FRAέCHEUR DES WA­DIS ET SOUL MU­SI­CALE DE LA VEILLÉE SONT DES CA­DEAUX DU CIEL

Grands Reportages - - Dossier Oman Désert -

Nous voyons alors une troupe de com­pères dé­bar­quer en 4x4. Il s’agit de mu­si­ciens dra­pés dans leurs belles gan­dou­rahs ap­pe­lées dis­h­da­shas, avec le ku­mah, ou ca­lot bro­dé ori­gi­naire de Zan­zi­bar vissé sur la tête. Ils s’installent près du feu, à même le sable, et nous au­ront droit à un pe­tit concert im­pro­vi­sé, à base d’oud et de ta­blas. Chants gut­tu­raux et notes lé­gères grimpent di­rec­te­ment vers les étoiles… Vers 21 h 30, nos hôtes installent notre cou­chage dans la par­tie du cam­pe­ment ré­ser­vée aux étran­gers : en un tour­ne­main, les ma­te­las em­pi­lés dans un coin sont ali­gnés, cous­sins et cou­ver­tures ar­ran­gés, et ils se re­tirent dans leur tente. Ex­tinc­tion des lan­ternes (il n’y a ni élec­tri­ci­té ni eau cou­rante).

Vers 7 heures, nous sommes ré­veillés par le raf­fut des pe­tites chèvres que les femmes sortent de l’en­clos. Ces der­nières vont en­suite au puits pour la cor­vée d’eau, pour les be­soins do­mes­tiques seule­ment, l’eau potable étant li­vrée tous les deux jours par ca­mion. Quant aux hommes, ils sont souvent ab­sents, condui­sant des af­faires en ville, avec leurs cha­meaux dans le dé­sert, ou sur la côte afin de se pro­cu­rer les sar­dines sé­chées ser­vant de com­plé­ment ali­men­taire pour le bé­tail. Après le thé et les ga­lettes cuites sur le feu, les ate­liers : hen­né pour ces dames, sous la hou­lette de Wi­neyeh, une voi­sine ex­perte de la tri­bu des Al Ju­ne­bis, et vo­lon­tiers fa­cé­tieuse. Quant à nous, nous sui­vons Hu­mied der­rière un cor­don de dunes, où une piste de course brute de dé­cof­frage voit s’op­po­ser quelques jeunes bé­douins et leurs dro­ma­daires de 3-4 ans, pres­sés d’en dé­coudre. Juste avant le dé­part, les ani­maux re­nâclent, pous­sant d’af­freux gé­mis­se­ments, puis, au si­gnal de M’ba­rak, leur en­traî­neur bar­bi­chu, les mé­ha­ristes sautent sur leur dos en re­lâ­chant les mors. Les bêtes se dé­tendent en avant comme des res­sorts, les ba­guettes fouettent les cuirs épais : la course est lan­cée, dans un nuage de pous­sière !

Ghu­bri, maître de l’oud ou luth orien­tal, fait d’une soirée au bi­vouac un mo­ment ma­gique, grâce à ses chants al­ter­nant mé­lo­pées sou­fies et ful­gu­rances poé­tiques.

Ré­com­pense ul­time au bout du

wa­di Shab, la cas­cade de la grotte se mé­rite : 1 h 30 de marche dans les ga­lets, un long bief à na­ger, puis un pas­sage qua­si ini­tia­tique à tra­vers une fente du ro­cher : in­ou­bliable !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.