QUAND SE MONTRE

Bu­che­rer, la plus grande bou­tique de montres en Eu­rope, a ac­cueilli in­vi­tés et lec­teurs hor­lo­philes.

GQ (France) - - Coulisses -

Dé­but no­vembre, GQ re­ce­vait ses lec­teurs hor­lo­philes dans la plus grande bou­tique de montres du monde, Bu­che­rer. Sur près de 2200 m2, 23 marques pro­posent une très large offre de mo­dèles, ac­ces­sibles à tous. Un verre de cham­pagne à la main, cha­cun a pu dé­cou­vrir la sé­lec­tion GQ ain­si qu’une belle sé­rie de nou­veau­tés. L’une de nos lec­trices est par ailleurs re­par­tie avec un jo­li ca­deau de Noël, après avoir rem­por­té le ti­rage au sort de la soi­rée, do­té d’une ma­gni­fique Carl F. Bu­che­rer Pa­tra­vi Scu­ba­tec d’une va­leur de 5200 €.

Cher Quar­ter­ly, Dans « Le style de Mi­chael Caine » du GQ de no­vembre, vous louez sa dé­gaine de « ban­dit en cos­tard gris dans Bra­quage à l’ita­lienne (1969) ». Or, Bra­quage à l’ita­lienne est le titre fran­çais de The Ita­lian Job, film de F. Ga­ry Gray avec Mark Wahl­berg, sor­ti en 2003. Certes, ce film est le re­make de… The Ita­lian Job, film de Pe­ter Col­lin­son avec Mi­chael Caine, sor­ti en 1969 mais son titre fran­çais est… L’or se barre. Si le piège était bien ten­du, les ad­mi­ra­teurs de la ca­naille his­to­rique Char­lie Cro­ker vous sau­ront gré de rendre à Cé­sar ce qui lui re­vient. Et pour votre pénitence, vous au­rez la bon­té de lan­cer un ap­pel à la ré­édi­tion en DVD du Li­mier, le der­nier film de Joseph L. Man­kie­wicz, sor­ti en 1972. Une pe­tite mer­veille avec Lau­rence Olivier et… Mi­chael Caine, plus jouis­sif que ja­mais. Je compte sur vous ! Em­ma­nuel (par mail)

Cher Em­ma­nuel, Vous avez rai­son ! Mais la lon­gueur et la pré­ci­sion de votre mail dé­montre que c’était un peu com­pli­qué et que donc, oui, on s’est em­mê­lé les pin­ceaux. Et c’est en­ten­du : pour la ré­édi­tion du Li­mier, nous lan­çons une pé­ti­tion !

Bon­jour, Sui­vant GQ de­puis quelque temps, je me de­mande si l’idée de créer une ru­brique « style de rue » ne se­rait pas in­té­res­sante. Elle per­met­trait à chaque lec­teur de pou­voir s’orien­ter vers des styles concrets qu’il est pos­sible de croi­ser dans la rue. Mer­ci pour tous les conseils que vous ap­por­tez chaque mois et mer­ci d’avance pour votre ré­ponse. Maxime (Cler­mont-fer­rand)

Cher Maxime, Nous n’avons pas à pro­pre­ment par­lé de ru­brique « street look » comme celle in­ven­tée par le ma­ga­zine an­glais i-d dans les an­nées 1980. Cette ru­brique a ses li­mites, puisque gé­né­ra­le­ment les gens qui y sont pré­sen­tés se ré­vèlent man­ne­quins ou sty­listes et sont pho­to­gra­phiés à proxi­mi­té d’un évé­ne­ment bran­ché. Nous fai­sons donc l’im­passe sur ce type de ru­brique un peu biai­sée dans nos pages. Vous pou­vez tou­te­fois re­trou­ver sur notre site des « street looks » plus so­phis­ti­qués lors des dif­fé­rentes fa­shion weeks mas­cu­lines à tra­vers le monde.

L’ate­lier hor­lo­ger

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.