LA VI­SION EST IDYL­LIQUE MAIS PAR­FOIS TROM­PEUSE : LA POLLUTION ET LA SUR­FRÉ­QUEN­TA­TION SONT IN­CRI­MI­NÉES

Grands Reportages - - Grands Voya­geurs Inde -

ha­meau du Ke­ra­la bor­dé de champs de thé, qui ta­pissent le re­lief de dômes mo­quet­tés d’un vert tendre res­sem­blant aux pièces feuillues d’un puzzle, dé­li­mi­tées par les étroits pas­sages dans les­quels se glissent les cueilleuses. Un sac de jute sur la tête pour se pro­té­ger de la cha­leur, elles ré­coltent les feuilles brillantes sous le so­leil de mi­di. Pour re­mé­dier aux dé­boires de la fi­lière des

épices, Mo­thak­ka­ra – tout comme Hul­gol, le vil­lage de la plan­ta­tion de Ra­vi – s’ouvre ti­mi­de­ment au tou­risme. « Nous y avons créé une pe­tite au­berge qui offre un re­ve­nu sup­plé­men­taire aux vil­la­geois sans les rendre dé­pen­dants du tou­risme » , ex­plique Hi­man­shu Pande, l’un des di­ri­geants lo­caux de Vil­lage Ways, à l’ori­gine du pro­jet ( voir en­ca­dré dans notre guide pra­tique, page xxx). « L’idée est de mettre en avant les bons as­pects du tou­risme tout en ré­dui­sant ses cô­tés né­ga­tifs. » En fi­li­grane, le but est d’évi­ter les abus du dé­ve­lop­pe­ment tou­ris­tique des ba­ck­wa­ters voi­sins. Pen­dant des siècles, ce ré­seau de mille cinq cents ki­lo­mètres de ca­naux, lacs et la­gunes, pa­ral­lèle à la mer Ara­bique, a ser­vi à trans­por­ter le riz et les épices le long de la côte. Au­jourd’hui, les ket­tu­val­lam – les ba­teaux tra­di­tion­nels des ba­ck­wa­ters, en bois, en bambou et en fibre de co­co – servent sur­tout à faire goû­ter aux vi­si­teurs cet en­vi­ron­ne­ment la­custre et pai­sible. On le dé­couvre dans la brume du pe­tit ma­tin, de­puis le pont du Goo­dearth, qui glisse sur les eaux tran­quilles. Les pê­cheurs ont re­mon­té les nasses de leurs fi­lets chi­nois, plon­gés du­rant la nuit dans les eaux pois­son­neuses ; une pi­rogue se dé­coupe à contre- jour ; une ai­grette blanche dresse sa lon­gi­ligne sil­houette au- des­sus des ja­cinthes d’eau. Le si­lence est seule­ment rom­pu par le bruit d’une femme qui bat du linge et les « Hel­lo Sir ! » lan­cés de­puis les berges fran­gées de co­co­tiers par des ga­mins tout sou­rire.

Une vi­sion idyl­lique mais en par­tie trom­peuse. Plus loin, sur les quais d’Al­le­pey, les ba­teaux tou­ris tiques ali­gnés par di­zaines sont ac­cu­sés de tous les maux : sur­fré­quen­ta­tion, pollution, in­tru­sion

per­ma­nente dans la vie pri­vée des ha­bi­tants. L’Inde mer­veilleuse des ex­plo­ra­teurs et des mar

