Ar­mé­nie LES FER­VEURS DU CAU­CASE

Terre chré­tienne de­puis le IVe siècle, à la croi­sée des in­fluences orien­tales et oc­ci­den­tales, l’Ar­mé­nie vibre en­core du souffle bi­blique : par­tout, dans ses mon­tagnes tour à tour âpres et luxu­riantes, s’égrènent mo­nas­tères per­chés, églises ru­pestres, pie

Grands Reportages - - Top 25 - TEXTE ET PHO­TOS FRANCK CHAR­TON

An de grâce 451 de notre ère. Ar­mé­niens et Perses sont mas­sés de part et d’autre de la grande plaine d’Ara­vayr.

Ces der­niers veulent conver­tir au maz­déisme le peuple d’Ar­mé­nie, qui a of­fi­ciel­le­ment em­bras­sé le chris­tia­nisme un siècle plus tôt. Avant le choc des ar­mures et les jets de flèches, le che­va­lier Var­tan Ma­mi­ko­nian, s’adres­sant à ses troupes, pro­clame que leur re­li­gion fait par­tie d’eux, telle une se­conde peau, et qu’il fau­dra la leur ar­ra­cher pour les faire chan­ger d’avis. La ba­taille fe­ra rage et mal­gré la vic­toire fi­nale des Perses, plus nom­breux et mieux ar­més, les Ar­mé­niens ga­gne­ront le droit de gar­der leur re­li­gion. Une écla­tante vic­toire spi­ri­tuelle, ca­chée sous un re­vers mi­li­taire ! En Ar­mé­nie, l’ho­ri­zon n’est ja­mais rec­ti­ligne et ce n’est pas qu’une mé­ta­phore géo­po­li­tique. Les re­liefs s’in­vitent par­tout, don­nant aux pay­sages ce ca­rac­tère cha­hu­té, fa­vo­ri­sant la pré­ser­va­tion d’une ci­vi­li­sa­tion spé­ci­fique. À Ge­ghard, splen­dide mo­nas­tère coin­cé au fond d’une gorge, plu­sieurs cha­pelles tro­glo­dy­tiques, à l’acous­tique mer­veilleuse, voient dé­fi­ler des foules ex­ta­tiques. Tout un bes­tiaire sculp­té dans la roche évoque des ré­mi­nis­cences païennes, alors que sous un pavillon à l’écart, des hommes sa­cri­fient mou­tons et pou­lets en signe d’ac­tion de grâce, pour mar­quer un évé­ne­ment fa­mi­lial. À quelques ki­lo­mètres de là sur­git sur une butte do­mi­nant un pay­sage en­chan­teur, un insolite sanc­tuaire hel­lé­nis­tique avec ses co­lon­nades ioniques : le temple du so­leil de Gar­ni. Seul mo­nu­ment de ce type hé­ri­té du pa­ga­nisme, ses presque deux mille ans d’âge sont la source d’un tro­pisme par­ti­cu­lier chez les Ar­mé­niens, qui adorent ve­nir s’y pro­me­ner. Plus loin dans les col­lines du nord- est four­millent des joyaux mé­dié­vaux comme Ha­ghart­sine, an­cienne uni­ver­si­té mo­nas­tique, au charme bu­co­lique sous ses noyers sé­cu­laires. Par­tout, la terre ar­mé­nienne est ja­lon­née de khat­ch­kars, ces « pierres croix » toutes sem­blables et toutes dif­fé­rentes, qui im­priment une di­men­sion sa­crée à l’es­pace. Bar­bouillées de li­chens orange, fiè­re­ment ex­po­sées sur un pié­des­tal à l’en­trée des églises ou dor­mant dans les églan­tiers, ajou­rées comme une fine den­telle ou puis­santes et brutes dans la pierre noire, elles « ha­bitent » les lieux avec un dé­pouille­ment ras­sé­ré­nant. À No­ra­douz, près des berges de la mer in­té­rieure qu’est le lac Se­van, deux mille d’entre elles com­posent un en­voû­tant pay­sage cel­tique, que hantent trou­peaux iti­né­rants et vil­la­geoises tri­co­teuses, de­vi­sant sous le cra­chin. Près de la fron­tière géor­gienne, bout de piste à Agh­pat. Un ciel d’encre jette sur ce site clas­sé au pa­tri­moine mon­dial une at­mo­sphère cré­pus­cu­laire. Pe­sante mais su­blime ! Églises et cha­pelles en­tre­mê­lées, al­lée de khat­ch­kars, mau­so­lées royaux, bi­blio­thèque scrip­to­rium, ré­fec­toire avec son mou­lin à huile… Quelle co­hé­sion ar­chi­tec­tu­rale, quelle élé­gance ! Quand un pre­mier éclair zèbre l’écran noir des nues, le com­plexe prend une al­lure d’outre- tombe, jus­qu’au campanile so­li­taire, for­mant contre le ciel une sil­houette go­thique. Est- ce la fin du monde ou le dé­but d’un autre ?

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.