QU’EST- ce QU’ON SE RASE ?

Zone par zone, les poils qu’il faut tra­quer et ceux qui peuvent res­ter.

GQ (France) - - Beautē -

ÉPAULES

Pi­lo­si­té à conser­ver : 0/5 ON ÉPILE Rien de plus cli­ché que des poils sur les épaules qui dé­passent d’un débardeur. Pas très élé­gant. Si vous n’avez qu’un ou deux poils qui se battent en duel, dé­lo­gez-les à la cire.

AIS­SELLES

Pi­lo­si­té à conser­ver : 2/5 ON TOND La règle est simple : si, bras le long du corps, des poils de des­sous de bras dé­passent, il faut les cou­per, ou les tondre. GQ est ma­jo­ri­tai­re­ment par­ti­san d’une touf­fette plu­tôt que du ra­sage in­té­gral. Pour la pra­tique de cer­tains sports (mus­cu­la­tion, crossfit), il peut être plus confor­table d’af­fi­cher des ais­selles glabres. Dans ce cas, pri­vi­lé­giez le ra­soir ou la crème dé­pi­la­toire. La cire est une bonne op­tion, mais en ins­ti­tut. Seul, l’épi­la­tion des ais­selles re­lève de l’ex­ploit.

JAMBES

Pi­lo­si­té à conser­ver : 5/5 ON NE TOUCHE À RIEN (sauf si…) La pi­lo­si­té des membres in­fé­rieurs doit res­ter na­tu­relle. Une règle trans­gres­sable si vous êtes un grand spor­tif. L’épi­la­tion in­té­grale (à la cire – ef­fi­cace mais dou­lou­reuse ; au ra­soir – in­do­lore mais éphé­mère) per­met l’ap­pli­ca­tion ra­pide de crèmes et de rendre plus confor­table le pas­sage sur la table du mas­seur ou du ki­né.

VI­SAGE

Pi­lo­si­té à conser­ver : 3/5 ON COUPE CE QUI DÉ­PASSE Sour­cils. Cou­per les poils qui sortent de la ligne et épi­ler à la pince ceux au-des­sus du nez. Na­rines/oreilles. Dé­brous­sailler avec une ton­deuse adap­tée. Pom­mettes. Si les poils de barbe dé­passent la ligne du bom­bé de la pom­mette (la boule qui se forme quand vous sou­riez), épi­ler à la cire.

DOS

Pi­lo­si­té à conser­ver : 0/5 ON ÉPILE Épi­ler les touffes éparses à la cire froide et les poils or­phe­lins à la pince. À la longue, les poils s’af­fai­bli­ront et pous­se­ront moins vite. Faites-vous ai­der, la zone est difficilement ac­ces­sible. Pour les ul­tra­ve­lus, on vous conseille d’ac­cep­ter votre dif­fé­rence – l’épi­la­tion vous fe­rait en­trer dans un cercle vi­cieux.

TORSE

Pi­lo­si­té à conser­ver : 4/5 ON NE TOUCHE À RIEN ! L’époque des boys bands étant ré­vo­lue, votre torse peut af­fi­cher sa toi­son. L’im­por­tant est d’avoir un ré­sul­tat har­mo­nieux. Si vous n’avez des poils qu’au­tour des té­tons, épi­lez à la cire chaude ou à la pince. Si vous en avez du cou au bas-ventre, épi­lez juste ceux qui dé­passent de la ligne glo­bale. Maî­tri­sez tou­te­fois la lon­gueur. Un coup de ton­deuse de temps en temps peut s’avé­rer bé­né­fique.

PU­BIS

Pi­lo­si­té à conser­ver : 3/5 ON DÉ­BROUS­SAILLE La ques­tion en fait ter­gi­ver­ser plus d’un, on le sait. Mais puisque vous n’êtes pas un acteur por­no, in­utile d’épi­ler in­té­gra­le­ment la zone. Contrô­lez plu­tôt la lon­gueur des poils et of­frez à votre in­ti­mi­té une tonte ré­gu­lière avec le sa­bot le plus long de votre ton­deuse. Concer­nant les bourses, évi­tez les crèmes dé­pi­la­toires ! Cer­taines contiennent des per­tur­ba­teurs en­do­cri­niens. Pré­fé­rez le ra­soir élec­trique ou la pince à épi­ler pour les casse-cou. Bonne chance !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.