« EN CUIR, AU­RAIS-JE L’AIR D’UN BAD BOY ?» ÉCRI­VEZ-NOUS !

Peau pré­his­to­rique, sac de ly­céen, dé­bats im­mé­mo­riaux… Les ques­tions de style n’at­tendent pas le nombre des an­nées. GQ sur les ré­seaux so­ciaux cour­rier­des­lec­teursgq@conde­nast.fr

GQ (France) - - Lettres -

Cher GQ, cher Gon­zague, J’ai dé­cou­vert dans la penderie de mon père un blou­son en cuir qu’il ne met plus. Je m’étais mis à le soi­gner avec des pro­duits pour cuir quand sou­dain me vint cette ques­tion : un homme sty­lé a-t-il le droit de mettre un blou­son en cuir sans ris­quer de res­sem­bler à un bad boy des films des an­nées 1980? Je prie pour que ma ques­tion soit élu­ci­dée. Par avance, mer­ci. Sylvain, 16 ans En­voyé de mon ipad

Cher ami, Ôtez-nous un doute : à vous lire, vous dites soi­gner votre père avec des pro­duits pour cuir? Qu’a-t-il au juste ? Plu­tôt fan­tasque ! Si, dans votre es­prit, le blou­son en cuir est as­so­cié aux voyous des an­nées 1980, c’est que vous n’avez pas pris de re­cul. Cette peau a per­mis à l’homme de se dé­fendre des agres­sions cli­ma­tiques pour que de bête, il de­vienne en­fin poète. Sa­chez en­suite qu’un voyou en queue-de-pie a tou­jours l’air d’un voyou. Un couillon, aus­si. Si vous crai­gnez d’avoir l’air d’un bad boy, c’est que vous ne l’êtes sans doute pas. Ne crai­gnez donc pas le ju­ge­ment que l’on por­te­ra sur vous et ac­cé­dez en­fin à votre fan­tasme. Votre bien dé­voué G. En­voyé de mon imac

Cher Gon­zague, Ly­céen de 17 ans, je sou­hai­te­rais tro­quer mon vieil East°*#k contre un porte-do­cu­ments pour al­ler en cours. Pen­sez-vous qu’un sac de ce type soit adap­té? Si­non, que me conseillez-vous de beau? Alexis

Cher Alexis, Vous ai­me­riez vous vieillir un peu, c’est ça? Énon­cé ain­si, grand Dieu, on se com­prend mieux. Si vous ai­mez bien vous ar­ra­cher le bras, fon­cez sur un por­te­do­cu­ments, bien trop res­treint pour vos be­soins ac­tuels. Si vous pré­fé­rez vous dé­mettre l’épaule, op­tez pour une be­sace. Char­gée comme une mule, elle vous fa­çon­ne­ra un jo­li sque­lette tout gon­do­lé. Notre conseil est de conser­ver ce sac à dos jus­qu’au bac, et de le chan­ger lorsque vous bi­fur­que­rez vers vos études su­pé­rieures (aus­si ra­pides soient-elles). Un porte-do­cu­ments pas trop ru­ti­lant – même les étu­diants en droit jaugent le ni­veau de co­ol – se­ra alors la bonne op­tion pour af­fron­ter la suite des évé­ne­ments. Votre bien dé­voué G.

Bon­jour, Fi­dèle abon­né de votre ma­ga­zine, j’ai­me­rais avoir votre avis : boxer ou ca­le­çon ? Quelle est la ten­dance? Mer­ci d’avance et fé­li­ci­ta­tions pour la per­ti­nence de GQ… Marc

Cher Marc, La ten­dance ne nous pré­oc­cupe pas. Il en existe des cen­taines, et au­cune n’est meilleure qu’une autre. C’est pour­quoi, nous pri­vi­lé­gions les opi­nions libres. Le slip, aus­si confor­table soit-il, n’amuse que les gar­çons sen­sibles, et le boxer co­lo­ré donne des haut-le­coeur aux gen­tils gar­çons en ca­le­çon 100 % co­ton. C’est en­core dans cette der­nière ca­té­go­rie qu’on pré­fère vous ran­ger, juste à cô­té de celle de nos amis por­teurs de slips frais. Votre bien dé­voué G.

Pour les si­mi­li bads boys ou les vrais durs à cuire, une seule pièce maî­tresse : le blou­son en cuir. À por­ter seyant, for­cé­ment.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.