300 mil­lions sous Les mers

GQ (France) - - Enquete -

Le « Pro­ject Express » d’hi­ber­nia Net­works me­sure 500 km de moins que les liai­sons concur­rentes pour un gain de 6 mil­li­se­condes. un chan­tier de 300 mil­lions de dol­lars dans le­quel les tra­ders haute fré­quence n’ont pas hé­si­té à in­ves­tir via un sys­tème d’abonnement.

hi­ber­nia North and south Cable sys­tem 2003 hi­ber­nia Express Cable sys­tem 2015

si vous rê­vez d’une car­rière de tra­der, ou­bliez tout de suite l’image de l’homme en che­mise blanche et bre­telles, sur­ex­ci­té, épui­sé, et hur­lant des ordres au té­lé­phone. Pour dé­crire les clients de Bjar­ni Thor­var­dar­son (lire page pré­cé­dente) les réa­li­sa­teurs de Wall Street, l’ar­gent ne dort ja­mais, de Krach ou en­core d’in­side Job ne gar­de­raient cer­tai­ne­ment que la che­mise blanche – et en­core. Car dé­sor­mais l’arme secrète des « THF », les tra­ders haute fré­quence, est un ser­veur bour­ré de codes in­for­ma­tiques. Dès lors, une ligne de câble de fibre op­tique, comme celle de « Pro­ject Express », de­vient pour eux un ou­til in­con­tour­nable. En­core as­sez peu connus du grand pu­blic, ces Nou­veaux loups de Wall Street, comme les ont sur­nom­més Ivan Ma­caux et Ali Bad­dou dans leur ré­cent do­cu­men­taire, ont dé­clen­ché une im­por­tante et fé­roce contro­verse par­mi les spé­cia­listes de la fi­nance. « Se de­man­der s’ils font du bien, ou pas, au marché, c’est un peu comme ou­vrir une dis­cus­sion sur les re­la­tions entre la Pa­les­tine et Is­raël », iro­ni­sait il y a peu l’an­thro­po­logue Alexandre Lau­mo­nier lors d’une confé­rence à Paris sur « Les dan­gers du tra­ding à la vi­tesse de la lu­mière ». Leurs dé­trac­teurs n’hé­sitent d’ailleurs pas à com­pa­rer leurs mé­thodes de tra­vail à une forme à peine dé­gui­sée d’es­cro­que­rie de masse. En évo­quant les « THF », Bloom­berg TV, chaîne amé­ri­caine spé­cia­li­sée dans la fi­nance, a ti­tré il y a quelques se­maines: « Bourse de To­kyo : les hu­mains perdent pied face à l’invasion des ro­bots ».

des al­go­rithmes pour des mil­lions Pour­quoi le « Pro­ject Express » d’hi­ber­nia Net­works est-il de­ve­nu le meilleur al­lié des « THF » et de leurs al­go­rithmes? Parce que pour faire du pro­fit, une des mé­thodes consiste à ache­ter puis à re­vendre des ac­tions une frac­tion de se­conde plus tôt que ses concur­rents. Son but est de se fau­fi­ler dans le mi­cro-dé­lai qui sé­pare l’offre de la de­mande, lorsque le prix de l’ac­tion aug­mente un ins­tant (sous l’ef­fet de l’offre) avant de re­chu­ter aus­si­tôt (sous l’ef­fet de la de­mande). Si un tra­der, ou plu­tôt sa ver­sion au­to­ma­ti­sée par l’al­go­rithme, achète un lot d’ac­tions une poi­gnée de mil­li­se­condes avant la hausse du prix, puis le re­vend

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.