Mes­sage de prin­temps

Après quatre an­nées au som­met, le site de GQ s’offre un lif­ting bien mé­ri­té. Plus mo­bile, plus beau et plus in­tel­li­gent, gq.fr se ré­in­vente, exac­te­ment comme notre co­ver boy Jake Gyl­len­haal le fait à chaque film. Pour res­ter la ré­fé­rence.

GQ (France) - - Edito - An­toine Jaillard

FIER DE POR­TER HAUT sa concep­tion du style de­puis neuf ans, GQ a mouillé sa che­mise ha­waïenne (qui fête son grand re­tour) pour ima­gi­ner un nou­veau site, mas­cu­lin tou­jours, mais plus beau et plus in­tel­li­gent. « Mais pour­quoi chan­ger de style ? » hur­le­rez-vous peut-être en vous te­nant la tête entre les mains ? D’abord parce que le prin­temps, c’est la pé­riode idéale pour re­nou­ve­ler sa garde-robe mais aus­si – et sur­tout – parce que nous sou­hai­tons of­frir à nos mil­lions de vi­si­teurs uniques une « expérience in­édite », comme on dit dans les mi­lieux de l’au­to­mo­bile et de la té­lé­pho­nie. Comment avons-nous pro­cé­dé ? En consul­tant d’abord vos mil­liers de com­men­taires (sou­vent éclai­rés) sur les ré­seaux so­ciaux. Ligne édi­to­riale, charte gra­phique, er­go­no­mie… 300 000 fans sur Fa­ce­book et 430 000 autres ga­zouillant sur Twit­ter nous ont convain­cus, entre deux me­naces de mort, qu’il fal­lait nous ré­in­ven­ter. Et pour ce­la, nous avons pu comp­ter sur les ta­lents qui com­posent l’une des meilleures ré­dac­tions au monde (on exa­gère à peine). Notre cre­do : mo­bile first ! En tous lieux et en toutes cir­cons­tances, vous dis­po­se­rez, ob­sé­dés du smart­phone que vous êtes, des ré­ponses à toutes vos ques­tions exis­ten­tielles. Con­seils de style, sé­lec­tions mode, nou­veaux spots, tips pour as­su­rer lors d’un ren­card… Im­pos­sible de vous plan­ter. Si l’homme idéal n’existe pas, son site oui ! Et qui de mieux que Jake Gyl­len­haal pour cé­lé­brer avec nous cet évé­ne­ment ? Peu d’ac­teurs exercent au­jourd’hui sur nous un tel pou­voir de fas­ci­na­tion. Cé­ré­bral et phy­sique à la fois, l’ac­teur de 36 ans dé­joue de­puis quinze ans toute ten­ta­tive de ca­ta­lo­gage. Ado per­tur­bé dans Don­nie Dar­ko (2001), gendre idéal au Bru­shing d’éco­lier dans Zo­diac (2007), oi­seau de nuit so­cio­pathe dans Night Call ( 2014), monstre bo­dy­buil­dé dans La Rage au ventre (2015) ou plus en re­te­nue dans Life : Ori­gine in­con­nue (en salles le 19 avril), Gyl­len­haal a dé­ve­lop­pé une ap­proche de son mé­tier qui tient du man­tra : jouer un rôle, c’est d’abord jouer avec son corps. Et à les en­chaî­ner comme au­tant de per­for­mances, il a ins­tau­ré un nou­veau rap­port à la mas­cu­li­ni­té. Sen­sible, in­tel­li­gente, par­fois mau­vais es­prit, mais tou­jours as­su­mée. Celle-là même que nous dé­fen­dons chaque mois dans ce ma­ga­zine et au quo­ti­dien sur le nou­veau gq.fr.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.