OLYM­PIC PE­NIN­SU­LA -

Une na­ture en ma­jes­té

Grands Reportages - - Grands Voyageurs États Unis -

Au centre, les Olym­pic Moun­tains, - bar­rière cli­ma­tique pro­té­geant l’Est des averses du Pa­ci­fique qui ar­rosent abon­dam­ment la côte Ouest-, ont don­né leur nom à cette pé­nin­sule in­com­pa­rable par sa di­ver­si­té. Un éco­sys­tème où mon­tagne, ri­vière, fo­rêt et océan s’en­tre­tiennent mu­tuel­le­ment, les sau­mons re­mon­tant les eaux cris­tal­lines de la Sol Duc Ri­ver vers leur lieu de nais­sance pour frayer avant de mou­rir, leur car­casse nour­ris­sant la faune lo­cale. Si­nuant à tra­vers la fo­rêt, la route dé­bouche sur Hur­ri­cane Ridge, bal­con éblouis­sant sur une suc­ces­sion spec­ta­cu­laire de pics nei­geux. Le mont Olympe, 2 432 mètres, fut bap­ti­sé ain­si en 1788. La neige sub­siste au fond des val­lées, même en été. Mais les gla­ciers di­mi­nuent. Ils ont per­du, de 1970 à 2010, plus de 30 % de leur sur­face, la pluie rem­pla­çant par­fois les flo­cons. De l’autre cô­té, on aper­çoit, par temps clair, l’île ca­na­dienne de Van­cou­ver. Quelques heures plus tard, La Push et sa plage de ga­lets. De­vant nous, le Pa­ci­fique, à l’in­fi­ni. À gauche, la fo­rêt de sa­pins tombe dans l’eau pâle qu’une lé­gère brume en­ve­loppe. À droite, la courbe de la plage pointe vers un îlot hé­ris­sé de pins évo­quant cer­tains ri­vages de Thaï­lande. Mais ici l’air est to­nique et l’on ne sau­rait se bai­gner dans l’eau, trop froide. Des pro­me­neurs marchent au bord de l’eau qui dé­roule en dou­ceur ses plis sur le sable. Plus loin, Ru­by Beach et ses troncs blan­chis aban­don­nés sur le ri­vage – cer­tains viennent du Ja­pon – dé­ga­ge­ront une im­pres­sion plus sau­vage. Hi­vers doux, étés frais et pluie fa­vo­risent la crois­sance de co­ni­fères de grande taille – épi­nette de Sit­ka, sa­pin de Dou­glas, épi­céa, pruche de l’Ouest, thuya géant – cer­tains at­tei­gnant 90 m, la hau­teur d’un im­meuble de trente étages, mais aus­si aulne rouge, érable à grandes feuilles jaillissent d’un en­tre­lacs de fou­gère, de li­chens : la fo­rêt pri­maire ou Hall of Mosses, le royaume des mousses. Ici pro­fi­lèrent ces arbres de l’ouest amé­ri­cain. Sous leurs fron­dai­sons, élan, le plus grand mam­mi­fère du parc, chèvre des Ro­cheuses, daim, mar­motte, ra­ton la­veur. Les troncs morts en dé­com­po­si­tion nour­rissent le sous-bois, en un cycle per­pé­tuel de re­nais­sance, dif­fu­sant une dé­li­cieuse odeur de mousse.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.