LES MAPS

GP Racing - - Technique -

Terme an­glais cor­res­pon­dant au mot car­to­gra­phie, une « map » est une suite de ta­bleaux de ré­glages qui ré­agit aux don­nées des cap­teurs en don­nant des ordres au mo­teur. Si elle agit en temps réel, elle est pré- pro­gram­mée par l’in­gé­nieur de piste suite à la vi­sua­li­sa­tion de tous les pa­ra­mètres af­fi chés sur son or­di­na­teur, mais éga­le­ment après avoir re­cueilli le res­sen­ti de son pi­lote.

Pour sché­ma­ti­ser, si, en sor­tie du vi­rage # 3, la va­leur passe en des­sous de 0 ( ce qui si­gni­fi e que la fourche est dans sa po­si­tion sus­pen­due, c’est- à- dire qu’au­cun poids n’est ap­pli­qué sur la roue avant), alors l’in­gé­nieur de piste va ins­crire dans le ta­bleau la mise en marche de l’an­ti- whee­lie avec le gain et avec la force dé­fi nis au préa­lable pour cet en­droit du cir­cuit ( dans la réa­li­té, on com­mence la ré­duc­tion de puis­sance avant 0 mm pour que ce soit pro­gres­sif). Deux maps peuvent dif­fé­rer uni­que­ment sur la va­leur de l’an­ti- whee­lie à la sor­tie du vi­rage # 3 s’il n’y a be­soin de tes­ter que ce pa­ra­mètre avec le pi­lote. Mais, par exemple, elles peuvent aus­si dif­fé­rer sur la va­leur du Trac­tion Control sur l’en­semble du cir­cuit, sur la par­tie ini­tiale de l’ac­cé­lé­ra­tion ou sur le glis­se­ment ac­cep­té dans tel ou tel vi­rage ou sur tout le cir­cuit. Ce­la fait dé­jà une mul­ti­tude de ré­glages pa­ra­mé­trables aux­quels il convient d’ajou­ter la di­men­sion tem­po­relle, puisque ces ré­glages peuvent évo­luer dans le temps en fonc­tion, par exemple, de la consom­ma­tion ou de la dé­gra­da­tion des pneu­ma­tiques... Pour faire court, il peut exis­ter des mil­lions de maps dif­fé­rentes, et c’est pour ce­la que, l’an­née pro­chaine, les teams d’usine et leur nom­breuses équipes se­ront en­core en tête, mal­gré l’in­tro­duc­tion du lo­gi­ciel unique...

Avec son pi­lote, l’in­gé­nieur da­tas choi­sit 6 maps pour la course : 3 con­cer­nant l’ac­cé­lé­ra­tion, 3 con­cer­nant la dé­cé­lé­ra­tion. Le pi­lote peut pas­ser de l’une à l’autre grâce aux bou­tons si­tués sur son com­mo­do gauche. En course, il ne s’agit plus d’avoir le choix entre di­verses maps pour es­sayer d’al­ler plus vite, mais sur­tout d’avoir des maps adap­tées au mieux à l’évo­lu­tion at­ten­due de la mo­to : al­lé­ge­ment du ré­ser­voir et dé­gra­da­tion des pneus.

Voi­ci une map de base con­cer­nant l’in­jec­tion d’es­sence. Elle per­met de vi­sua­li­ser les temps d’in­jec­tion (en mil­li­se­condes) en fonc­tion du ré­gime mo­teur (ré­vo­lu­tions par mi­nute) et de l’ou­ver­ture des pa­pillons (en pour­cen­tage). Elle a été dé­ter­mi­née au banc. Cette car­to­gra­phie se­ra en­suite mo­di­fiée par toute une série d’autres maps, en fonc­tion de dif­fé­rents pa­ra­mètres : pres­sion dans la boîte à air, tem­pé­ra­ture d’air, tem­pé­ra­ture mo­teur, pres­sion d’es­sence, tem­pé­ra­ture car­bu­rant, etc. In fine, le tout se­ra en­core contrô­lé et éven­tuel­le­ment mo­di­fié par la sonde Lamb­da. Avec ce seul exemple d’in­ter­ac­tions de car­to­gra­phies 3D, on com­prend ai­sé­ment que les pos­si­bi­li­tés de ré­glages sont qua­si­ment in­fi­nies.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.