chands d’épices n’existe- t- elle plus que dans les livres d’his­toire ? Ma­hé n’a rien gar­dé ou presque de son pas­sé de comp­toir. Ca­li­cut, re­bap­ti­sée Koz­hi­kode, est au­jourd’hui une ci­té in­dus­trieuse, loin du faste de la cour du Za­mo­rin. Il faut al­ler à Co­chin pour en trou­ver des traces. La ville n’échappe pas à la mo­der­ni­té : un ré­cent port de conte­neurs brille de tous ses feux face aux fi­lets chi­nois qui sont l’un de ses em­blèmes, et la construc­tion d’un mé­tro aé­rien rend plus chao­tique en­core sa cir­cu­la­tion. Mais Fort- Co­chin a pré­ser­vé une pa­tine, une am­biance et une ar­chi­tec­ture qui rap­pellent les riches heures du com­merce sur la côte de Ma­la­bar. Pour le meilleur et pour le pire. Dans l’église Saint- Fran­çois, à cô­té d’une pierre tom­bale hol­lan­daise frap­pée des os en­tre­croi­sés de l’em­blème des pi­rates, un simple cadre de bois dé­li­mite l’en­droit où Vas­co de Ga­ma a re­po­sé pen­dant seize ans avant que sa dé­pouille ne soit ra­me­née au Por­tu­gal. « Il est cé­lé­bré en Oc­ci­dent, mais les livres d’his­toire in­diens se rap­pellent sur­tout d’un homme bru­tal, prêt à tout pour pro­té­ger les in­té­rêts du Por­tu­gal dans le com­merce du poivre » , ex­plique Jé­sus- Ja­cob, guide lo­cal. Son nom est tout un sym­bole. Fré­quen­tée très tôt par les mar­chands arabes, tête de pont des né­go­ciants por­tu­gais en Inde, prise par les Hol­lan­dais puis les Bri­tan­niques, Co­chin est l’une des villes les plus cos­mo­po­lites du pays. On y trouve un pa­lais hol­lan­dais, des mos­quées, des églises chré­tiennes, une sy­na­gogue sé­pa­rée par un simple mur d’un temple dé­dié à Vi­sh­nou… Mat­tan­cher­ry, le quar­tier de la ville tou­jours

ap­pe­lé Jew Town, même s’il n’y reste plus qu’une poi­gnée de fa­milles juives, est la plaque tour­nante du com­merce des épices à Co­chin de­puis des siècles. De chaque côte de la rue prin­ci­pale, ba­layée en per­ma­nence par un bal­let de tuk- tuk, des fa­çades dont l’hu­mi­di­té n’a pas réus­si à gom­mer le lustre d’ori­gine abritent des en­tre­pôts où s’en­tassent des sacs de riz, de car­da­mome, de ca­fé. Des ar­rières cours s’em­plissent de l’odeur du gin­gembre sé­chant au so­leil, des hommes suent sous de lourds bal­lots de thé vert, des liasses de billets passent de main en main. On n’y voit certes plus les pa­lan­quins in­crus­tés d’ivoire des râ­jas d’hier, ni les ga­lions des com­pa­gnies des Indes mouillés au large. Mais il ne fait au­cun doute qu’ici, on connaît de­puis des siècles la vraie va­leur de Pi­per ni­grum, le poivre noir de Ma­la­bar.

En tuk- tuk dans les rues de Co­chin. Entre le quar­tier de Fort- Co­chin et la « ville juive » de Mat­tan­cher­ry s’alignent des

di­zaines d’en­tre­pôts où le com­merce des épices va en­core bon train. Après Vas­co de Ga­ma

et les Por­tu­gais, la ville pas­sa sous le contrôle des Hol­lan­dais puis des Bri­tan­niques. Elle a gar­dé des traces de toutes

ces in­fluences.

Le sou­rire d’une mar­chande d’oeillets d’Inde de Ku­me­ta, sur la côte du Kar­na­ta­ka. Au- de­là des épices, l’État est l’un des pre­miers du pays pour la pro­duc­tion de fleurs, no­tam­ment ces oeillets vi­sibles dans tous les temples d’Inde. Si le poivre est l’or noir du Ma­la­bar, la ré­gion pro­duit éga­le­ment de nom­breuses autres épices, no­tam­ment de la car­da­mome, par­fois ap­pe­lée « épice reine » car elle fut long­temps l’une des plus chères avec le sa­fran et la va­nille. Outre la cui­sine, nombre d’entre elles sont uti­li­sées dans la mé­de­cine tra­di­tion­nelle ayur­vé­dique.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.