BEL­VÉ­DÈRE STRATÉGIQUE

Grands Reportages - - Cap Canaille -

Un cas rare ? Lure est as­sez « basse » pour que, vue de la val­lée de la Du­rance, au fil de l’au­to­route ou du ca­nal, elle n’égra­tigne qu’à peine le pay­sage. Reste sa po­si­tion ex­tra­or­di­naire : en dé­ca­lage des Alpes, à che­val entre la Du­rance et la val­lée du Rhône, les mondes de Lure sont comme un avant-poste d’ob­ser­va­tion avant ou après la grande ba­taille des re­liefs al­pins. Un truc à la fois dis­cret, mo­deste. Et fa­bu­leux. Du si­gnal, son point haut (1 826 m), juste sous les grandes an­tennes, im­pos­sible de man­quer la ron­deur du Ven­toux plein ouest, l’ex­ten­sion géo­lo­gique ul­time et loin­taine des cal­caires de Lure. À 40 ki­lo­mètres à vol d’oi­seau, dif­fi­cile de ne pas rê­ver, au-de­là du col de l’Homme mort, à une bam­bée sau­vage vers cette py­ra­mide, mas­sive et sèche, qui ba­lise de­puis le Vau­cluse toute la basse val­lée du Rhône. Juste der­rière ? Ce sont les den­telles de Mont­mi­rail… Nord ? Pas­sé la val­lée du Ja­bron, qui creuse de ses fa­laises le vide des ver­sants nord de Lure, la por­tée de­vient à la fois plus com­plexe, en lecture, et d’une am­pleur as­sez si­dé­rante pour les fa­mi­liers des Alpes. Les crêtes de La­ragne, les Ba­ron­nies, la fai­blesse de la val­lée

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.