VOYAGES EN DE­VE­NIR

Grands Reportages - - Édito - AN­THO­NY NICOLAZZI Ré­dac­teur en chef

Vous êtes-vous dé­jà in­ter­ro­gé sur la ge­nèse, l’élé­ment dé­clen­cheur, de vos en­vies de voyage ? Ins­tan­ta­né­ment, on pense à une belle image – l’une de nos rai­sons d’être – qui ré­vèle tout à coup un angle in­at­ten­du, une lu­mière di­vine, voire car­ré­ment un lieu dont vous ne soup­çon­niez pas l’exis­tence quelques se­condes au­pa­ra­vant. Mais pous­sons plus avant la re­cherche. À l’oc­ca­sion de ce nu­mé­ro, nous nous sommes in­ter­ro­gés sur ces dé­si­rs de voyage qui naissent, gran­dissent, mû­rissent, et par­fois se concré­tisent en cha­cun de nous. La ma­gie évo­ca­trice des to­po­nymes, par exemple, lar­ge­ment à l’hon­neur dans cet opus. Pen­sez « Sa­mar­cande » et dé­jà s’animent les cou­poles tur­quoise du Ré­gis­tan et la mé­lo­pée brillante des Ru­bâ'iyat d’Omar Khayyam. Les « Zan­zi­bar », « Pon­di­ché­ry » ou « Chan­der­na­gor » convoquent les fra­grances des mar­chands d’épices et les comp­toirs de l’océan In­dien. Le del­ta de « L’Oré­noque » ré­veille nos rêves d’aven­tures et les Jules Verne lus en ca­chette à la lueur de la lampe de poche tan­dis que « Vla­di­vos­tok » nous plonge dans le tac-atac in­fi­ni d’un loin­tain Trans­si­bé­rien, aux prises avec les Gardes rouges des an­nées 1920 ou la prose de Blaise Cen­drars… Peu im­porte, au de­meu­rant, que tel ou tel lieu du bout du monde ne soit qu’un af­freux port in­dus­trieux, un ma­rais in­fes­té de ma­la­ria ou le siège d’un en­nui mor­tel, le voyage s’in­si­nue dé­jà dans vos ar­tères pour, du­rant les jours, les mois ou les an­nées qui sui­vront, ali­men­ter cette part d’ima­gi­naire qui anime tout voya­geur en de­ve­nir. Ima­gi­naire ? À l’image de ce « der­nier voyage » qui guette cha­cun de nous – le plus tard pos­sible – le voyage au sens propre n’est-il pas qu’un « simple » trans­port, phy­sique et (ou) spi­ri­tuel, vers un ailleurs au­quel as­pire notre es­prit ? La clé de nos en­vies pro­fondes ne ré­si­de­rait-elle pas dans cet in­croyable uni­vers pa­ral­lèle qui nous anime dès lors que s’abat le poids du quo­ti­dien ? On op­pose sou­vent le « tou­risme » et le « voyage », mais tout n’est, en dé­fi­ni­tive, qu’une ques­tion d’échelle, d’en­ga­ge­ment. Du­rant leur pé­riple à Zan­zi­bar, Claire et Re­no Mar­ca n’ont rien fait d’autre que de brouiller les pistes, quit­ter la route à la rencontre des com­mu­nau­tés de femmes zan­zi­ba­rites qui cultivent les algues sur la côte est, avant de se né­go­cier une place sur le pon­ton in­con­for­table d’un boutre (tout sauf tou­ris­tique) en di­rec­tion de Pem­ba. Du même en­droit, cer­tains ne re­tien­dront que la cou­leur éme­raude de l’océan et les plages de rêve (les Ita­liens sont chez eux à Zan­zi­bar…). D’autres tra­ce­ront un che­min dif­fé­rent, et por­te­ront sur leur voyage le re­gard d’un au­teur, in­ven­tant au jour le jour leur pe­tite his­toire personnelle. Lit­té­ra­ture, quand tu nous tiens…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.