Pour l’ivresse des sens

Grands Reportages - - Week-end Espagne -

Les mar­chés cou­verts sont le ventre et l’âme de Barcelone. Dans leur tin­ta­marre, leur fouillis tous les sens sont en branle. Ça braille, ça grouille, ça clame à tue-tête ; on y croise des per­son­nages tru­cu­lents, des « gueules » de ro­man, des com­mères fai­sant leurs em­plettes, des bo­ni­men­teurs dé­gor­geant dans leur gouaille ca­ta­lane la qua­li­té de leurs pro­duits. Le vaste mar­ché du Born (1871) for­mait les halles cen­trales de Barcelone jus­qu’en 1971. Il a été conver­ti en centre cultu­rel et ar­chéo­lo­gique. In­con­tour­nable, le mar­ché de la Bo­que­ria (1914) est le plus cou­ru et le mieux acha­lan­dé de la ville. Sous sa struc­ture de style Art nou­veau, ce lieu ma­gique dé­borde à pleine bouche de vie et de couleurs. Ici, des py­ra­mides de fraises cô­toient les dunes d’oranges et les mon­tagnes de mi­ra­belles. Là, sur de sa­vants éta­lages, trônent des lé­gumes ran­gés avec art, des fro­mages et des épices ex­ha­lant leurs âcres par­fums, des guir­landes d’ail et des tresses de pi­ments cra­moi­sis. Les étals de pois­sons frais et de crus­ta­cés vi­vants oc­cupent la par­tie cen­trale, for­mant des cercles concen­triques comme dans une arène de cor­ri­da. Cô­té bou­che­rie, sau­cis­sons et jam­bons dansent la sar­dane, des têtes de mou­ton et des la­pins étri­pés s’ex­hibent der­rière des vi­trines comme des bi­joux pré­cieux. À l’heure du dé­jeu­ner, on se presse au comp­toir du bar à ta­pas El Quim. Ou bien au Pi­notxo, où of­fi­cie Joan, un ser­veur fan­fa­ron. Voyez aus­si la bou­tique du bar­bu Llo­renç Pe­tràs, grand spé­cia­liste des cham­pi­gnons, fleurs et insectes co­mes­tibles. Inau­gu­ré en 1848, le mar­ché de San­ta Ca­te­ri­na a été ré­no­vé en 2005. Sous son toit ba­rio­lé, en forme de vagues on­du­lantes, les ha­bi­tués poussent leurs ca­bas à rou­lettes au mi­lieu des échoppes de pro­duits régionaux. La mo­nu­men­tale struc­ture d’acier du mar­ché Sant An­to­ni (1882) est tou­jours en tra­vaux, en at­ten­dant la réouverture de cette halle po­pu­laire et au­then­tique. Le mar­ché de Gal­va­ny (1927), avec ses belles voûtes éclai­rées par des vi­traux, évoque une église à la gloire de la bonne chère. Par­mi les autres mar­chés, ci­tons aus­si ce­lui de la Con­cep­cio pour les fleurs et le mer­cat del En­cants pour chi­ner aux puces.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.