N 12 Qui de plu­sieurs per­sonnes sa­luer en pre­mier ?

En week-end à la cam­pagne, un coq se met à chan­ter. Sor­tez im­mé­dia­te­ment de votre couche et ar­ra­chez l’élas­tique de votre bas de py­ja­ma. De ce mor­ceau de bande ex­ten­sible faites-lui un col­lier, il ces­se­ra de chan­ter. Veillez à ce qu’entre la bête et le no

GQ (France) - - Style Academie -

C’est sur la base de votre poi­gnée de main mi-af­fable mi-bru­tale que la di­rec­tion vous a confié de nou­velles fonc­tions. Ser­rer la louche, en somme, c’est 99 % de votre em­ploi du temps. Ap­pli­quez donc la règle de sa­voir-vivre qui consiste à se pré­sen­ter, en al­lant du plus puis­sant au plus in­utile. Dans un cercle mon­dain, à moins que leur ma­ri puisse un jour in­ter­cé­der en votre fa­veur, pré­sen­tez-vous en pre­mier aux femmes. En cas d’éga­li­té de rang, par­tez de la plus vieille. Ja­mais on au­ra une an­guille so­ciale aus­si douée que vous.

C’EST QUOI ? Une pré­oxy­da­tion to­tale, la ten­dance phare de 2016 fa­çon Roy Bat­ty, le mé­chant ré­pli­cant dans Blade Run­ner ou Billy Idol. Sur che­veux courts, donc. SUR QUI ? Sa­mir Nas­ri, Le­wis Ha­mil­ton, le man­ne­quin Lu­cky Blue Smith. TEN­DANCE… Dans les hauts lieux de la mode sui­vant les ten­dances à la lettre. IN­TER­DIT… Si vous avez le che­veu fra­gile et le crâne sen­sible, mieux vaut évi­ter de leur faire su­bir une dé­co­lo­ra­tion. Même consigne si vous n’êtes pas du genre à prendre soin de vos che­veux. Les cri­nières pla­tine morflent et ont be­soin de masques et de soins bien cos­tauds pour sur­vivre. À ban­nir des che­ve­lures longues et mi­longues éga­le­ment. VER­DICT : oui, si vous êtes man­ne­quin ou ar­tiste. Si­non vous pas­se­rez pour un plouc. C’EST QUOI ? Du vo­lume sur le haut du crâne, ra­sé qua­si à blanc sur les cô­tés bien dé­mar­qué (ou dé­gra­dé, c’est se­lon). Avec une grande mèche et une raie de cô­té, on ap­pelle ce­la une « Pom­pa­dour fade ». SUR QUI ? Ewan Mcg­re­gor, Kim Jong-un ou Brad Pitt dans Fu­ry (2014). TEN­DANCE… En Co­rée du Nord, où la coupe est même obli­ga­toire de­puis mars 2015. Le lea­der des­pote Kim Jong-un im­pose ain­si aux hommes le port de sa propre coupe de che­veux. Se­lon lui, les che­veux trop longs vo­le­raient l’éner­gie du cer­veau. Ré­sul­tat : ils doivent être cou­pés tous les 15 jours et la lon­gueur maxi­male au­to­ri­sée est de 2 cm, (contre 5 il y a en­core quelques se­maines). Les plus de 50 ans ont droit à une dé­ro­ga­tion et peuvent al­ler jus­qu’à 7 cm. Co­ol. IN­TER­DIT… À Ply­mouth, en An­gle­terre, où un élève de l’école Tor Bridge High a été ex­clu pour avoir por­té une coupe un­der­cut, ju­gée trop ex­trême par la di­rec­tion. Même rai­son in­vo­quée à Sun­der­land (An­gle­terre aus­si) où un en­fant de trois ans por­tant une lé­gère un­der­cut a été in­ter­dit de pho­to de classe. VER­DICT : in­con­tes­ta­ble­ment LA coupe de 2016. Il va fal­loir y pas­ser.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.