LE BO­LIDE AP­PRI­VOI­SÉ

En Tos­cane, cy­près et oli­viers tremblent quand ap­proche la toute-puis­sante As­ton Mar­tin DB11. Chaque mois, notre chro­ni­queur laisse au ga­rage sa BMW 325 i ado­rée (mil­lé­sime 1987) et par­court le monde en­tier sur toutes sortes d'en­gins rou­lants non iden­ti­fi

GQ (France) - - Lab - par LE TONE

Quel meilleur en­droit que la Tos­cane pour ac­cueillir le lan­ce­ment tant at­ten­du d’une nou­velle As­ton Mar­tin ? Les pay­sages si chics de cette ré­gion ita­lienne ré­sument bien l’es­prit As­ton : « la na­ture do­mes­ti­quée ». On se croi­rait dans un ta­bleau, avec ces col­lines jau­nies par le so­leil et sur­veillées par ces mer­veilleuses bâ­tisses bor­dées d’al­lées de cy­près. Tout ce calme que je vais me char­ger de so­no­ri­ser grâce à un V12 qui grogne comme un diable entre les cimes. Une telle so­phis­ti­ca­tion colle par­fai­te­ment à l’image de la noble marque anglaise ! Tout l’in­verse de ma pres­ta­tion au vo­lant : j’ai at­ta­qué comme un jar­di­nier en bottes, le sé­ca­teur à la main, prêt à désher­ber les routes ! Er­reur ! Je ne suis pas dans ma Ca­te­rham GQ. C’est avec une douceur ro­man­tique mais ferme que l’on dé­couvre le bon tem­po de cette DB11, en adé­qua­tion avec le style de la voi­ture : le sport chic, l’es­prit « Grand Tourisme ». Ce­la pour­rait s’ap­pa­ren­ter à la conduite, cha­lou­pée, d’un long­board en skate. On peut al­ler vite, très vite même, mais en douceur, en sui­vant le rythme de la DB : ne pas la brus­quer, mais l’écou­ter. Ad­dic­tif. Et tellement élé­gant. Une voi­ture au­then­tique avec une vraie per­son­na­li­té sur la route, et pas seule­ment pour pa­ra­der de­vant son châ­teau. As­ton Mar­tin ar­rive (enfin) à conci­lier l’élé­gance in­dis­cu­table de leurs rêves rou­lants avec une conduite at­ta­chante et unique. Ré­pu­tées peu joueuses, les an­ciennes DB souf­fraient d’un poids consé­quent et d’un châs­sis dé­pas­sé par les évé­ne­ments. Comme si Usain Bolt sprin­tait en tongs. En plus d’avoir réus­si à faire une jo­lie voi­ture qui peut né­go­cier les vi­rages, As­ton pré­sente un nou­veau V12 bi­tur­bo de 5,2 L mai­son qui dé­boule avec 608 che­vaux. Il était temps, car s’ils étaient char­mants, les an­ciens mou­lins, ins­pi­rés des mo­teurs d’avion, n’étaient plus du tout dans le match. Leurs consom­ma­tions se ré­vé­laient gar­gan­tuesques et leur puis­sance fort mo­deste vu leur taille im­pres­sion­nante. Ce nou­veau mo­teur, en plus de pré­ser­ver un peu mieux la Tos­cane avec ses émis­sions de CO contem­po­raines, pos­sède de sé­rieux ar­gu­ments pour ce qui est de l’uti­li­sa­tion de l’oxy­gène : de 0 à 100 km/h en 3,9 se­condes, vi­tesse maxi de 322 km/h et 700 Nm de couple. Si vous avez un doute sur ce que re­pré­sente cette der­nière don­née, le couple tra­duit gé­né­ra­le­ment ce que vous pré­fé­rez : être en­fon­cé dans son fauteuil club par la force de la mé­ca­nique, comme au dé­col­lage d’un avion.

LE DEUXIÈME POINT sur le­quel As­ton était vrai­ment at­ten­du concerne l’élec­tro­nique à bord. On ne va pas de­man­der à Ro­lex de construire une concur­rente de l’apple Watch mais il est clair qu’avant cette DB11, les As­ton fai­saient peine à voir avec leur GPS hors d’âge et leurs fonc­tions man­quantes. Là, tout est em­prun­té à Mer­cedes. C’est plus simple. Mais pas d’écran vir­tuel, ni d’as­sis­tance de tra­jec­toire, ni de fran­chis­se­ment de ligne, etc. Une As­ton, ça se conduit ! Évi­dem­ment, vous me voyez ve­nir, pour lais­ser souf­fler ma DB11 entre deux sprints, la Tos­cane est l’en­droit idéal pour lan­cer « I Wan­na Get High » de Cy­press Hill sur le nou­veau sys­tème Bang & Oluf­sen. Mais aus­si sur­pre­nant que ce­la puisse pa­raître, le son est plu­tôt dé­ce­vant dans la DB11. Mon pote fac­teur, qui a équi­pé lui-même sa Ford Fo­cus, en­voie beau­coup plus de db ! C’est un peu triste pour une voi­ture au nom pa­reil. As­ton mise beau­coup sur la DB11. Si ja­mais ce­la ne mar­chait pas (ce dont je doute fort), je me fe­rais un plai­sir d’adop­ter cette DB11 que je pré­fère net­te­ment au jar­di­nage. LE TONE. Co-ani­ma­teur de « Top Gear France » sur RMC Dé­cou­verte, Le Tone a été ré­dac­teur en chef du ma­ga­zine In­ter­sec­tion et a écrit un tube en 1999 : « Jo­li Dra­gon ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.