QU’EST-CE QU’ON VA SPOI­LER À LA REN­TRÉE ?

GQ (France) - - Buzz -

Par­mi les sé­ries les plus at­ten­dues des deux cô­tés de l’at­lan­tique, GQ a choi­si. Ce se­ra : Nar­cos, une fresque sur la vie de Pa­blo Es­co­bar, Dix pour cent, un bi­jou de drô­le­rie si­gné Kla­pisch et Way­ward Pines, un néo- Twin Peaks re­vu par M. Night Shya­ma­lan.

« J’ai com­men­cé dans des teen mo­vies des an­nées 1980, qui avaient une vi­sion ca­ri­ca­tu­rale du bien et du mal. Les per­son­nages po­si­tifs étaient sim­plistes. Donc j’étais plu­tôt at­ti­ré par les rôles de mé­chants. Mais ça m’at­triste quand je lis que je suis doué pour in­car­ner les ta­rés. J’ai joué dans Un Amour in­fi­ni (1981), le pre­mier film de Tom Cruise, qui n’avait pas en­core d’agent. An­drew Mccar­thy, l’autre star ado de l’époque avec qui j’ai joué dans Rose Bon­bon et Neige sur Be­ver­ly Hills, lui, était mal à l’aise avec la cé­lé­bri­té. Il est de­ve­nu scé­na­riste. Di­sons que je me si­tue quelque part entre les deux.»

Rose Bon­bon, d’ho­ward Deutch

vue à la troi­sième per­sonne, alors in­édite. « J’es­saye tou­jours de gar­der la ca­mé­ra près du joueur et de la dé­pla­cer en un seul plan d’un per­son­nage à un autre», ex­plique le créa­teur. Un coup de maître puisque de­puis 1998, les quatre épi­sodes de la sa­ga Me­tal Gear So­lid se sont ven­dus à près de 35 mil­lions d’uni­tés (comme l’en­semble des jeux Tomb Rai­der, à titre de com­pa­rai­son). Le cin­quième vo­let, très at­ten­du, re­prend les codes de la série MGS : « Comme dans La Corde, de Hit­ch­cock, Me­tal Gear So­lid V n’uti­lise presque qu’un seul plan de ca­mé­ra, entre les ci­né­ma­tiques et le ga­me­play. » Ou com­ment faire du neuf avec du vieux.

À 52 ans, le père du con­cept de « jeu d’in­fil­tra­tion » pour­rait se tour­ner vers le 7e art après trente ans chez

l’édi­teur Ko­na­mi.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.