1 LANCE-T-ON DU RIZ À UN MA­RIAGE ?

GQ (France) - - Style Acadēmie -

Soyez sûrs que nous avons sous le coude lar­ge­ment de quoi vous l’in­ter­dire. Face aux superstitions et aux rites de classes, on ne donne pas cher de votre peau. Ce­pen­dant, ne vou­lant pas faire sys­té­ma­ti­que­ment ré­fé­rence au pas­sé pour sta­tuer plus fa­ci­le­ment, nous avons ré­flé­chi avec le bon sens qui nous ca­rac­té­rise. Il nous est alors ap­pa­ru que lan­cer du riz dans les che­veux des ma­riés consti­tue une va­riante lâche du pho­to-bom­bing que l’on ne sau­rait donc to­lé­rer.

« “Qui se loue, s’em­boue“, dit l’adage, et ce­la si­gni­fie que se van­ter, par­ler beau­coup de soi, se glo­ri­fier n’est pas seule­ment consi­dé­ré comme bête, mais aus­si comme in­con­ve­nant. » Ro­bert Mu­sil, De la bê­tise (éd. Al­lia, 1931-2015)

2 QU’EST-CE QU’UN « BLOU­SON DU SOU­VE­NIR » ?

Il dé­signe un blou­son sou­vent sa­ti­né, sem­blable à un ted­dy. Bro­dé à la poi­trine et dans le dos, il évoque les sou­ve­nirs du GI pos­té quelque part entre la mer de Chine et l’océan Pa­ci­fique. Dans le film Drive, Ryan Gos­ling en pos­sé­dait un mo­dèle à scor­pion do­ré. Vous se­ront pro­po­sées cette an­née en bou­tique des va­riantes plus lé­gères : vé­gé­ta­tion exo­tique, planches de surf et pe­tites pé­pées.

3 QUE SA­VOIR SUR LE T-SHIRT PAR­FAIT ?

• L’ar­ron­di du col laisse la base du cou ap­pa­rente, dé­voile ce que vous avez de tra­pèzes, mais couvre les cla­vi­cules. • La cou­ture de la manche tombe sur la tête de votre épaule. • La manche est as­sez ou­verte pour être re­mon­tée à l’épaule si be­soin et as­sez ser­rée pour y glis­ser un pa­quet de ci­ga­rettes. • On doit de­vi­ner le galbe de vos pec­to­raux, mais pas la pointe de vos té­tons. • Bras en l’air, il ne doit sur­tout pas dé­voi­ler un mi­cron de la peau du ventre, mais il doit tout de même lais­ser voir votre cein­ture.

4 COM­MENT RÉ­PONDRE AVEC STYLE À L’AT­TAQUE DU MAILLOT DE BAIN VEN­TOUSE ?

Sor­tir de l’eau di­gne­ment n’est pas chose ai­sée, sur­tout de­puis les 600 mil­lions d’en­trées de Ca­si­no Royale, le James Bond 2006 dans le­quel Da­niel Craig in­di­quait clai­re­ment la marche à suivre. Le com­mun des mor­tels ne dis­pose en ef­fet que d’une prise pour car­ton­ner. À ce mo­ment pré­cis, se sen­tir ob­ser­vé par l’hu­ma­ni­té toute en­tière nous semble donc nor­mal. Comme pré­vu, votre maillot sor­ti des eaux fait ven­touse. Ne tou­chez à rien. Quelle que soit la ma­nière dont la na­ture vous a fait, re­ga­gnez votre ser­viette l’air de rien. Ain­si, vous n’em­pê­chez pas la plage de vous connaître un peu plus. Au mieux, vous ga­gne­rez son res­pect. Au pire, vous la fe­rez hur­ler de rire. Dans les deux cas, à la ma­nière de l’agent 007, vous l’au­rez dis­traite.

5 SUR LA PLAGE, PEUT-ON URI­NER SOUS LES DOUCHES ?

Oui, car c’est plus sûr que dans l’eau de mer où les risques de conta­mi­na­tion sont pos­sibles, moins ris­qué qu’au mi­lieu des ro­chers, et moins ré­pu­gnant qu’aux toi­lettes pu­bliques.

6 EST-IL PER­MIS DE POR­TER SON SAC À DOS SUR LE VENTRE ?

Un homme du monde, dont l’ob­ses­sion pre­mière est d’at­teindre le style par­fait en so­cié­té, ne peut dé­cem­ment se per­mettre de dé­am­bu­ler sac à dos sur le ventre comme à la mer­ci de n’im­porte quel vo­leur à la tire. Se dé­pla­cer avec l’in­té­gra­li­té de vos ri­chesses nous semble idiot, ap­pre­nez donc à faire le tri. Usez des poches dif­fi­ciles d’ac­cès de vos vê­te­ments comme d’un coffre-fort. Votre sac à dos ne contient alors plus rien de vi­tal. À comp­ter de ce mo­ment-là, l’at­taque du pick­po­cket n’en se­ra que moins sour­noise.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.