TRI­BUNE :

AL­LER­GIE AD­MI­NIS­TRA­TIVE

Grimper - - IN VIVO -

# Patxi Uso­bia­ga est de re­tour Lors du Font & Bleau Con­test or­ga­ni­sé par une cé­lèbre bois­son éner­gi­sante j'ai pu m'en­tre­te­nir avec Phi­lippe Ri­biere des ar­ticles de la Tri­bune libre de Bleau. Il nous est ap­pa­ru une évi­dence : le cô­té trop, ré­cur­rent de cer­tains ar­ticles. Bref, je tourne en boucle ! Et, c’est vrai que c’est las­sant de de­voir écrire sans cesse les mêmes ar­ticles à pro­pos des dé­chets, des abus de ma­gné­sie, du non-res­pect du ro­cher, des pro­prié­taires… Une cri­tique fort heu­reu­se­ment très vite ef­fa­cée par une autre évi­dence : il faut hé­las mar­te­ler cer­tains mes­sages pour que les choses changent… Ra­bâ­cher, ra­bâ­cher et tou­jours ra­bâ­cher ! Hé­las, c’est aus­si ce que je me dis à pro­pos de nos di­ri­geants, de l'ad­mi­nis­tra­tion et de cer­taines ré­gle­men­ta­tions qui sont in­adap­tées, mal construites ou mal ap­pli­quées. Ain­si en est-il par­fois des lois de­vant pro­té­ger la na­ture dont les consé­quences vont, dans quelques cas, à l'en­contre de leur ob­jec­tif. Der­nier exemple en date, l'in­cen­die du 6sep­tembre 2016 au Col de la Gi­neste dans le Parc na­tio­nal des Ca­lanques qui a, une nou­velle fois, mis en évi­dence qu'un ex­cès de pro­tec­tion des sites na­tu­rels peut se mon­trer nui­sible. En ef­fet, sous pré­texte de sau­ve­garde, il a été im­pos­sible d'y faire les tra­vaux d'élar­gis­se­ment des pistes fores- tières né­ces­saires à la lutte contre les in­cen­dies et ceux mal­gré les grands in­cen­dies de 2009 (1 067 ha) et 1990 (3 524 ha). Pour­tant du­rant les douze an­nées de pré­pa­ra­tion du Parc Na­tio­nal, ce su­jet a été évo­qué à de nom­breuses re­prises. Oui mais vous n’y pen­sez pas, une piste à cet en­droit va to­ta­le­ment dé­fi­gu­rer le pay­sage ! J’ai en­vie de dire, pas plus que les barres de HLM qui en­tourent le Parc et d’où est le feu ! À Fon­tai­ne­bleau, c'est le sta­tut de « fo­rêt de pro­tec­tion » qui rend qua­si im­pos­sible cer­tains tra­vaux d'amé­na­ge­ment des par­kings et routes pour­tant in­dis­pen­sables et ré­cla­més de longue date par les as­so­cia­tions de sauve-

Voi­ci comment est ve­nu à l’idée de ce dé­part as­sis de “dé­lire oni­rique“à Charles Al­bert : “J'étais au ro­cher Saint Ger­main avec Neil Hart, James Webb et Da­vid Ma­son. James m'a ex­pli­qué comment il en­vi­sa­geait le as­sis de “dé­lire oni­rique“mais sa mé­thode sem­blait mer­dique et j'ai im­mé­dia­te­ment vi­sua­li­sé le ya­ni­ro, j'ai fait le crux du dé­part as­sis du pre­mier coup alors que j'ar­ri­vais pas à faire le de­bout…“Comme quoi en pé­riode élec­to­rale il faut sa­voir s’abais­ser pour mieux réus­sir !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.