Evo : Les Fran­çais ont du bou­lot

GP Racing - - Superbike -

Ca­té­go­rie test de ce que de­vrait être le Su­per­bike de de­main, l’Evo est en fait le croi­se­ment d’une par­tie-cycle de su­per­bike et d’un mo­teur stock­sport. Pas de quoi jouer aux avant-postes, mais suf­fi­sam­ment pour se per­mettre des coups d’éclat. C’est ce que réa­lise Da­vid Sa­lom, en­trant ré­gu­liè­re­ment dans le Top 10, sans tou­te­fois y ap­pa­raître dans le clas­se­ment pro­vi­soire, faute d’une ré­gu­la­ri­té suf­fi­sante. Ca­mier au gui­don de sa BMW – qui a rem­pla­cé au pied le­vé l’in­for­tu­né Sylvain Bar­rier vic­time d’un grave ac­ci­dent de la route alors qu’il était à peine re­mis de sa frac­ture du bas­sin de dé­but de sai­son – souffre de ne pas avoir dis­pu­té la pre­mière épreuve, mais aus­si d’avoir lou­pé Do­ning­ton après une bles­sure au bras. Nic­co­lo Ca­ne­pa et sa Du­ca­ti sont aus­si dans le ton, mais en mal de ré­gu­la­ri­té. Fa­bien Fo­ret et Jé­ré­my Guar­no­ni sont plus à la peine. Fo­ret, 41 ans, le cham­pion du monde Su­per­sport 2002, ne goûte pas vrai­ment un dé­but de sai­son très glo­rieux : «Les sou­cis fi­nan­ciers du team ne nous ai­dent­pasàa­voi­ru­ne­mo­to­par­fai­teet­nous­su­bis­sons­ré­gu­liè­re­ment des pro­blèmes de fia­bi­li­té» , se plaint le Fran­çais qui pour­rait mettre un terme à sa car­rière en vi­tesse à la fin de l’an­née. Du cô­té de Guar­no­ni, les per­for­mances ne sont pas plus ré­jouis­santes. Bles­sé dès la pre­mière course, il a per­du une bonne par­tie du tra­vail phy­sique ef­fec­tué du­rant l’hiver : «Il faut que je me re­mette au tra­vail,ce qui me per­met­tra éga­le­ment de mieux tra­vailler sur la mo­to» , confiait-il avant de s’en­vo­ler vers Sepang.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.