Vous­pou­vez(ne­pasme) ré­pé­ter la ques­tion ?

Infrarouge - - FRONT PAGE -

On est pas mal à dé­tes­ter les « t’étais où-tu vas où ? ». Les quoi ? Mais si, vous les connais­sez for­cé­ment : ceux qui vous abordent l’air guille­ret et qui vous de­mandent vos des­ti­na­tions de vil­lé­gia­ture pour pla­cer aus­si­tôt leurs épo­pées de week-end et l’in­ven­taire de leurs pro­chains pé­riples. C’est amu­sant le be­soin de cer­tains à vou­loir si­tuer leurs in­ter­lo­cu­teurs dans l’es­pace. Dans la même veine, il y a les « Al­lot’esoù? » qui fonc­tionnent sur le même prin­cipe toute l’an­née, mais à dis­tance. En cette pé­riode de va­cances « dé­cla­rée of­fi­ciel­le­ment ou­verte » par le ca­len­drier, vous al­lez for­cé­ment être sou­mis à cet in­ter­ro­ga­toire un peu in­tru­sif pour cer­tains ou sans in­té­rêt pour d’autres, alors je vous pro­pose quelques ré­ponses, des plus douces aux plus ex­trêmes, pour qu’on ne vous pose plus jamais la ques­tion. - op­tion vul­ga­ri­té : je ne vous la rap­pelle pas, vous la connais­sez tous… - op­tion look : quand je vois ton bron­zage, je me dis qu’ap­pa­rem­ment nous n’étions pas au même en­droit. - op­tion Koh-Lan­ta : 10 jours à 17°56 N 62°53 W et une se­maine à la­ti­tude : 43.2648/ lon­gi­tude : 6.67985. - op­tion TF1: là-où-je-t’em-mè-ne-rai… et conti­nuer sur les pa­roles de Pa­gny. - op­tion miles : à + 2 000 miles qua­li­fiants et toi ? - op­tion mé­pris : là où tu n’au­ras jamais les moyens d’al­ler. - op­tion à cô­té de : à Ibi­za mais dans le Nord ; à Mykonos mais 8 jours à Pa­ros. A Gri­maud mais je vais au mar­ché à Saint-Tro­pez. - op­tion sin­cé­ri­té : peu im­porte, l’im­por­tant c’est que j’ai l’air heu­reux et dé­ten­du, non ? Gar­der secret son re­fuge pa­ra­di­siaque es­ti­val n’em­pê­che­ra pas de sa­voir où vos contacts sont al­lés. Bien avant qu’ils rentrent, ils vous fe­ront par­ta­ger leur meilleur cock­tail (gé­nial...), leur « plus beau cou­cher de so­leil de l’été » (su­per…), leurs nou­veaux amis (in­croyable, j’en ai l’eau à la bouche…), leur nou­velle conquête ( il y a des mo­ments où je pré­fère perdre des ba­tailles…). Bref, vous al­lez tout sa­voir donc : ne po­sez plus la ques­tion, mais ob­ser­vez. En at­ten­dant sep­tembre, on vous sou­haite un très bel été : où que vous al­liez… on ne veut rien sa­voir !

Aude Ber­nard-Treille

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.