LA MON­TAGNE

LA PLUS LAIDE DU MONDE

Grands Reportages - - Le Mag - TEXTE & PHO­TO AN­THO­NY NICOLAZZI

« C’est la mon­tagne la plus laide que j’aie ja­mais vue »… De deux choses l’une, soit l’au­teur de ce e im­pi­toyable sen­tence avait des goûts dou­teux, soit il était un maître de l’hu­mour. Un An­glais très cer­tai­ne­ment. Bin­go ! William Ce­cil Sling­sby (18491929) était grim­peur, et su­jet de sa Ma­jes­té. Lors­qu’on croise face à ce mo­no­lithe de gra­nite du Ste nd (Nord­land, Nor­vège), 1 392 m de haut, d’un seul te­nant, on de­vine que cet ex­plo­ra­teur pion­nier des mon­tagnes nor­vé­giennes avait dû pas­ser un mo­ment par cu­liè­re­ment dou­lou­reux sur la pa­roi, pour en ve­nir à énon­cer un ju­ge­ment si sin­gu­lier. Les Nor­vé­giens, plus ins­pi­rés que nos amis An­glais, ont de­puis éri­gé le Ste nd au rang de « na onal moun­tain », fai­sant de cet épe­ron gra­ni que le porte­dra­peau de l’iden té mon­ta­gnarde nor­vé­gienne. Si­tué dans le Tys ord, au nord de la Nor­vège, sur la par e con nen­tale fai­sant face aux îles Lo­fo­ten, le Ste nd est un rêve de grim­peur, dont l’as­cen­sion re­lève de l’es­ca­lade. Mais on peut tout aus­si bien l’ad­mi­rer de­puis les ri­vages du Tys ord (en kayak, voir page 110) ou de­puis le sen er de Sto­rel­va, qui monte jus­qu’au pe t col (930 m, 5 h AR, ni­veau moyen) entre Ste nd et Pres nden. Au­de­là, pré­pa­rez­vous à af­fu­ter vos chaus­sons…

© An­tho­ny Nicolazzi

Les es­thètes lui trou­ve­ront une étrange res­sem­blance avec le Cer­vin ou avec le Ma­ch­ha­pu­ch­hare, avec les­quels il par­tage le goût de dé­fier les ver cales. Une chose est sûre, de toutes les mon­tagnes de Nor­vège, le Ste nd est as­su­ré­ment la plus im­pres­sion­nante.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.