­sion est gra­duelle. Lors­qu’il a eu le gui­don de la Ka­wa­sa­ki en cours de sai­son, il a su s’of­frir la lé­gi­ti­mi­té de pi­lo­ter une mo­to d’usine en dé­cro­chant une vic­toire. Il évo­lue dans un es­pace où il peut gran­dir... » , ana­lyse fi ne­ment ce­lui qui a en main les car­rières de Ran­dy de Pu­niet et de Jules Clu­zel de­puis leurs dé­buts. « Si tout se gou­pille bien, il peut avoir des chances de suc­cès dès cette an­née » , se mouille même Ma­hé. Fa­bien Rau­lo, in­gé­nieur fran­çais émi­gré à Am­ster­dam où il a un rôle de co­or­di­na­teur tech­nique pour l’en­ga­ge­ment de Ka­wa­sa­ki en vi­tesse, est di­thy­ram­bique sur le dé­but de sai­son de son pro­té­gé : « Il est très, très fort. Il a fran­chi une grande marche du­rant l’hiver. Cette pro­gres­sion au­rait même pu se pro­duire en fin de sai­son der­nière si sa chute au Nür­bur­gring ne l’avait pas han­di­ca­pé. »

SYKES A L’EX­PÉ­RIENCE, MAIS BAZ N’A RIEN À LUI EN­VIER

Une mon­tée en puis­sance dans la­quelle Rau­lo voit la plus belle des is­sues : « Il tra­vaille très, très fort. Sans re­lâche. Il dis­pose d’une très bonne mo­to et je me plais à pen­ser qu’il est en train de jouer le titre. » Fa­bien connaît bien Tom Sykes, le co­équi­pier de Baz : « Si Sykes a l’ex­pé­rience en plus, Lo­ris n’a rien d’autre à lui en­vier. D’ailleurs, il a dé­jà ga­gné face à Tom, mais aus­si face à Sylvain. » L’in­té­res­sé est aus­si sa­tis­fait de la fa­çon dont se dé­roule la se­conde sai­son com­plète qu’il dis­pute dans la ca­té­go­rie : « Nous sommes dans les ob­jec­tifs que nous nous étions fi xés » , com­mente- t- il so­bre­ment. Pour­tant, le pre­mier ren­dez- vous de la sai­son n’a pas été simple et plu­sieurs chutes ont émaillé la se­maine de tests qui pré­cé­dait la course de Phil­lip Is­land : « Prin­ci­pa­le­ment pour des rai­sons tech­niques » , ba­laye- t- il. Au­tant dire que le po­dium lors de la deuxième course était in­es­pé­ré. « D’au­tant que nous avons confi rmé ce ré­sul­tat dès la se­conde course en Ara­gon. Sur un cir­cuit que je n’aime pas. Et puis une nouvelle fois à Imo­la, là aus­si sur un tra­cé que je n’ap­pré­cie pas. Je suis res­té dans le sillage de Tom, sans pour au­tant pou­voir le dou­bler. Il avait une pe­tite marge sur moi. » À As­sen, il signe sa pre­mière pole po­si­tion. « J’étais super confi ant. » Dans des condi­tions de piste aléa­toires, il ne brille pas du­rant la pre­mière course. La deuxième, sous des trombes d’eau, il souffre et signe son plus mau­vais ré­sul­tat de l’an­née avec une sixième place : « Con­trai­re­ment à mes dé­buts avec la Ka­wa­sa­ki, je n’étais pas à l’aise sous la pluie jus­qu’aux es­sais de Do­ning­ton où je me suis sen­ti net­te­ment mieux. » Ce qui ajoute un mo­tif de sa­tis­fac­tion à une liste dé­jà bien rem­plie : « Chaque fois que je suis sur la piste, je suis avec les meilleurs. C’est ce qui a le plus pro­gres­sé. Il ne me reste plus qu’à avan­cer en­core sur le mouillé, et une fois que tout ce­ci ré­glé, ça ira pour le mieux ! » , conclut le Fran­çais qui était, au soir du cin­quième ren­dez- vous d’une sai­son qui en compte treize, troi­sième du cham­pion­nat ex æquo à la marque avec John­ny Rea, le se­cond du clas­se­ment.

