BRIGITTE ET MI­CHELLE SONT DANS UN CADDIE !

Fruits et légumes à l’école, lutte contre la mal­bouffe... Pour Oli­vier Mal­nuit, le créa­teur de Grand Sei­gneur, ce n’est plus qu’une ques­tion de temps avant que Brigitte Ma­cron ne la joue Mi­chelle.

Grand Seigneur - - Débat - Oli­vier Mal­nuit Jour­na­liste de table et mince de la cuite (avec mo­dé­ra­tion)

Bri­git­teMa­cron est-elle la nou­velle Mi­chelle Oba­ma ? Quelques se­maines après le vote de la loi « Agri­cul­ture et ali­men­ta­tion » (is­sue des fa­meux « Etats gé­né­raux de l’ali­men­ta­tion »)* à l’As­sem­blée, c’est la ques­tion qui est dé­sor­mais sur toutes les lèvres des élus et res­pon­sables syn­di­caux de la fi­lière agro-ali­men­taire, sans que qui­conque n’ose vrai­ment se l’avouer...

Il y a huit ans dé­jà, l’ex-pre­mière dame des Etats-Unis lan­çait sa cé­lèbre cam­pagne de santé pu­blique Let’s Move, in­ci­tant les en­fants et les ados à man­ger plus sain à l’école et mul­ti­plier les ac­ti­vi­tés phy­siques. Quelques temps plus tard, elle fai­sait vo­ter au Sé­nat (avec tout le poids de Ba­rack dans la ba­lance) le Heal­thy Hun­ger-Free Kids Act, une loi qui al­lait obli­ger les éta­blis­se­ments sco­laires à rem­pla­cer les dis­tri­bu­teurs de barres cho- co­la­tés par des pa­niers de fruits et légumes, in­ci­ter les géants du sna­cking et du fast-food à re­voir à la baisse le taux de sucre, de sel et de gras de leurs re­cettes et en­cou­ra­ger la dis­tri­bu­tion à mettre du frais en tête de leurs gon­doles.

ALIAS « BIBI »

Bien sûr, tout le monde se sou­vient des images de Mi­chelle Oba­ma dan­sant (très bien) dans les écoles ou sur les pla­teaux té­lé pour faire la pro­mo de la cam­pagne Let’s Move. Et per­sonne n’ima­gine Brigitte Ma­cron faire la Ma­ca­ré­na chez Ha­nou­na (C8) pour les mêmes rai­sons !

Et pour­tant, c’est jus­te­ment au mo­ment même où – aux Etats-Unis - Do­nald Trump en­tre­prend une vé­ri­table en­tre­prise de dé­mo­li­tion du

Heal­thy Hun­ger-Free Kids Act (le nou­veau pro­gramme Make School Meals Great Again ré­in­tro­duit la junk- food à l’école, au pré­texte que le reste fi­nit à la pou­belle) et où - en France - les pro­duc­teurs de fruits et légumes sont em­pê­chés de venir par­ler de leurs ré­coltes aux élèves par une ad­mi­nis­tra­tion ta­tillonne, que tous les re­gards se tournent vers Brigitte, alias « Bibi » dans l’in­ti­mi­té. L’épouse, la mère de trois en­fants, la grand-mère de sept pe­tits-en­fants, la conseillère in­fluente, le phare. Celle qu’on a vu, au coeur de la cam­pagne pré­si­den­tielle, dire au can­di­dat Ma­cron cette phrase qui res­te­ra pro­ba­ble­ment dans l’his­toire de la 5è Ré­pu­blique : « Ar­rête de man­ger des co­chon­ne­ries ! »...

MA­CA­RON D’AMIENS

Qui d’autre, en ef­fet, que Brigitte Ma­cron pour por­ter haut les cou­leurs de la lutte contre à la mal­bouffe à la Fran­çaise ? Celle qui a trans­for­mé près de 15% de la po­pu­la­tion en obèses et main­tient plus de 20% des mé­nages en pré­ca­ri­té ali­men­taire (en gros, quand tu as 5 eu­ros pour fi­nir le mois). Qui d’autre que l’ar­rière-pe­tite-fille du créa­teur du Ma­ca­ron d’Amiens - feu le re­gret­té Jean Tro­gneux des confi­se­ries Tro­gneux - pour faire le lien entre l’école, les profs et le meilleur du goût et nos fi­lières ? Nos éle­veurs, nos bou­chers, nos ma­raî­chers, nos pâ­tis­siers, nos fro­ma­gers, nos cui­si­niers... Tout ce qui fait que nous sommes en­core nous­mêmes et pas prêt d’ava­ler du Ca­mem­bert en tube.

MAIN TEN­DUE

Parce que c’est une évi­dence – et peut-être même parce que c’est dé­jà pro­gram­mé - il est d’ailleurs as­sez ins­pi­rant de voir ce qui avait plu­tôt fonc­tion­né aux Etats-Unis pour Mi­chelle Oba­ma.

A l’époque, la porte-pa­role de Let’s Move n’avait, en ef­fet, pas seu­le­ment mis l’in­dus­trie au dé­fi d’ar­rê­ter d’em­poi­son­ner les amé­ri­cains, elle lui avait ten­du la main (qui en avait pro­fi­ter pour dou­bler au pas­sage ses dé­penses de lob­bying). Elle n’avait pas joué la so­cié­té contre le mar­ché ou les pe­tits contre les gros, elle avait en­traî­né tout le monde dans son pas de danse, ce qui n’était pas la fa­çon la plus désa­gréable de faire des af­faires. L’en­goue­ment était tel, que les pro­duc­teurs amé­ri­cains de fruits et légumes crai­gnaient même de ne pas pou­voir sa­tis­faire la de­mande. Mais bien sûr, ça c’était avant Trump. Mais c’était aus­si avant Brigitte Ma­cron...

*Loi sur les prix pra­ti­qués par la grande-dis­tri­bu­tion, le seuil de re­vente à perte, etc

La cé­lèbre « Lady Su­per­mar­ket" de Duane Han­son, mais avec des pro­duits de ter­roir.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.