ÉCRI­VEZ-NOUS !

GQ sur les ré­seaux so­ciaux cour­rier­des­lec­teursgq@conde­nast.fr

GQ (France) - - Courrier - Par An­na To­pa­loff Illustration Fran­çois Cha­pe­ron

Quel point com­mun peuvent bien avoir Julien Cou­pat, porte-dra­peau de l’ul­tra­gauche, et Tug­dual Der­ville, porte-pa­role de la « manif pour tous » ? Ou l’hu­mo­riste Fran­çois Rol­lin, Franck Annese (le fon­da­teur des ma­ga­zines So Foot et So­cie­ty) et Geof­froy Di­dier, une des fi­gures mon­tantes de L’UMP ? Ils sont tous di­plô­més de l’école su­pé­rieure des sciences éco­no­miques et com­mer­ciales (Es­sec). Nou­veau n° 2 des écoles de com­merce en France se­lon le clas­se­ment L’étu­diant-le Fi­ga­ro de fin 2014 der­rière HEC, l’ins­ti­tu­tion pro­pose même, d’après le Fi­nan­cial Times, le deuxième meilleur mas­ter en fi­nance du monde… Dans l’uni­vers plu­tôt so­cia­le­ment ho­mo­gène des pé­pi­nières de l’élite, la bande des an­ciens de l’es­sec est une vraie cu­rio­si­té. Des jour­na­listes, des hu­mo­ristes, des écri­vains, des scé­na­ristes, des mi­li­tants as­so­cia­tifs, des po­li­tiques peuplent l’an­nuaire des an­ciens de l’école. On y trouve même des psys et des prêtres ! De­ve­nir un « Es­sec » n’a pour­tant pas été l’am­bi­tion ini­tiale de Charles de Cour­son, Em­ma­nuelle Mi­gnon, Cé­cile Du­flot ou Fleur Pel­le­rin, quelques-uns des « po­li­tiques » les plus pres­ti­gieux par­mi les 44 000 di­plô­més. À l’ori­gine, cette pré­sence mas­sive de per­son­na­li­tés aty­piques est plu­tôt la consé­quence d’un ef­fet pu­re­ment mé­ca­nique. Comme tous les autres can­di­dats, ces pro­fils un peu dé­ca­lés ont pas­sé les concours de plu­sieurs écoles de com­merce dans l’es­poir de réussir ce­lui de la plus co­tée d’entre elles: HEC. « On ne choi­sit pas l’es­sec. C’est l’es­sec qui te choi­sit. Bref, j’ai ra­té HEC… », ré­sume Franck Annese. Du coup, les pro­fils les plus sco­laires – les vraies « bêtes à concours » – in­tègrent la cou­sine de Jouy-en-jo­sas, et les re­ca­lés, moins poin­tus aca­dé­mi­que­ment peut-être, mais plus créa­tifs et plus ori­gi­naux, re­joignent les rangs des autres écoles. L’ou­ver­ture de l’es­sec aux femmes dès 1969 – elle a été la pre­mière école de com­merce à le faire – a en­core en­ri­chi la pa­lette des pro­fils sus­cep­tibles de frap­per à sa porte. Le vrai tour de passe-passe, c’est d’avoir su trans­for­mer, de­puis sa créa­tion en 1907 en plein Quar­tier la­tin, ce han­di­cap en un ar­gu­ment mar­ke­ting. Au­jourd’hui, « le re­cru­te­ment de can­di­dats aux pro­fils et aux par­cours ori­gi­naux fait par­tie de l’iden­ti­té de l’école », as­sure ain­si Ra­phaël Mul­ler, son char­gé de com­mu­ni­ca­tion.

Du temps libre Ces étu­diants sur­pre­nants n’ont par­fois ja­mais fait mystère de leur aver­sion pour le CAC 40. La ro­man­cière Alice Fer­ney ( Grâce et Dé­nue­ment, 1997 ; Le Règne du vi­vant, 2014 ), qui a pas­sé le concours pour faire plai­sir à sa fa­mille, a même ten­té de ra­ter l’épreuve orale en ne par­lant que

Juliette

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.