L’es­sec dé­chaîne Fa­ce­book

La pu­bli­ca­tion de notre en­quête « Es­sec, la bu­si­ness school qui mène à tout (même aux af­faires !) » a pro­vo­qué de nom­breuses ré­ac­tions sur Fa­ce­book. En voi­ci une pe­tite sé­lec­tion.

GQ (France) - - Courrier -

2

Li­lian Donc c’est of­fi­ciel, nous fai­sons « L’école pour tous ceux qui ont ra­té HEC ».

Gas­pard « Et les re­ca­lés (de HEC), moins poin­tus aca­dé­mi­que­ment peut-être, mais plus créa­tifs et plus ori­gi­naux, re­joignent les rangs des autres écoles. » GQ ne connaît rien aux concours.

Geof­froy Mais si : « Plus créa­tifs et plus ori­gi­naux », comme toi.

Jay Ne fai­sons pas de com­plexe d’in­fé­rio­ri­té parce que GQ ne parle pas de notre école. L’es­sec est ré­pu­tée de­puis des dé­cen­nies comme une top school. Il y a des per­sonnes in­fluentes du monde po­li­tique et éco­no­mique qui viennent de dif­fé­rentes for­ma­tions. C’est to­ta­le­ment in­jus­ti­fié de glo­ri­fier l’es­sec sans par­ler des autres. À se de­man­der si cet ar­ticle n’est pas payé par l’école.

Alexis Donc en­core plus heu­reux pour ces gens qui paient 50 000 € leurs quatre ans d’école.

Alexandre Comme quoi, pour nous qui avons fait l’es­sec, les dé­bou­chés sont larges…

Sar­ra En ef­fet ! Alors, et toi, tu te des­tines à quoi ? Po­li­tique, lit­té­ra­ture, chant, danse…

Kie­ran Ce n’est pas pour rien que je vou­lais de­ve­nir jar­di­nier ! Grâce à l’es­sec, je vais pou­voir culti­ver ma pas­sion…

Cher amis (Fa­ce­book), La ré­dac­tion de GQ s’y connaît en concours, cer­tains de ses membres en ont pas­sé, et même réus­si ! Et, non, l’es­sec ne nous a pas payés pour réa­li­ser cette en­quête, qui ré­vèle d’ailleurs les forces comme les fai­blesses de cet éta­blis­se­ment. Et ce n’est pas lui faire in­sulte que d’écrire qu’il est consi­dé­ré comme la 2e meilleure école de com­merce en France lors­qu’on sait qu’il y en a 38 ha­bi­li­tées à dé­li­vrer des mas­ters.

Bon­jour, J’ai hal­lu­ci­né lorsque j’ai lu dans le Ma­nuel du style prin­temps-été 2015 de GQ : « Avec une paire de ba­teaux, vous au­riez l’air d’un éva­dé du Cap-fer­ret » (page 132). Je suis bor­de­lais et très at­ta­ché au Cap-fer­ret et les gens s’y s’ha­billent mieux que dans le Sud-est bling-bling. Je suis fan de votre ma­ga­zine et de vos Ma­nuels du style, of course, mais n’est-ce pas un peu violent de vous en prendre à nous comme ce­la? Cor­dia­le­ment,

Cher Peyo, Dans l’ab­so­lu, vous avez rai­son, il ne fau­drait ja­mais stig­ma­ti­ser une ré­gion, que ce soit l’aqui­taine ou la Pa­ca d’ailleurs. Ce­pen­dant, il existe un style CapFer­ret comme il existe un style Ri­vie­ra adap­té à la Côte d’azur et dé­crit quelques øpages plus tôt. Et notre conseil style plus gé­né­ral est d’en connaître les sub­ti­li­tés sans en adop­ter le to­tal look. Tom­be­ra-t-on d’ac­cord là-des­sus ?

bra­ce­let en plas­tique de col­lé­gienne, poi­gnets de che­mise ou­verts…

Cos­tume bi­co­lore ou uni, le tout est de ne pas faire de l’ombre au ma­rié ni de pa­raître dé­gui­sé.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.