À CA­SA­BLAN­CA, TOUS LES IM­MEUBLES ÉTAIENT ÉQUI­PÉS D’AS­CEN- SEUR, LES AP­PAR­TE­MENTS AVAIENT TOUS UNE DE SALLE DE BAIN

Grands Reportages - - Découverte Maroc -

Le Doge, hô­tel par­ti­cu­lier construit dans les an­nées trente, est ré­cem­ment de­ve­nu un hô­tel de la chaîne Re­lais et Châ­teaux. Les 16 chambres sont

dé­diées à des ar­tistes des an­nées trente. Ici la chambre Scott Fitz­ge­rald, le père de Gats­by­LeMa­gni­fique. Quelques églises sub­sistent de la pé­riode co­lo­niale ; si la ca­thé­drale du Sa­cré-Coeur construite par Paul Tour­non (1930) a été dé­sa­cra­li­sée, il est tou­jours pos­sible d’as­sis­ter à une messe Arts dé­co dans la très épu­rée église Notre Dame de Lourdes éclai­rée par 850m2 de vi­traux aux cou­leurs vives réa­li­sés en dalle de verre par Ga­briel Loire. À l’Est, les quar­tiers Al­sace-Lor­raine, Mers Sul­tan et Gi­ronde. Au Sud et à l’Ouest Gau­thier, Pal­miers, Maa­rif et Ra­cine… Des noms d’époque conser­vés et par­tout des in­no­va­tions mises au ser­vice du­con­fort, où les im­meubles conçus par les ar­chi­tectes fran­çais dé­passent sou­vent en équi­pe­ment ceux de Pa­ris à la même époque. « Nous­vi­vion­sen Amé­rique,quan­do­nal­lai­tenF­ran­cec’était­la­cam­pagne » se sou­vient l’ar­chi­tecte Phi­lippe Michel qui a gran­di à Ca­sa­blan­ca. « Le­sim­meubles,de­luxe com­me­les­plus­cou­rants,étaient­tou­sé­qui­pésd’as­cen­seurs,le­sap­par­te­ment­sa­vaient­tou­su­ne­salle de­bain. » En 1950 le pre­mier gratte-ciel du con­tinent afri­cain, l’im­meuble Li­ber­té de Léo­nard Morandi haut de 78 mètres, sort de terre.

qui borde l’océan At­lan­tique au pied de la col­line d’An­fa qu’af­fec­tionne la très haute bour­geoi­sie ca­sa­blan­caise, les pis­cines s’alignent jus­qu’aux plages de Aïn Diab et l’ul­tra-mo­derne temple de la consom­ma­tion du Mo­roc­co Mall. Phi­lippe Michel se sou­vient de son en­fance : « Cha­que­com­mu­nau­té,cha­que­ca­té­go­rie­so­cia­le­fré­quen­taient­sa­pis­cine.La­plus­po­pu­laire, fré­quen­téees­sen­tiel­le­ment­par­lesMa­ro­cains, c’était­la­pis­ci­ne­mu­ni­ci­pale. » La pis­cine mu­ni­ci­pale consi­dé­rée comme la plus grande du monde avec ses 480 m de long a été choi­sie en 1986 pour y po­ser la fu­ture mos­quée Has­san II. Inau­gu­ré en 1993, ce pha­rao­nique mo­nu­ment de bé­ton cou­vert de zel­liges et ima­gi­né par Michel Pin­seau, s’en­or­gueillit d’avoir le plus haut mi­na­ret du monde (201m) et de pou­voir ac­cueillir jus­qu’à 120 000 fi­dèles ! Ca­sa­blan­ca tou­jours tour­née vers l’ave­nir se prend au­jourd’hui des envies de Du­baï. En pro­lon­ge­ment de la Mos­quée Has­san II et face à l’an­cienne Mé­di­na, le projet Ca­sa­blan­ca Ma­ri­na prend forme : port de plai­sance, centre com­mer­cial, pa­lais des con­grès… Li­vrai­son pré­vue en 2015. Si Ca­sa­blan­ca n’a pas la touche orien­ta­liste d’un Tanger ou l’exo­tisme de Mar­ra­kech, le flou de sa lé­gende reste en­tier. Loin de toute mu­séi­fi­ca­tion, son pa­tri­moine ex­cep­tion­nel est tou­jours an­cré dans le quo­ti­dien des ha­bi­tants. Jean-Louis Co­hen, his­to­rien de l’ar­chi­tec­ture, qua­li­fie Ca­sa­blan­ca de « Ville-monde,fa­çon­née­parl’idéa­la­mé­ri­cain,qu’il s’agis­se­de­ce­lui­de­la­ville­ver­ti­ca­lein­car­née­par New York, ou ce­lui de la ville-pay­sage dif­fuse in­car­née­parLosAn­geles.In­ver­se­ment,le­monde as­cru­té­dès­le­san­nées1920l’es­sors­pec­ta­cu­laire deCa­sa­blan­ca­quia­don­nél’ima­ged’un­champ d’exer­cice pour la for­ma­tion des lan­gages de la mo­der­ni­téar­chi­tec­tu­rale. »

Tout au long de la Cor­niche

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.