DER­NIER TITRE FRAN­ÇAIS : RAY­MOND ROCHE EN 1990

À ce stade du cham­pion­nat, Sylvain Guin­to­li ac­cu­sait un re­tard de onze points sur son com­pa­triote. Mais pour au­tant, Sylvain n’a pas tou­jours été en dé­fi cit face à Lo­ris. « Il a même très bien dé­mar­ré la sai­son. Sa mo­to mar­chait par­fai­te­ment à Phil­lip Is­land, un cir­cuit où, pour réus­sir, il faut du grip dans le der­nier vi­rage afin de bien né­go­cier la ligne droite. Et même si l’Apri­lia a peu évo­lué cet hiver, con­trai­re­ment à la Ka­wa­sa­ki, elle a cette qua­li­té » , ex­plique Rau­lo. « Sylvain est ce­lui qui a le plus de moyens pour briller en termes d’ex­pé­rience et de matériel. Il bat Me­lan­dri tous les week- ends de­puis le dé­but. Je pense que c’est dé­jà un ob­jec­tif ac­quis. Il peut s’en fé­li­ci­ter. Mar­co, ce n’est pas un petit mor­ceau. Il a fait un top dé­but de sai­son, et je pense qu’il est dans son ta­bleau de marche pour al­ler jus­qu’au titre » , pré­cise Éric Ma­hé. Ce que d’ailleurs tem­père Guin­to­li : « L’Apri­lia de­mande un cer­tain temps d’adap­ta­tion, comme j’en ai eu be­soin en dé­but d’an­née der­nière. D’ailleurs, Ca­mier, Biag­gi ou La­ver­ty ont eu des pre­mières an­nées dif­fi ciles. C’est une ma­chine ex­clu­sive, très puis­sante et très phy­sique. Mais je ne doute pas que Mar­co s’y fasse ra­pi­de­ment. Il a la pres­sion pour son re­tour chez Apri­lia, marque avec la­quelle il a été cham­pion du monde ( Ndlr : 250 cm3 en 2002), et si je suis pour l’ins­tant ré­gu­liè­re­ment de­vant lui, il ne va pas tar­der à être com­pé­ti­tif. » Le Fran­çais ne s’at­tend d’ailleurs pas à une sai­son pai­sible : « Phil­lip Is­land s’est très bien pas­sé, certes. C’est un cir­cuit où j’ai tou­jours été à l’aise et sur le­quel l’Apri­lia se com­porte très bien. Glo­ba­le­ment, ça “clique” plus fa­ci­le­ment et je n’ai pas be­soin de mo­di­fi er grand- chose dans mon pi­lo­tage ou de ré­fl échir pour al­ler vite. Mais cette an­née, la concur­rence est plus pré­sente et le ni­veau s’est res­ser­ré. Si Sykes s’en sort bien, son co­équi­pier lui donne du fil à re­tordre et la Hon­da s’est mon­trée à la hau­teur. » De quoi en­tre­te­nir le sus­pense et les es­poirs d’un titre fran­çais. Ce qui n’est plus ar­ri­vé de­puis ce­lui de Ray­mond Roche en 1990...

LA KA­WA­SA­KI DO­MINE L’EVO, MAIS DU­CA­TI ET BMW NE SONT PAS LOIN

Lo­ris Baz et Sylvain Guin­to­li (n° 50) de­vancent Tom Sykes, le cham­pion du monde en titre sur le cir­cuit de Do­ning­ton.

1, 2 et 6 - Sylvain Guin­to­li mène des courses, monte sur des podiums, réus­sit ses séances qua­li­fi­ca­tives et do­mine son co­équi­pier Mar­co Me­lan­dri de­puis le dé­but de la sai­son. De plus, il a au­jourd’hui l’ex­pé­rience d’une sai­son avec l’Apri­lia. 3, 4 et 5- Lo­ris Baz conti­nue sa pro­gres­sion. L’ex­pé­rience ai­dant, il est au­jourd’hui clai­re­ment au ni­veau de son co­équi­pier sur le plan du pi­lo­tage. Au­teur de sa pre­mière pole po­si­tion sur le cir­cuit d’As­sen, il ne lui manque plus grand-chose pour pré­tendre au titre mon­dial... à tout juste 21 ans.

1- Jo­na­than Rea, ici dans la roue de Giu­glia­no, réa­lise le plus beau dé­but de sai­son de sa car­rière. Avec une Hon­da en plein pro­grès, il a dé­jà rem­por­té trois courses. 2- Avec deux dou­blés au comp­teur au tiers de la sai­son, Tom Sykes a confor­ta­ble­ment re­pris les rênes du cham­pion­nat. Le n° 1 mon­dial se ver­rait bien gar­der sa plaque la sai­son pro­chaine. 3- La greffe de Mar­co Me­lan­dri sur l’Apri­lia semble avoir du mal à prendre. Mais l’Apri­lia de­mande un temps d’adap­ta­tion cer­tain. 4- Si Da­vide Giu­glia­no manque en­core de ré­gu­la­ri­té, il pro­gresse aus­si vite que la Du­ca­ti. 5- Leon Has­lam est ré­gu­liè­re­ment do­mi­né par son co­équi­pier.

1- Da­vid Sa­lom do­mine la ca­té­go­rie Evo mais n’ar­rive pas en en­trer dans le Top 10 du cham­pion­nat. 2- Leon Ca­mier manque de réus­site pour être dans le coup. Dom­mage, la BMW semble être à la hau­teur de la Ka­wa­sa­ki. 3- Après un dé­part en fan­fare en Aus­tra­lie, Fa­bien Fo­ret marque le pas pour ce qui de­vrait être sa der­nière sai­son en vi­tesse. 4- Ra­pide, Jé­ré­my Guar­no­ni dé­çoit son en­tou­rage par un manque de rage en course.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.