DE­SI­GN Les de­si­gners d’ikea ont vé­cu cinq jours dans un si­mu­la­teur de vie sur Mars pour mieux ima­gi­ner nos fu­turs in­té­rieurs.

Pour ima­gi­ner l’ave­nir de nos ha­bi­tats de plus en plus exi­gus, des de­si­gners d’ikea ont vé­cu cinq jours dans le si­mu­la­teur de vie sur Mars.

GQ (France) - - Sommaire - Par Ma­rie Far­man Illustration Jules Le Ba­ra­zer

MI­CHAEL NIKOLIC, en charge du dé­par­te­ment créa­tion d’ikea, n’en re­vient tou­jours pas : « En­fer­mé dans une si pe­tite cap­sule, tout peut vous tuer. » Grâce à la Na­sa, il a pas­sé trois jours en com­pa­gnie de cinq autres de­si­gners en­fer­mé dans le si­mu­la­teur de vie sur Mars, la fa­meuse MDRS ( Mars De­sert Re­search Sta­tion) de Mars So­cie­ty ba­sée en Utah, où il a dû sur­vivre à la cha­leur, à la pro­mis­cui­té et au manque de confort. Mais pour­quoi le géant du meuble sué­dois a- t- il in­fli­gé une telle épreuve à ses de­si­gners ? Parce que d’ici à 2050, 70 % de la po­pu­la­tion vi­vra en ville. Nos ap­par­te­ments de­vien­dront de plus en plus exi­gus et de- vront donc être plus er­go­no­miques et mul­ti­fonc­tion­nels, à l’image des mo­dules spa­tiaux, qui, pour Ikea, sont une source d’ins­pi­ra­tion idéale. Charge à ces de­si­gners de ti­rer de cette ex­pé­rience ex­trême des idées in­gé­nieuses pour re­pen­ser les lo­ge­ments ur­bains et op­ti­mi­ser les pe­tits es­paces, la mis­sion pré­fé­rée du fa­bri­cant.

CE N’EST PAS la pre­mière fois que la Na­sa fait pro­fi­ter des marques de son ex­per­tise. Der­niè­re­ment, c’est avec Nis­san que l’ agence amé­ri­caine a dé­ve­lop­pé une voi­ture au­to­nome do­tée du lo­gi­ciel « Seam­less Au­to­no­mous Mo­bi­li­ty » qui per­met à la voi­ture de dia­lo­guer avec un contrô­leur hu­main en cas de pro­blème, comme lors­qu’une sonde spa­tiale doit être dé­rou­tée pour évi­ter un champ d’as­té­roïdes. Autres concepts is­sus de « col­labs » avec la Na­sa : la mousse à mé­moire de forme uti­li­sée dans les ma­te­las, qui ser­vait à l’ori­gine à amé­lio­rer la pro­tec­tion des sièges des na­vettes contre les vi­bra­tions et les crashs ; le pre­mier dé­tec­teur de fu­mée dé­ve­lop­pé pour la sta­tion spa­tiale Sky­lab ou en­core les cou­ver­tures ré­flé­chis­santes dans les­quelles les ma­ra­tho­niens s’en­ve­loppent après la course. « Nous al­lons nous ins­pi­rer des condi­tions de la vie spa­tiale pour déve lop­per une gamme de ran­ge­ments adap­tés à notre fu­ture vie sur Terre » , in­siste Mar­cus Eng­man, di­rec­teur du de­si­gn chez Ikea. « Les be­soins hu­mains dans le cos­mos sont les mêmes que sur Terre, mais dix fois plus com­pli­qués à mettre en place » , pour­suit l’ar­chi­tecte spa­tiale Constance Adams, char­gée d’en­ca­drer les de­si­gners sué­dois.

EN ÉCHANGE des bonnes idées que lui a ins­pi­rées la Na­sa, l’équipe d’ikea a conseillé l’agence spa­tiale pour hu­ma­ni­ser da­van­tage la vie des as­tro­nautes sur Mars. En­fin, Mi­chael Nikolic es­time que l’en­jeu de cette im­mer­sion est aus­si en­vi­ron­ne­men­tal : « Lorsque vous conce­vez un ha­bi­tat sur Mars, vous de­vez être créa­tif, pré­cis et ré­flé­chir soi­gneu­se­ment à la du­ra­bi­li­té. Avec l’ur­ba­ni­sa­tion et les déf is en­vi­ron­ne­men­taux sur Terre, nous de­vons faire la même chose. » Pour dé­cou­vrir cette col­lec­tion cos­mique en ma­ga­sin, il fau­dra en­core pa­tien­ter plu­sieurs lunes… jus­qu’en 2019.

Vice de forme ? Non, l’as­sem­blage d’une éta­gère en ape­san­teur.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.