Dans la pé­nin­sule du Horns­tran­dir, pas de route, ni de vil­lage. Un rêve d’aven­ture à l’état pur

Grands Reportages - - Dossier -

AU­TOUR D’ÍSAF­JÖRÐUR

En voi­ture, le ver­sant at­lan­tique des ter­ri­toires du Nord-Ouest, des so­li­tudes ab­so­lues de Sval­vo­gar jus­qu’aux mil­lions d’ha­bi­tants (oi­seaux ma­rins uni­que­ment…) des fa­laises de Lá­trab­jarg, ne parle, lui, que de longs ta­bleaux de beau­té entre mer et terre. Les routes qui cein­turent (par­tiel­le­ment) les quatre pé­nin­sules se dé­plient comme des courbes frac­tales. Re­joindre Ísaf­jörður, la « ca­pi­tale » de la ré­gion (2 300 ha­bi­tants) est dé­jà une longue dé­rive. Un peu de hau­teur, et l’on dé­chiffre im­mé­dia­te­ment la géo­mor­pho­lo­gie presque ré­gu­lière des auges gla­ciaires ou­vertes à ré­pé­ti­tion vers la mer, ados­sées aux strates abruptes de ver­sants, dé­bou­chant sur des pla­teaux d’altitude d’une ho­ri­zon­ta­li­té par­faite. On peut mar­cher, en ba­lades à la jour­née, dans ces val­lées ou­vertes, qui abritent qua­si­ment à chaque fois d’éton­nantes fermes du bout du monde, ni­chées sous les pentes, au­tour de pré­cieuses zones de pâ­tu­rages.

LES FA­LAISES DE LÁ­TRAB­JARG

Pas­sé Dý­raf­jörður et Ar­narf­jörður, avant les pla­teaux du Sud et la somp­tueuse cas­cade de Dyn­jan­di (Fjall­foss), le dé­cou­page spec­ta­cu­laire des val­lées en vis-à-vis monte en puis­sance. Trop de solitude ? Cap sur les fa­laises de Lá­trab­jarg. Sur la carte, vous êtes sur le point le plus ouest pos­sible qu’il soit per­mis de fou­ler en Eu­rope. Géo­lo­gi­que­ment, vous mar­chez pour­tant sur la plaque amé­ri­caine. Mais ici, c’est la sur­po­pu­la­tion des oi­seaux de mer (ma­ca­reux, pé­trels, goé­lands, guille­mots, fous de bas­san, pin­gouins tor­da…) qui fait fu­reur : dans ce haut lieu de l’or­ni­tho­lo­gie mon­diale, si vous vous en­ga­gez sur le fil des vingt-cinq ki­lo­mètres des fa­laises qui re­joignent les plages de Breiðavík, ils se­ront des mil­lions (!), juste sous vos pieds, à vous ac­com­pa­gner…

LA PÉ­NIN­SULE DE SNAE­FELL

La route re­tour du Vest­firðir sait prendre son temps ? Dif­fi­cile de re­ve­nir vers

© Jean­Marc Porte

Mai­sons tra­di on­nelles d’agri­cul­teurs, dans le

ord de Lit­li­baer, à l’est d’Ísa örður.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.