JEUX VI­DÉO Les nou­velles ver­sions de Call of Du­ty et FI­FA re­poussent les li­mites du réa­lisme. Match au som­met.

Les très at­ten­dues nou­velles ver­sions de Cal­lof­du­ty et FI­FA re­poussent en­core une fois les li­mites du réa­lisme. Pe­tit com­pa­ra­tif.

GQ (France) - - Sommaire - Par Charles Au­dier

CALL OF DU­TY WWII

LE CV : 240 MIL­LIONS D’EXEM­PLAIRES ven­dus de­puis le pre­mier opus de la sa­ga, en 2003 ( soit un toutes les deux se­condes). Call of Du­ty est un suc­cès pla­né­taire qui a gé­né­ré près de 12 mil­liards de dol­lars de re­cettes. Le qua­tor­zième titre, dé­dié à la Se­conde Guerre mon­diale, marque un re­tour aux sources et s’an­nonce dé­jà comme in­con­tour­nable.

UN NOU­VEAU MODE. Avec WAR, le joueur rem­plit une mis­sion en équipe à par­tir d’une carte, comme re­prendre un vil­lage en as­su­rant la sé­cu­ri­té d’un convoi de blin­dés avant de tout faire sau­ter et de fi­ler à l’an­glaise.

LE RE­TOUR AUX SOURCES. Le joueur plonge dans l’en­fer des évé­ne­ments his­to­riques comme la ba­taille de Ma­ri­gny du 26 juillet 1944. Nouveauté : pour plus d’au­then­ti­ci­té, des mu­sées mi­li­taires ont per­mis aux in­gé­nieurs d’uti­li­ser des armes an­ciennes afin de cap­ter les vrais sons d’époque.

UN JEU ÉGOÏSTE. C’est le hic. Même le mode co­opé­ra­tion ne se fait pas en écran sé­pa­ré. Cha­cun chez soi, avec sa console et son jeu. Dom­mage.

LE DÉ­FAUT. Son plus grand atout se ré­vèle aus­si comme son ta­lon d’achille : le réa­lisme. Es­thé­ti­que­ment ir­ré­pro­chable, mais sombre émo­tion­nel­le­ment, le jeu nous re­plonge dans les tran­chées. Est- ce vrai­ment né­ces­saire ? SOR­TIE LE 3 NO­VEMBRE (69,99€)

FI­FA 18

LECV : 25 SAI­SONS CULTES. Lan­cé en 1993, FI­FA passe ra­pi­de­ment à la 3D en 1995 et s’im­pose par­tout. Nor­mal puis­qu’il met en scène un match de football, sport le plus pra­ti­qué au monde. Ven­du dans 180 pays, en cinq langues, FI­FA 17 a dé­jà to­ta­li­sé plus de 366 mil­lions de matchs rien qu’avec le mode FI­FA Ultimate Team ( en ligne).

UN MODE QUI PER­DURE. For­mer son « pou­lain » pas­sionne les joueurs se rê­vant en Pep Guar­dio­la ou Ar­sène Wen­ger. C’est pos­sible sur FI­FA et le mode re­vient avec une « sai­son 2 » qui pro­pose d’éri­ger un joueur vir­tuel, Alex Hun­ter, au rang de Beck­ham en Pre­mier League.

DES MATCHS RÉA­LISTES. Des dribbles pré­cis, des centres po­ly­va­lents, la per­son­na­li­té des joueurs cal­quée sur leur com­por­te­ment in real life et des mou­ve­ments tou­jours plus réa­listes. On se croi­rait presque dans un « vrai » match.

UN JEU POUR TOUS. Par­fait pour dé­fi­nir une hié­rar­chie dans un groupe d’amis avec le salon en guise d’arène et les ma­nettes qui passent de mains en mains pour sa­crer le nou­veau Mes­si de la console.

LE DÉ­FAUT. La fran­chise est des­ti­née aux mo­no­ma­niaques. Si vous ne jouez pas tous les jours, la re­prise vous as­sure de sé­vères hu­mi­lia­tions. Est- ce vrai­ment né­ces­saire ? SORTIELE 29 SEP­TEMBRE (69,99€)

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.