AVEC QUI PAR­TIR ?

Grands Reportages - - Dossier -

Ce dos­sier com­plet n’au­rait pu être réa­li­sé sans le sou en lo­gis que de l’agence Al­li­bert Trek­king, qui pro­pose de nom­breux pro­grammes sur le GR 20. Par­mi les i né­raires re­mar­quables pro­po­sés par l’agence, on no­te­ra l’In­té­grale du GR 20 en li­ber­té, sur une du­rée de 14 jours, à par r de 1 250 €, hé­ber­ge­ment prin­ci­pa­le­ment en gîte, dif­fi­cul­té : 5 chaus­sures, au­to­no­mie : 2. www.al­li­bert­trek­king. com/corse­ran­don­nee­gr20. htm. Voir éga­le­ment, en ver­sion ac­com­pa­gnée, L’in­té­grale du GR 20 : le Raid, 14 jours, à par r de 1 450 €, hé­ber­ge­ment prin­ci­pa­le­ment en re­fuge, ber­ge­rie ou sous tente, Dif­fi­cul­té : 5. www.al­li­bert­trek­king. com/page/3/corse­trek­king­corse. htm La mon­tagne corse est un géant tour à tour re­dou­table et dé­bon­naire. Un géant qui, chaque jour, dis­tille au mar­cheur un sa­vant do­sage de dou­ceurs (pay­sages fo­res­tiers, poz­zines, vasques trans­lu­cides) et d’âpre­té (sen­tiers es­car­pés, roches abra­sives, ver­sants aus­tères et dé­ni­ve­lées sé­vères sous un so­leil ou un vent im­pla­cables). Et pour­tant les ama­teurs sont lé­gion, ac­cou­rus du monde en­tier pour faire l’ex­pé­rience de ce trai­te­ment doux-amer. Comment ex­pli­quer ce tro­pisme qui tient de l’en­voû­te­ment, si ce n’est par la com­bi­nai­son de son ni­veau de dif­fi­cul­té, tou­jours sou­te­nu, et par la beau­té en­sor­ce­lante, à la fois in­su­laire et sau­vage, mé­di­ter­ra­néenne et ré­so­lu­ment mon­ta­gnarde, de ses am­biances de che­mi­ne­ment ? De­puis juillet 2009, il est obli­ga­toire de ré­ser­ver ses nui­tées en re­fuge ou ses em­pla­ce­ments de tente à l’avance. Si cette ra­tio­na­li­sa­tion a le mé­rite de sim­pli­fier la lo­gis­tique, et de rendre plus fa­cile la vie des gar­diens de re­fuge, comme celle des agences qui com­mer­cia­lisent le GR 20, son gros in­con­vé­nient est que l’on perd la sou­plesse de choi­sir ou de mo­di­fier ses étapes se­lon ses hu­meurs ou la mé­téo, et donc une par­tie du plai­sir de l’im­pro­vi­sa­tion (re­la­tive) qui sied à ce type d’« aven­ture ». L’al­ter­na­tive, si on veut res­ter aux ma­nettes de son trek : soit ac­cep­ter les aléas de la non-ré­ser­va­tion (en prin­cipe in­ter­dite) et donc d’hé­ri­ter des spots les moins confor­tables pour dor­mir, ou de de­voir at­tendre le der­nier mo­ment pour sa­voir s’il reste des places ou des re­pas dis­po­nibles, ou alors de par­tir comme ja­dis, en au­to­no­mie to­tale avec tout son bar­da (tente, po­pote, lyo­phi­li­sés, etc.) et de se dé­brouiller en­suite aux étapes pour po­ser sa tente, en fonc­tion des sites et de son heure d’ar­ri­vée. Aléa­toire, mais ça fonc­tionne ! Nous avons, pour notre part, choi­si d’ef­fec­tuer la to­ta­li­té du GR 20 dans le sens nord-sud (voir page 66) en ef­fec­tuant plu­sieurs som­mets fa­cul­ta­tifs et de nom­breuses va­riantes (cf. en­ca­drés) avec les op­tions sui­vantes : « en li­ber­té », c’est-à-dire seul, mu­ni d’un to­po et d’une carte IGN de la to­ta­li­té du GR 20, « re­pas en pen­sion com­plète » à l’étape, et « sac ac­com­pa­gné », soit un sac de huit ki­los maxi­mum trans­por­té tous les deux à trois jours en moyenne, par un trans­por­teur (voir en­ca­dré), et en­fin « sous tente » chaque fois que pos­sible. Ce­la qui si­gni­fie que les ré­ser­va­tions étaient faites au­près des re­fuges par l’agence, en de­man­dant tous les re­pas (y com­pris le sac pique-nique du mi­di) et un cou­chage sous tente (seule­ment 2 nuits « en ca­bane », à Asi­nao et Paliri). Un par­ti pris, donc, pour une for­mule « idéale » qui nous a per­mis de li­mi­ter le poids à por­ter, afin de consa­crer da­van­tage de temps aux va­riantes et as­cen­sions. Le meilleur du GR 20 ?

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.