LA RÉU­NION COMPTE AUS­SI DES EXPLOS PLUS SPOR­TIVES, PAR­FOIS UNIQUES EN LEUR GENRE

Grands Reportages - - Côté Mer -

La Réu­nion ré­serve aus­si des ex­plo­ra­tions plus spor­tives, par­fois uniques en leur genre. Ain­si, sur la terre ferme, le sud en­trouvre la porte des fu­ries vol­ca­niques, pro­met des pay­sages dé­so­lés de la côte au vent. Sous l’eau aus­si, le vol­can a ap­po­sé sa brû­lante si­gna­ture. Avril1977 : le pi­ton de La Four­naise éructe sa co­lère mais épargne la mo­deste église de Pi­ton-Sainte-Rose. On crie au mi­racle. Dans l’Océan, un autre mi­racle : la lave fi­gée, tor­tu­rée, a sculp­té des cen­taines de ca­vi­tés dé­sor­mais ha­bi­tées par le sty­las­ter, le très rare co­rail rose. Une den­telle que l’on re­trouve sur le site du JeanPa­trick au large du Grand-Brû­lé ; ici, les cou­lées ba­sal­tiques tirent une im­mense langue de l ave dans le bleu om­bra­geux. Il faut alors des­cendre jus­qu’à près de 40 mètres pour contem­pler ces dé­li­cates bro­de­ries ef­fleu­rées, de temps à autre, par les on­du­la­tions d’un cal­mar. Et les épaves alors ? On en convient, leur nombre est li­mi­té, leur in­té­rêt in­égal, et leur ac­cès ré­ser­vé aux plon­geurs che­vron­nés. Cap au large du ci­me­tière ma­rin de Saint-Paul ; on vise l’im­po­sante tonne d’amar­rage squat­tée par des pé­trels. Et l’on se laisse glis­ser le long de l’im­pres­sion­nante chaîne. Par 22 mètres de fond, po­sée sur un dé­sert de sable noir, se dé­tache la sil­houette d’une barge, sans âme, contrô­lée par une sec­tion de raies-tor­pilles. Trans­for­mée en pen­sion pour ras­casses et pois­sons-pierres, pté­roïs et co­chers, pois­sons trom­pettes et fu­si­liers, elle té­moigne d’une ac­ti­vi­té qui contraste de fa­çon com­plè­te­ment sai­sis­sante avec le dé­cor lu­naire alen­tour. Il faut comp­ter une bonne heure de na­vi­ga­tion de­puis Saint-Gilles pour trou­ver l’Haï Sïang. Ce lan­gous­tier taï­wa­nais, cou­lé dans les an­nées 1980, est res­té in­tact. Po­sé par 56 mètres de fond, il est as­sez peu fré­quen­té et le temps d’im­mer­sion trop court pour ren­con­trer tous ses lo­ca­taires : ba­listes et trom­pettes, loches et ca­pu­cins, chi­rur­giens et vi­va­neaux. Vi­si­teuse inattendue, une tortue verte. Au pa­lier, avec un peu de chance, là en­core, un tha­zard vous ma­te­ra d’un oeil rond. Un site. Al­lez, un site à ne pas man­quer : la Pointe au Sel, souvent évo­quée d’une mine gour­mande ; une heure de route de­puis Saint-Leu et on at­teint ce tom­bant, l’un des plus foi­son­nants de La Réu­nion. O n d es ce n d tou t d’abord sur le pla­tier à 25 mètres pour frayer avec une foule bi­gar­rée : le bleu des chi­rur­giens, le vert des per­ro­quets, le rose des an­thias, les rayures des lut­jans, les queues blanches des de­moi­selles. Et l’on se laisse glis­ser las­ci­ve­ment, en­traî­né dans une valse par des ca­rangues, sui­vi par une tortue cu­rieuse, ébloui par la sa­ra­bande de pois­sons co­chers. Une drôle d’ombre ; on lève la tête vers un vol de raies man­tas. Mo­ment d’in­croyable plé­ni­tude. Sou­dain, le cou­rant se lève. Avec un peu de chance on croi­se­ra un re­quin ci­tron ou un thon dents-de-chien avant de re­mon­ter à bord.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.