BON­HEUR DE MAR­CHER DANS UNE NA­TURE BRUTE, QUI RAP­PELLE LA WIL­DER­NESS DES ORI­GINES

Grands Reportages - - Dossier Chili Patagonie -

la val­lée du Fran­çais, sillon boi­sé se fau­fi­lant entre gla­cier sus­pen­du d’un cô­té, et Cuer­nos ( cornes) de l’autre. Ces som­mets em­blé­ma­tiques sont à la fois mas­sifs à leur base, ef­fi­lés à leur pointe, et sur­tout bi­co­lores. La roche est en ef­fet fon­cée et sé­di­men­taire aux ex­tré­mi­tés, beige clair et gra­ni­tique au centre ! On re­joint en haut de la val­lée deux pe­tits lacs ados­sés à un cirque ro­cheux, avec des vues fan­tas­tiques sur l’en­fi­lade de pa­rois, big walls ar­ro­gants ou flèches har­dies, les fo­rêts de cy­près tor­dus ( Fitz­roya cu­pres­soides) par­fois « bon­zaï­fiés » , les tour­bières ven­trues et les tor­rents bon­dis­sants. Du cô­té de la der­nière branche du « W » , à l’ouest, le pa­no­ra­ma sur le co­los­sal gla­cier Grey se ré­vèle gran­diose

Les autres hauts lieux du Paine :

Grande, grâce au ca­ta­ma­ran qui tra­verse le lac Pe­hoe vers Pu­de­to, trois fois par jour en sai­son. De là, je gagne l’Es­tan­cia Ter­ce­ra Bar­ran­ca, l’une des grandes fermes d’éle­vage du sec­teur, tour­née de plus en plus vers l’éco­tou­risme haut de gamme, avec les re­liefs du Paine en toile de fond. Le chep­tel : mille sept cents mou­tons, quatre cents vaches, quatre- vingts che­vaux. Une poi­gnée de pri­vi­lé­giés vient goû­ter là à la vie d’es­tan­cie­ros Ma­gal­lanes : ca­val­cades dans des steppes dignes de la Mon­go­lie, tra­vail des ba­quea­nos, sa­fa­ri en vé­hi­cule 4x4, hot tub et dî­ner gas­tro­no­mique le soir. Ba­lade avec San­tia­go dans la pam­pa, ap­pe­lée ici « coi­ron » , le pâ­tu­rage de l’in­fi­ni, sym­bole de l’identité lo­cale. Entre deux bar­rières à ou­vrir et à re­fer­mer, on de­vise, tout en ob­ser­vant ha­rems de gua­na­cos, nan­dous ef­fa­rou­chés, re­nards en go­guette, lièvres fur­tifs et con­dors en vol sta­tion­naire. Tout ici parle des confins : la piste qui mène au ranch s’ap­pelle « Route de la fin du monde » , la dou­zième ré­gion chi­lienne est celle de Ma­gel­lan et de l’An­tarc­tique, la pro­vince celle du der­nier es­poir : Ul­ti­ma Es­pe­ran­za ! Pause contem­pla­tive à l’es­tan­cia aban­don­née San­ta Ge­ni­ta, ac­cro­chée à un val­lon per­du, en vi­gie sur la prai­rie. Le site est en­voû­tant : vue im­pre­nable sur la La­gu­na Verde, face au mas­sif, qui semble ra­mas­sé sous un nou­veau contin­gent de nuages noirs, grif­fés par les ongles de gra­nit des tours du Paine. Des gua­na­cos par cen­taines. Pas d’eau, pas d’élec­tri­ci­té, mais un puits, une éo­lienne et un an­tique sa­loir à de­mi en­ter­ré en guise de fri­go. Le der­nier ba­quea­no est par­ti il y a quelques an­nées. Le poêle garde en­core dans sa gueule ou­verte une bûche à de­mi cal­ci­née. On par­tage un ma­té en si­lence. San­tia­go sou­rit de l’in­té­rieur, sa peau cui­vrée et ses yeux plis­sés tra­hissent son as­cen­dance in­dienne. Seul le vent qui étrille le pay­sage parle ; il ra­conte les hi­vers po­laires, le par­fum en­tê­tant des baies de ca­la­fate et les pu­mas so­li­taires des­cen­dus des hau­teurs pré­le­ver leur dîme. Com­ment ne pas res­sen­tir un ap­pel im­pé­rieux de­vant cette dé­me­sure qui force l’hu­mi­li­té, qui frise l’abs­trac­tion ? La Patagonie reste un voyage sen­so­riel où al­ternent coups de bou­toir sou­ve­rains et élans mê­lant ca­resses et bru­ta­li­té, nos­tal­gies et ivresse.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.