Fred­die Fo­ray, le ca­pi­taine

GP Racing - - Interview -

Cham­pion du monde d’en­du­rance avec le SERT et Su­zu­ki en 2010 et 2011, Fred­die Fo­ray a ajou­té cette an­née une troi­sième étoile à son pal­ma­rès sous les cou­leurs de l’équipe F.C.C. TSR Hon­da. Et il n’en est pas peu fier. « C’est mon troi­sième titre,mais c’est as­su­ré­ment le plus beau, as­sure-t-il sans la moindre hé­si­ta­tion. En 2010 et 2011,j’étais un jeune pi­lote qui avait tout à ap­prendre.Au­jourd’hui, j’ai l’ex­pé­rience qui me per­met de sa­vou­rer ce que nous avons réa­li­sé.J’ai beau­coup don­né à l’équipe,mais elle m’a aus­si beau­coup rendu.» Si le Fran­çais place cette nou­velle cou­ronne au-des­sus des autres, c’est parce que son in­ves­tis­se­ment per­son­nel au­près de Masakazu Fu­jii a dé­pas­sé son simple rôle de pi­lote. Vé­ri­table ca­pi­taine de l’équipe ja­po­naise, Fred­die a su très ra­pi­de­ment ga­gner la confiance de team ma­na­ger. « Dès les tests pré-Bol d’Or,Fu­jii m’a accordé sa confiance, pour­suit Fo­ray. Il m’a dit : “C’est toi le boss, nous avons be­soin de ton ex­pé­rience pour ap­prendre et avan­cer.” » C’est donc cette ex­pé­rience for­gée au SERT, puis chez Ka­wa­sa­ki et Hon­da En­du­rance Ra­cing, que le pi­lote tri­co­lore a mis à dis­po­si­tion de l’équipe de Masakazu Fu­jii. « La culture de ce team est très par­ti­cu­lière, note Fred­die. La men­ta­li­té n’est fi­na­le­ment pas très ja­po­naise.Fu­jii écoute énor­mé­ment,il est ré­cep­tif aux avis qu’on lui donne.Il m’a vrai­ment lais­sé carte blanche sur le dé­but de sai­son,que ce soit pour gé­rer l’état des pi­lotes ou prendre cer­taines dé­ci­sions qui nous ont évi­té quelques er­reurs. En en­du­rance,les pièges ne manquent pas et l’ex­pé­rience est primordiale.Quand tu as fait dix ans en cham­pion­nat du monde,tu en sais quelque chose.» Cette oreille qui lui avait man­qué ces der­nières an­nées, Fred­die l’a donc trou­vé chez Ma­sa qui n’a pas hé­si­té à par­ta­ger les com­mandes de son équipe. En­semble, les deux hommes ont fait pro­gres­ser le team de course en course. « Au­jourd’hui, nous sommes par­mi les plus ef­fi­caces sur les ra­vi­taille­ments,ce qui n’était pas le cas au Bol d’Or en sep­tembre der­nier » , rap­pelle Fo­ray. C’est pour­tant dès la pre­mière course de la sai­son sur le cir­cuit Paul-Ri­card que le ca­pi­taine des Bleus a com­pris que la bande à Fu­jii pou­vait croire en elle : « On s’est bat­tu pour la vic­toire jus­qu’à quelques heures de l’ar­ri­vée et ce­la a mis tout le monde en confiance. Et notre vic­toire au Mans,même si elle a été un peu chan­ceuse,n’a fait que la confor­ter. Il faut re­con­naître aus­si que nous avons dis­po­sé d’une mo­to im­pec­cable.En six courses, nous n’avons dû la ren­trer qu’une seule fois dans les stands,au Mans,pour chan­ger une bulle.» La suite ? « On veut ga­gner le Bol d’Or, lance Fo­ray. J’ai hâte d’y être pour me­su­rer pré­ci­sé­ment les pro­grès que nous avons ac­com­plis en un an et voir de quoi est dé­sor­mais ca­pable notre mo­to sur ce cir­cuit.»

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.