JORGE PASSE AU ROUGE

GP Racing - - Motogp / Mercato - Par Mi­chel Tur­co. Photos Jean-Ai­gnan Mu­seau.

En dé­ci­dant de re­joindre l’an pro­chain l’équipe Du­ca­ti, Jorge Lorenzo ca­resse le rêve de réus­sir là où Va­len­ti­no Ros­si a échoué. Un pa­ri moins ris­qué qu’il n’y pa­raît pour le cham­pion du monde en titre qui lais­se­ra sa place en fin d’an­née au pro­met­teur Ma­ve­rick Viñales.

De­puis l’an­nonce, à la veille du Grand Prix du Qatar, de la pro­lon­ga­tion pour deux sai­sons sup­plé­men­taires du con­trat de Va­len­ti­no Ros­si avec Ya­ma­ha, l’ave­nir de Jorge Lorenzo sous les cou­leurs de la marque aux trois dia­pa­sons sem­blait com­pro­mis. La fâ­che­rie de Se­pang avait dé­jà plom­bé l’at­mo­sphère dans le garage de l’équipe de Lin Jar­vis, le choix du no­nuple cham­pion du monde de pour­suivre sa car­rière en MotoGP a fait le reste. Las­sé de vivre dans l’ombre de son en­com­brant co­équi­pier qui a par­fai­te­ment noyau­té une struc­ture Ya­ma­ha où les Ita­liens sont lar­ge­ment ma­jo­ri­taires, Lorenzo a donc dé­ci­dé de re­joindre l’an pro­chain l’usine Du­ca­ti. Propriétaires de la marque ita­lienne, les di­ri­geants d’Au­di ont mis quelques mil­lions sur la table pour convaincre le cham­pion du monde en titre de chan­ger de bou­tique. « Ya­ma­ha lui en of­frait vingt sur deux ans, Du­ca­ti est al­lé jus­qu’à vingt- quatre » , confi e Car­lo Per­nat, ma­na­ger d’An­drea Ian­none et consul­tant pour l’usine bo­lo­naise. Mais l’ar­gent n’a pas tout fait. « J’ai dé­bu­té en MotoGP en 2008 avec Ya­ma­ha, il était temps pour moi de m’at­ta­quer à un nou­veau chal­lenge, ex­plique Lorenzo. Ce­la a été l’une des dé­ci­sions les plus dif­fi ciles et peut- être la plus im­por­tante de ma car­rière, mais il me fal­lait pas­ser à autre chose pour gar­der in­tacte ma mo­ti­va­tion et la dé­ter­mi­na­tion dans mon tra­vail. » Quelques se­maines plus tôt, le quin­tuple cham­pion du monde af­fi rmait pour­tant vou­loir fi nir sa car­rière avec la fi rme d’Iwa­ta. S’il ne le di­ra bien évi­dem­ment pas, Lorenzo n’a guère ap­pré­cié que Jar­vis confi rme Ros­si avant même que lui ne dé­cide de son ave­nir. Le ma­na­ger bri­tan­nique s’en dé­fend. « Jorge nous

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.