LE MIS­SILE DE LA HAVANE

À l’as­saut d’hol­ly­wood, l’ac­trice d’ori­gine cu­baine se­ra l’an proc ain à l’af c e du nou­veau Blade Run­ner. Un pas de plus dans le réc auf­fe­ment amé­ri­ca­no cu­bain

GQ (France) - - Intelligence - Par Jacques Braun­stein ANA DE AR­MAS

De­puis le 17 dé­cembre 2014, les ÉtatsU­nis ont re­pris leurs re­la­tions di­plo­ma­tiques avec Cu­ba. Une grande date pour la paix dans le monde, et une grande date pour Ana de Ar­mas, 28 ans, l’une des pre­mières ac­trices cu­baines à se faire un nom à Hol­ly­wood. Même si Ana n’a pas at­ten­du ce dé­gel pour prendre son des­tin en main. À 18 ans, la belle aux yeux verts quitte l’île com­mu­niste et de­vient très vite une star de la té­lé­vi­sion en Es­pagne grâce à la sé­rie Les Ar­chives se­crètes de l’in­ter­nat. Ana migre en­suite à Hol­ly­wood, « avec 200 eu­ros en poche » . Elle se sou­vient de son pre­mier ren­dez-vous avec un agent de Los An­geles : « Je ho­chais la tête, pré­cise-t-elle à GQ, mais je ne com­pre­nais pas un mot de ce qu’il racontait ! » Elle tourne tout de suite, et beau­coup. On a pu la re­mar­quer dans Knock Knock (2015), mé­chante co­mé­die si­gnée Eli Roth où deux jeunes filles en­tre­pre­nantes font suc­com­ber un père de famille (Kea­nu Reeves) avant de le pu­nir pour son in­fi­dé­li­té. Mais aus­si dans le tout ré­cent War Dogs, avec Jo­nah Hill, dans le­quel elle in­ter­prète la femme au foyer com­pa­tis­sante d’un mar­chand d’armes pa­thé­tique.

DANS LE PLUS GRAND SE­CRET, Ana a tour­né cet été le re­make de Blade Run­ner, réa­li­sé par De­nis Ville­neuve ( Si­ca­rio), avec aux ma­nettes le scé­na­riste ori­gi­nel du film culte de 1982. Mais im­pos­sible de sa­voir si elle re­pren­dra le rôle de Ra­chel, la femme fa­tale gla­ciale cam­pée à l’époque par Sean Young, ou ce­lui de l’es­clave sexuelle ré­vol­tée in­ter­pré­tée par Da­ryl Han­nah. Bonne ca­ma­rade, Ana ne ta­rit pas d’éloges sur ses par­te­naires, Har­ri­son Ford et Ryan Gos­ling : « Ils sont fiables, ils ne te traitent pas comme une bonne femme, ils sont com­pré­hen­sifs et par­donnent tes er­reurs. » Quand on lui demande de quelles er­reurs elle parle, elle vous ré­pond fran­che­ment d’al­ler vous faire voir. Et dé­montre ain­si qu’elle a éga­le­ment du ca­rac­tère. « Je n’ai pas quit­té Cu­ba pour ga­gner plus d’ar­gent, je n’ai pas quit­té Cu­ba pour mieux man­ger ou avoir une plus belle vie. J’ai quit­té Cu­ba pour me dé­ve­lop­per comme ar­tiste et par­ti­ci- per à des pro­jets plus in­té­res­sants », af­fir­mait-elle avec le même aplomb sur le site des Gol­den Globes. « J’étais heu­reuse là-bas, mon pays me manque tous les jours, mes pa­rents y ré­sident en­core et j’es­père bien y tour­ner bientôt », ajoute-t-elle sans que l’on sache tout à fait si c’est une pro­fes­sion de foi ou une obli­ga­tion po­li­tique. D’ici la sor­tie de Blade Run­ner en oc­tobre 2017, on la ver­ra aux cô­tés d’éd­gar Ramí­rez (Car­los) et Ro­bert De Ni­ro dans Hands of Stone, un film de boxe pré­sen­té à Cannes. Mais aus­si dans Over­drive (qui sor­ti­ra le 22 fé­vrier 2017), film fran­çais des­ti­né au mar­ché in­ter­na­tio­nal pro­duit par le spé­cia­liste du genre : Pierre Mo­rel (réa­li­sa­teur du Trans­por­teur et de Ta­ken). Elle par­tage l’af­fiche de ce film sur des vo­leurs de voi­tures tour­né sur la Côte d’azur avec Scott East­wood. Le plus jeune fils du my­thique cow-boy ré­pu­bli­cain se­rait d’ailleurs plus que son par­te­naire à l’écran, d’après la presse people. De là à dire qu’ana fait vrai­ment tout pour le rap­pro­che­ment amé­ri­ca­no-cu­bain… BLADE RUN­NER, de De­nis Ville­neuve, avec Har­ri­son Ford, Ro­bin Wright et Ryan Gos­ling (en 2017)

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.