DES EN­CEINTES COURTES SUR WATT

Avec Ask­ja Ori­gin, l’in­gé­nieur fran­çais Di­dier Kwak a conçu des en­ceintes ul­tra-poin­tues qui misent sur l’acous­tique plu­tôt que la puis­sance pour of­frir la « vé­ra­ci­té du son ».

GQ (France) - - Lab - Par Jé­ré­my Pa­trelle

DANS LE SA­LON de trente mètres car­rés de la vil­la de Di­dier Kwak, à Neuilly­sur-seine près de Pa­ris, plus d’un de­mi­mil­lion d’eu­ros de tech­no­lo­gie nous fait face. Spé­cia­liste des ef­fets spé­ciaux dans le ci­né­ma (Le Cin­quième Élé­ment) et co-réa­li­sa­teur de pu­bli­ci­tés avec Wim Wen­ders, Luc Bes­son ou Baz Luhr­mann, cet in­gé­nieur di­plô­mé d’élec­tro­nique a concré­ti­sé son rêve d’ado à 56 ans : créer son propre sys­tème de son. « J’ai tou­jours eu un pro­blème avec ça, ex­plique l’ex-mon­teur de l’émis­sion “Les En­fants du Rock” dans les an­nées 1980. J’ai

ache­té beau­coup de sys­tèmes au­dio comme un mo­dèle haut de gamme YBA avec des en­ceintes Os­mose par exemple, mais il man­quait tou­jours la vé­ra­ci­té du son, la vraie re­pro­duc­tion de l’ori­gi­nal. » Ori­gin, sa créa­tion, se com­pose de deux en­ceintes, deux filtres, un lec­teu­ram­pli­fi­ca­teur et une ali­men­ta­tion élec­trique. Chaque pro­duit est fa­bri­qué à la main, entre le Da­ne­mark, la Suisse, le Ja­pon et la France, avec des ma­té­riaux triés sur le vo­let. Exit, no­tam­ment, la forme cu­bique et le bois pour les en­ceintes : « Les deux sont in­ef­fi­caces pour trans­mettre les ondes. Lorsque vous sou­met­tez une ému­la­tion au bois, il ré­sonne, ce­la pol­lue le si­gnal ori­gi­nal. Il faut donc que le châs­sis de l’en­ceinte acous­tique soit neutre. » Si la forme de l’en­ceinte Ori­gin, haute de 1,387 mètre, semble ins­pi­rée du casque et de la cape de Dark Va­dor, c’est l’écu­rie suisse de For­mule 1 Sau­ber qui a fa­bri­qué sur me­sure les moules des en­ceintes. « Le son, c’est de l’air, pré­cise Di­dier Kwak. Il fal­lait in­té­grer aux en­ceintes de l’aé­ro­dy­na­mique dans toutes les zones à pro­pa­ga­tion des ondes. En ajou­tant de la ré­sine à la fibre de verre, au kev­lar, au car­bone et à l’ara­mide, nous ar­ri­vons à gé­né­rer une pa­lette de com­po­sites qui laissent pas­ser le son. Leur pic de ré­son­nance est 24 000 fois plus court que dans le bois. » Et quid des watts que les mas­to­dontes de la hi-fi vantent par cen­taines, comme le pri­sé De­via­let qui pro­met 4 500 W sur son mo­dèle Gold Phan­tom (ven­du à par­tir de 1 690 €) ? « La puis­sance ne sert à rien, as­sène ce pu­riste de la psy­choa­cous­tique (lire en­ca­dré). Il faut sim­ple­ment qu’elle soit “suf­fi­sante”. Chez De­via­let, le son est criard,

gueu­lard, sans as­sise. Il est im­pos­sible de faire de très bons haut-par­leurs à ces prix-là. C’est af­freux à dire, mais cette vé­ra­ci­té du son n’est ac­ces­sible qu’aux gens for­tu­nés. Mon sys­tème contient un ki­lo d’ar­gent pur et de­mande trois mois de fa­bri­ca­tion à la main, c’est in­com­pres­sible. » Ré­sul­tat : l’ori­gin offre une écoute stu­pé­fiante. Dé­tails des voix, vi­bra­tion mi­nu­tieuse de chaque corde, souffle des feuilles de par­ti­tion qui se tourne... Une pure mer­veille. Il n’y a donc plus qu’à faire for­tune, à l’ins­tar des six pre­miers chan­ceux qui de­vraient lui pas­ser com­mande très pro­chai­ne­ment... ORI­GIN, Ask­ja, 555 000 €, dis­po­nible uni­que­ment sur com­mande ask­ja-au­dio.com

265 KI­LOS C’est le poids d’une en­ceinte acous­tique. Hau­teur : 138,7 cm. Pro­fon­deur : 80,7 cm. Lar­geur : 93,9 cm.

Les haut- par­leurs sont clai­re­ment ins­pi­rés du casque et de la cape de Dark « Je suis ton pèr e » Va­dor.

Le lec­teur- am­pli­fi­ca­teur, qui in­tègre un conver tis­seur DAC, est com­pa tible avec de mul­tiples sour ces, dont le 24 bit / L92 KHZ.

En­tou­rée par deux en­ceintes, la console com­prend deux filtres, une ali­men­ta­tion ( au centre), et un lec­teur- am­pli­fi­ca­teur ( au- des­sus).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.