ET POUR­TANT ILS EXISTENT

Grands Reportages - - Édito -

L’ab­sence d’ex­pli­ca­tions ra­tion­nelles et scien­ti­fiques prou­vet-elle l’in­exis­tence de phé­no­mènes ju­gés « ex­tra­or­di­naires » et échap­pant à la rai­son ? Sans tom­ber dans les dé­lires vé­hi­cu­lés par de mystérieuses sectes qui at­tendent, sans rire, le dé­bar­que­ment des Mar­tiens sur terre, on peut rai­son­na­ble­ment pen­ser que non. En 2014, on n’a tou­jours pas com­pris com­ment les Pas­cuans avaient pu trans­por­ter et dis­sé­mi­ner sur l’île de Pâques ces fa­meuses sta­tues de pierre, les Moaïs, dont le poids moyen est de 14 tonnes. Plu­sieurs hy­po­thèses s’af­frontent. N’em­pêche, les 887 mo­no­lithes ac­tuel­le­ment re­cen­sés conti­nuent de nar­guer la com­mu­nau­té scien­ti­fique et de sus­ci­ter l’émer­veille­ment des voya­geurs. Même sin­gu­la­ri­té dans le sud du Pé­rou, dans le dé­sert de Naz­ca, où des cen­taines de géo­glyphes re­pré­sen­tant créa­tures ani­males et fi­gures géo­mé­triques sont tra­cés à même le sol mais sont vi­sibles uni­que­ment de­puis le ciel. Quelles sont leurs si­gni­fi­ca­tions ? S’agit-il d’un calendrier as­tro­no­mique ? D’une piste d’at­ter­ris­sage ré­ser­vée à des vais­seaux d’ex­tra­ter­restres ? On n’en sait rien, mais pour­tant elles existent… Des énigmes de ce type, on en dé­nombre des cen­taines de par ce vaste monde, à ne pas confondre néan­moins avec d’autres mystères pour les­quels té­moi­gnages et lé­gendes se confondent tant et si bien que nous ne par­ve­nons plus, par­fois, à dis­so­cier la réa­li­té du mythe. L’exemple avec ce bon Nes­sie, la fa­meuse créa­ture qui hante les eaux pro­fondes du Loch Ness. Le pre­mier té­moi­gnage qui rap­porte son exis­tence re­monte à l’an 532 et, de­puis, la po­lice du Com­té d’In­ver­ness en a comp­ta­bi­li­sé plu­sieurs mil­liers ! Sommes-nous de­ve­nus as­sez fous, naïfs, cré­dules, au point d’ava­ler sans coup fé­rir des sor­nettes abra­ca­da­bran­tesques ? Ce se­rait faire in­jure à la pers­pi­ca­ci­té de l’es­pèce hu­maine, mais re­con­nais­sons alors hum­ble­ment notre pen­chant pour ces his­toires mystérieuses, ex­tra­or­di­naires, fris­son­nantes. Cette in­cli­na­tion re­monte à loin, au temps de notre plus tendre en­fance où nos pa­rents se dé­lec­taient en nous ra­con­tant des contes soi-di­sant mer­veilleux mais en réa­li­té ab­so­lu­ment abo­mi­nables : de l’aban­don parental ( Le­Pe­tit Pou­cet) à l’in­ceste ( Peau d’âne) via les ogres de LaBar­beB­leue ou de

La Belle au bois dor­mant, la liste est longue de ces his­toires ter­ri­fiantes dont, en­fants, nous nous ré­ga­lions tel­le­ment elles nous fai­saient peur ! Adultes, nous n’avons rien ou­blié de ces ré­cits qui se sont ad­di­tion­nés dans notre mé­moire et c’est pour­quoi nous ap­pré­cions, na­tu­rel­le­ment avec du re­cul, le sub­til éso­té­risme des fan­tômes écos­sais et des châ­teaux de Dra­cu­la. « Le­droi­tau

rêve a pour pen­dant le de­voir de vi­gi­lance » rap­pelle, fort à pro­pos, le zé­té­ti­cien Hen­ri Broch. Rê­ver et voya­ger : bien­ve­nue dans les ter­ri­toires mys­té­rieux de ce nu­mé­ro spé­cial…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.