Les tra­vaux ex­trê­me­ment no­va­teurs de Red Blue Mo­tor­bikes

GP Racing - - Technique/ L’aérodynamisme -

Ren­zo Pes­cial­lo, in­gé­nieur et chef des pro­jets R&D, nous éclaire...

Au­jourd’hui, quand on in­ter­roge les pi­lotes MotoGP, on ne per­çoit guère un avis tran­ché sur l’ap­port po­si­tif en­gen­dré par les ai­le­rons. Pour­tant, leur mul­ti­pli­ci­té et leur ac­crois­se­ment en taille sont la preuve tan­gible que les in­gé­nieurs sont per­sua­dés de leur bien- fon­dé. Seule­ment, concur­rence oblige, ces der­niers se taisent !

Pour ob­te­nir quelques chiffres et nous rendre compte du réel ef­fet de ces ap­pen­dices aé­ro­dy­na­miques, nous nous sommes tour­nés vers Ren­zo Pes­cial­lo. Cet in­gé­nieur de re­nom est le chef des pro­jets R& D chez Red Blue Mo­tor­bikes ( www. rbmb. ch), une société d’en­gi­nee­ring fon­dée en 2009 à Lu­ga­no qui s’oc­cupe de co­or­don­ner et réa­li­ser des pro­jets R& D no­va­teurs dans le sec­teur des mo­tos de com­pé­ti­tion, soit pour des construc­teurs, soit pour des teams. Elle em­ploie pour ce­la des col­la­bo­ra­teurs ré­par­tis dans nombre de grandes écoles et uni­ver­si­tés suisses et ita­liennes. Elle s’est fait connaître d’abord avec le pro­jet Mo­toTI2 ( 2009- 2012) et de­puis 2013, grâce au pro­jet nom­mé SMARTTRIM, dont l’ob­jec­tif est de rendre l’as­siette de la mo­to le plus stable pos­sible en agis­sant sur trois ni­veaux : mé­ca­nique d’abord ( An­ti Pitch Sys­tem), aérodynamique en­suite ( Ar­ti­cu­la­ted Wing Sys­tem), élec­tro­nique en­fi n ( Smart Trim Sys­tem). Pour ce­la, elle uti­lise une Vy­rus 986M2 ( ho­mo­lo­guée Moto2), car il s’agit de la seule mo­to de course avec sus­pen­sion an­té­rieure à qua­dri­la­tère dé­for­mable en vente sur le mar­ché. À l’in­verse d’une fourche té­les­co­pique, ce­la per­met, entre autres, de fi xer les ai­le­rons près de l’axe de roue avant, là où ils ont leur ef­fet op­ti­mal.

Quelles sont les li­mites des ai­le­rons sur une mo­to ? Tout d’abord, les li­mites im­po­sées par le rè­gle­ment tech­nique. Ty­pi­que­ment, les li­mites sont di­men­sion­nelles et sont aus­si dues à l’in­ter­dic­tion d’ap­pli­quer des dis­po­si­tifs aé­ro­dy­na­miques mo­biles. Les autres li­mites sont don­nées par les asy­mé­tries aé­ro­dy­na­miques des in­ter­faces de l’en­semble phy­sique « pi­lo­te­mo­to- chaus­sée » . La mo­to s’in­cline, le pi­lote peut même se dé­pla­cer par rap­port à l’axe de la mo­to, mais la chaus­sée reste ho­ri­zon­tale.

Quelles sont les dif­fi­cul­tés dans le dé­ve­lop­pe­ment d’ap­pen­dices aé­ro­dy­na­miques pour mo­to ? Il faut com­men­cer par sé­pa­rer les ap­pen­dices ins­tal­lés pour amé­lio­rer le fl ux et donc di­mi­nuer la traî­née, de ceux des­ti­nés à créer de l’ap­pui ( dé­por­tance). Les pre­miers ont pour ob­jec­tif de « pré­pa­rer » l’écou­le­ment d’air ( par­tie avant du vé­hi­cule), ou de le « gui­der » le long du vé­hi­cule ( pour évi­ter qu’il ne se dé­colle) ou en­core de « l’ac­com­pa­gner » lorsque ce­lui- ci quitte le vé­hi­cule ( par­tie ar­rière). Con­cer­nant ce der­nier point, le pro­fes­seur Pa­trick Haas a dé­ve­lop­pé des ap­pen­dices ef­fi caces afi n de di­mi­nuer le sillage. Les deuxièmes sont ins­tal­lés pour gé­né­rer des forces ver­ti­cales tout en es­sayant de ne pas en­gen­drer trop de traî­née.

Quels sont les dé­ve­lop­pe­ments aé­ro­dy­na­miques que vous êtes en train de faire sur votre mo­to ? Nous ve­nons de ter­mi­ner le dé­ve­lop­pe­ment de la forme et des di­men­sions des ai­le­rons du sys­tème AWS qui sont ins­tal­lées dans la par­tie basse de la mo­to, tout près de l’axe de la roue avant. Ain­si, leur ef­fet sur la dy­na­mique du vé­hi­cule est maxi. Les tests en souf­fl erie chez HEPIA, à Ge­nève, ont don­né des très bons ré­sul­tats. Au mois de juin, nous avons pro­gram­mé les tests en piste. Main­te­nant, nous sommes en train de rendre ces ailes mo­biles en dé­ve­lop­pant un sys­tème de contrôle élec­tro­mé­ca­nique ( ba­sé, entre autres, sur des cap­teurs op­tiques), qui dé­ploie les ai­le­rons au- des­sus d’une cer­taine vi­tesse et les main­tient à l’ho­ri­zon­tal, même quand la mo­to prend un vi­rage. L’étape sui­vante consis­te­ra dans la va­ria­tion de l’angle d’in­ci­dence des ai­le­rons en fonc­tion de l’ac­cé­lé­ra­tion et de la vi­tesse du vé­hi­cule.

Mais c’est to­ta­le­ment in­ter­dit par le rè­gle­ment MotoGP ! Nous sommes bien sûr conscients que le rè­gle­ment FIM ne per­met pas l’ins­tal­la­tion d’ap­pen­dices aé­ro­dy­na­miques mo­biles, mais Red Blue Mo­tor­bikes reste fi dèle à son ob­jec­tif de « dri­ving in­no­va­tion » . J’ai­me­rais sou­li­gner le fait que des ap­pen­dices mo­biles ne sont pas seule­ment ef­fi caces du point de vue aérodynamique, mais ils sont éga­le­ment plus sûrs pour les pi­lotes.

Le sys­tème AWS se­ra-t-il le seul dis­po­si­tif aérodynamique du pro­jet R&D SMART-TRIM ? Non. Ce sys­tème a pour but de mieux sta­bi­li­ser l’avant de la mo­to, sur­tout dans les vi­rages à haute vi­tesse, ain­si qu’en ligne droite. Nous ob­te­nons éga­le­ment des amé­lio­ra­tions en phase d’ac­cé­lé­ra­tion pour un ef­fet an­tiw­hee­ling. L’étape aérodynamique sui­vante du pro­jet consis­te­ra à uti­li­ser les com­pé­tences et les ex­pé­riences dé­ve­lop­pées pour réa­li­ser un frein aérodynamique in­tel­li­gent. Ce­ci a pour but d’amé­lio­rer l’ef­fi ca­ci­té du frei­nage de la mo­to ain­si que de ré­duire le tan­gage. Ça se­ra donc pro­ba­ble­ment un dis­po­si­tif ap­pli­qué à l’ar­rière de la mo­to...

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.