Mu­sique Dans le cer­veau de… alex Ka­pra­nos

Franz Fer­di­nand est de re­tour avec un al­bum en­re­gis­tré en com­pa­gnie des my­thiques Sparks. Son lea­der Alex Ka­pra­nos, le plus dan­dy des néo­ro­ckeurs, s’épanche sur ses ob­ses­sions.

GQ (France) - - Sommaire - Par Bo­ris Bas­tide

FFS, de Franz Fer­di­nand et Sparks (Do­mi­no), dis­po­nible. En concert à Pa­ris le 26 juin, à Villeur­banne le 5 juillet et à Rock en Seine le 28 août

D’ori­gine grecque, Alex Ka­pra­nos naît en An­gle­terre mais re­joint l’écosse avec sa fa­mille à l’âge de 7 ans. Après avoir écu­mé di­vers groupes, il forme en 2001 Franz Fer­di­nand à Glas­gow. En 2004, leur pre­mier al­bum est un car­ton por­té par le tube « Take Me Out ». De­puis, la for­ma­tion a sor­ti trois al­bums de post-punk ac­cro­cheurs ayant l’in­tel­li­gence de ne ja­mais répéter la même for­mule. « J’ai tou­jours eu l’im­pres­sion que la ma­jo­ri­té des ar­tistes man­quait d’am­bi­tion. La com­plai­sance mène à la stag­na­tion. On veut évi­ter ça », as­sène Ka­pra­nos.

Les Franz Fer­di­nand, em­me­nés par Alex Ka­pra­nos, re­viennent avec un pro­jet pop dé­ca­lé.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.