Et l’es­ca­lade dans tout ça ?

Grimper - - FALAISE - Nus Thes­mall­crack, En­tre­toi­tet­moi, Tri­pleP). L’écho­de­sé­toiles, Har­da- No­Name LaTour­deBa­bel. Mar­cotte, La­ba­la­dedes

Voyons main­te­nant la grimpe en elle-même, les sec­teurs, leurs sur­prises et leurs pé­pites. Car il y en a pour tous les ni­veaux, toutes les en­vies et tous les be­soins, gage que qui­conque po­se­ra ses chaus­sons ici re­par­ti­ra com­blé. Comme nous le di­sions plus haut, le site de Ro­meyer est par­ta­gé en deux par un ruis­seau. Il faut sa­voir que les sec­teurs très dé­ver­sant sont si­tués en rive droite. Nous al­lons donc com­men­cer par je­ter un oeil in­té­res­sé sur le seul sec­teur es­ti­val de cette rive, le sec­teur Ma­tu­vu. Si­tué au bord de la pe­tite route au fond de la cluse, ce sec­teur vous ac­cueille­ra sur sa belle plage de ga­lets par temps sec ou sur un ter­rain sû­re­ment plus va­seux si le pe­tit tor­rent est mon­té. Vous pour­rez y grim­per à l’ombre tous les jours d’été jus­qu’à 10 heures le ma­tin si vous êtes un peu mo­ti­vé, et à par­tir de 15 heures jus­qu’à la tom­bée de la nuit ! In­utile de se voi­ler la face, bien qu’attrayant par ses agréables cou­rants d’air frais, ici, il va fal­loir fer­mer le bras pour ve­nir à bout de ces longs dé­vers. Je vous conseille de vous échauf­fer dans les voies du des­sus ou bien en rive gauche, où foi­sonnent de belles voies fa­ciles comme 6a. En­suite, si le bi­ceps vous en dit, pour­quoi ne pas faire un tour dans

un 7b+ très classe, conti à sou­hait et à l’équi­pe­ment quelque peu aé­ré, pour une grimpe dé­rou­tante de toute beau­té. Si c’est du très gros dé­vers que vous dé­si­rez, pour­quoi ne pas vous dé­ca­ler en­core un peu sur votre gauche pour voir ce que ra­content les deux 8a ma­jeurs du sec­teur : et Plus haut, du même cô­té de la cluse, naissent les sec­teurs d’hi­ver par ex­cel­lence comme bien sûr ce­lui de l’Ob­ser­va­toire. Là, seules les voies très dif­fi­ciles valent vrai­ment le dé­tour, les autres ayant pris un peu de pa­tine. Je vous conseille­rais donc la un 8a que Phi­lippe Sau­ry ap­pré­cie éga­le­ment et dont il a dû plu­sieurs fois mo­di­fier le dé­part pour qu’abou­tisse en­fin la ligne rê­vée, et une ligne plu­tôt ori­gi­nale. En par­lant de voies ex­trêmes, le lo­cal Guillaume Ma­ri­nel­li ain­si que Quen­tin Chas­ta­nier ont ou­vert cet été de nou­velles voies un pe­tit peu plus bas que l’Ob­ser­va­toire, dont cer­taines sont sans conteste

Guillaume Ma­ri­nel­li et Quen­tin Chas­ta­nier ont ou­vert cet été de nou­velles voies ex­trêmes un pe­tit peu plus bas que l’Ob­ser­va­toire.

les plus dif­fi­ciles de Ro­meyer ! En re­vanche, un nou­veau sec­teur d’ini­tia­tion est né il y a trois ans sur cette même rive avec quatre voies dans le cinquième de­gré (juste à gauche du 6a De l’autre cô­té de la route cette fois, on trouve le sec­teur Grand duc, pro­po­sant de ma­gni­fiques voies très abor­dables, de 5c à 7c+. Ici, c’est plu­tôt de tech­nique que même les néophytes de­vront s’ar­mer afin de suc­com­ber aux dé­lices de ces lon­gueurs par­fois ver­do­nesques. D’ex­pé­rience, je vous re­com­mande vi­ve­ment 6b+,

Ca­ro­line Min­vielle vient de trou­ver

la co­lo de 7b+. Ne ra­tez sur­tout pas le fa­meux mar­ché de Ro­meyer et son cé­lèbre Pi­co­don ! Fro­mage lo­cal qui, pa­raît-il, va de paire avec un bon

pain et une bonne clai­rette de Die.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.