LE TONE, UNE SAI­SON D’EN­FER

Notre pi­lote tire le bi­lan de sa 1ère an­née de com­pète, très en­cou­ra­geante, en Ca­te­rham Aca­de­my.

GQ (France) - - Lab -

Je suis fou de la Ca­te­rham GQ ver­sion 2017. En plus de ses nou­veaux trains avant (plus larges) et ses pneus se­mi-slicks (presque lisses), sa nou­velle robe noire rem­place le chrome de la ver­sion 2016 lorsque je n’étais en­core qu’un aca­dé­mi­cien ( le cham­pion­nat des dé­bu­tants). Je pen­sais aux en­cou­ra­ge­ments que l’on m’avait pro­di­gués alors : « Tu vas être ri­di­cule. Ce n’est pas bon pour ton image. Si tu ne te fais pas mal, ce se­ra dé­jà ça. » C’est vrai que je n’avais au­cune idée de mon ni­veau. Heu­reu­se­ment, dans l’émis­sion « Top Gear », j’ai tis­sé des liens étroits avec mes par­te­naires. Mon ca­ma­rade Bruce Jouan­ny s’est char­gé de me don­ner des con­seils. Je voyais bien son air af­fli­gé quand il a com­men­cé à me coa­cher dans son si­mu­la­teur per­son­nel à Mo­na­co. « Mau­vais frei­nage » et « tra­jec­toires ap­proxi­ma­tives » étaient ses meilleurs com­pli­ments. Pour ma pre­mière course sur le cir­cuit de No­ga­ro, après des es­sais très mo­destes et un dé­cou­ra­ge­ment im­mé­diat, j’en­voyais à Bruce les images de mon meilleur tour (qui me clas­sait 10e). « C’est pas si mal, mais il va fal­loir mettre les gaz ! », avait-il com­men­té. Ai­dé par l’averse, j’ar­ri­vais à fi­nir à une 3e place pour dé­mar­rer la sai­son ! Dans la deuxième course (chaque épreuve com­porte deux courses de 20 mi­nutes), je ne pou­vais ré­édi­ter l’ex­ploit, car je ne com­pre­nais pas en­core bien la voi­ture. Dans la grande ligne droite, je perds ma 3e place et me jette à l’in­té­rieur de l’épingle pour ré­cu­pé­rer mon bien, mais je fi­nis en tête-à-queue de­vant les gra­dins ! L’épreuve sui­vante avait lieu sur le cir­cuit Paul-ri­card au Cas­tel­let. Au bout de la ligne droite du Mis­tral, à « Signes », ça passe « presque » à fond : une ex­pres­sion de pi­lote pour dire qu’il faut être cou­ra­geux pour al­ler vite ! Pour une fois que je peux m’ex­pri­mer, et par­ta­ger avec le pu­blic nom­breux et cha­leu­reux ma troi­sième place. Per­sua­dé que la vic­toire est ma por­tée, la deuxième course vire pour­tant au cau­che­mar. En pleine ba­taille pour la tête avec le fu­tur cham­pion (Ch­ris­tian Di Pal­ma), on me pré­sente le dra­peau noir. Dis­qua­li­fié pour non-res­pect des tra­jec­toires de course ! Dé­but sep­tembre, au Mans, sur le cir­cuit Bu­gat­ti, je ter­mine 4e de la pre­mière course, je me­sure en­core les pro­grès à réa­li­ser : prendre de meilleurs dé­parts, frei­ner plus tôt (ça ne sert à rien d’ar­ri­ver en ca­tas­trophe dans les vi­rages, même si c’est ri­go­lo) et sur­tout at­tendre avant de ten­ter un mau­vais dé­pas­se­ment. Dans la 2e course, je com­mets dès le dé­but une belle er­reur qui m’oblige à me concen­trer pour re­mon­ter. Dé­ci­dé à jouer le tout pour le tout, j’at­tends l’avant-der­nier vi­rage pour ar­ra­cher la deuxième marche du po­dium à mon ca­ma­rade Do­mi­nique Pa­lanque, mon meilleur ré­sul­tat.

MA DER­NIÈRE COURSE du cham­pion­nat a eu lieu à Cha­rade, le pe­tit Nür­bur­gring fran­çais. Les vi­déos des crashs y sont an­xio­gènes. « Pense sur­tout à te faire plai­sir ! », m’a-t-on dit. Ce qui veut dire : « Ne cherche pas la per­for­mance. » J’ai donc écrit mon tes­ta­ment avant d’at­ta­quer la piste. Entre les gouttes de pluie et d’huile, j’ar­ri­vais tout de même 3e des deux courses. Je pense que j’ai com­men­cé à com­prendre la voi­ture et ses ré­ac­tions. Je me pre­nais en­fin pour un pi­lote. Mais le cham­pion­nat 2016 a été écra­sé par Ch­ris­tian Di Pal­ma, qui a presque si­gné toutes les pole po­si­tions et toutes les vic­toires, sui­vi de Do­mi­nique Pa­lanque et d’yves De­larbre. Il fau­dra vrai­ment que je sois plus ré­gu­lier sur la piste si je veux bien fi­gu­rer cette an­née. Vi­ve­ment la re­prise le 22 avril sur la course de côte du col Saint-pierre !

LE TONE. Co-ani­ma­teur de « Top Gear France » sur RMC Découverte, Le Tone a été ré­dac­teur en chef du ma­ga­zine In­ter­sec­tion et a écrit un tube en 1999 : « Jo­li Dra­gon ».

V R O OM S E R V I C E par LE T ONE Chaque mois, notre chro­ni­queur laisse au ga­rage sa BMW 325 i ado­rée (mil­lé­sime 1987) et par­court le monde en­tier sur toutes sortes d'en­gins rou­lants non iden­ti­fiés.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.