BON DE SOR­TIE

Grands Reportages - - Édito - AN­THO­NY NICOLAZZI Ré­dac­teur en chef

On peut ai­mer ou dé­tes­ter le vé­lo, es­ti­mer que les fa­nas de la pe­tite reine sont « tous do­pés » ou qu’il sub­siste, dans le pe­lo­ton, quelques cou­reurs « propres » qui mé­ritent en­core quelque consi­dé­ra­tion, une chose est sûre : le Tour de France est une in­es­ti­mable ode (mé­dia­tique) à notre ter­ri­toire. Vingt jours du­rant, dans cent quatre-vingt-dix pays, près de trois mil­liards et de­mi de té­lé­spec­ta­teurs suivent les ex­ploits des cham­pions, par­mi les­quels il convient d’in­té­grer ceux des pi­lotes et ca­dreurs – hélicoptères ou drones – qui nous dé­voilent les plus belles mer­veilles de notre bonne vieille France, à grand ren­fort d’images aé­riennes épous­tou­flantes. Quel pays bé­né­fi­cie, an­née après an­née, d’une telle vi­si­bi­li­té de son pa­tri­moine, na­tu­rel ou his­to­rique, à l’éche­lon pla­né­taire ? J’ai beau mettre le nez à la fe­nêtre, je pioche… Avec plus de quatre-vingts mil­lions de tou­ristes in­ter­na­tio­naux chaque an­née, la France de­meure le pays le plus vi­si­té au monde. Ajou­tez à ce­la le chas­sé-croi­sé de juillet-août, et il y a fort à pa­rier que, lors de votre dé­cou­verte du Mont-Saint-Mi­chel, des châ­teaux ca­thares ou du pont du Gard, cet été, vous ris­quiez d’avoir à jouer des coudes dans le pe­lo­ton. Fa­ta­li­té ? Chaque an­née, notre nu­mé­ro d’été spé­cial « France sau­vage » s’in­gé­nie à vous glis­ser des pistes (cy­clables ou non) pour dé­cou­vrir les hauts lieux de l’Hexa­gone dans les meilleures condi­tions. Le Ven­toux vous fait de l’oeil ? Sa­luez-le avec dé­fé­rence, de bon ma­tin, sur la route qui vous mène, qua­rante ki­lo­mètres à vol d’oi­seau à l’est, vers sa pe­tite soeur la mon­tagne de Lure. Vous au­rez tout loi­sir d’y (re)lire Giono, tout en sa­vou­rant la quié­tude d’un lieu où la den­si­té de po­pu­la­tion est in­ver­se­ment pro­por­tion­nelle à celle de l’Alpe d’Huez un di­manche de juillet. Plus au sud ? Un dé­fi de taille, un qua­si Ga­li­bier de juille­tiste. Les Ca­lanques (de Mar­seille, de Cas­sis…) sont sou­mises à une in­croyable pres­sion, en termes de fré­quen­ta­tion tou­ris­tique, mais aus­si sur le plan en­vi­ron­ne­men­tal, l’immobilier, les risques d’in­cen­die, etc. Créé en 2012, le Parc na­tio­nal a re­bat­tu les cartes, et s’at­tache dé­sor­mais, à gé­rer les pra­tiques des usa­gers de ce joyau de na­ture : pro­me­neurs, ran­don­neurs, grim­peurs, pê­cheurs, plon­geurs… Les Ca­lanques pour vous tout seul en plein été ? Vous n’y pen­sez pas ? Et pour­tant, nous étions à l’aube de la belle sai­son à quelques en­ca­blures du De­ven­son, Su­gi­ton, En Vau, sans voir âme qui vive, ou presque (voir page 30). Une échap­pée so­li­taire. Sans doute se­rez-vous nom­breux, sur la ligne de dé­part, en ce mois d’août qui, pour beau­coup, conti­nue de ri­mer avec « France ». Notre cre­do estival vous in­vite à prendre la pre­mière sor­tie, et à vous fau­fi­ler sur les iti­né­raires bis, pour re­dé­cou­vrir, en chasse-pa­tate re­ven­di­qué, la merveilleuse sau­va­ge­rie de nos contrées hexa­go­nales. Du Lar­zac au Quey­ras, du Ma­rais poi­te­vin à la Suisse nor­mande, des Mille-Étangs à la Cor­niche basque, il y a mille et une oc­ca­sions de vous of­frir un bon de sor­tie. À vous de jouer. Bel été !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.