Beau­té connec­tée

Le nou­veau chic cosmétique ? C’est d’être ul­tra- connec­tée, hy­per en­ga­gée et ad­dict au more with less.

Infrarouge - - BEAUTÉ - Par Ca­the­rine Jazd­zews­ki

Ma vie, ma beau­té, ma peau. Au­jourd’hui, on met tout sur le même plan. On veut se sen­tir en to­tale har­mo­nie, se dé­con­nec­ter du su­per­flu, du trop, du com­pli­qué pour al­ler à l’essentiel et au plai­sir. C’est pour­quoi notre gé­né­ra­tion de Pa­ri­siennes al­lège sa rou­tine soins, re­cherche une to­tale na­tu­ra­li­té et re­ven­dique une beau­té fraîche, vi­brante et si sexy qu’elle n’a plus be­soin ni de fards, ni de cor­rec­tions. On passe du contou­ring au no­tou­ring.

COSMÉTO MODE DE VIE

Dans cette ten­dance, nous avons une ligne fé­tiche, Hy­draLife de Dior ( 1). Hy­draLife, c’est la cosméto mode de vie, c’est da­van­tage de na­tu­ra­li­té pour un plai­sir dé­mul­ti­plié. Édouard Mau­vais- Jar­vis, tête pen­sante de la science chez Dior, le dit et le prouve : la joie, le bon­heur ont une ré­per­cus­sion di­recte sur la peau. Si on a plus de plai­sir à jouer avec ses soins, on a plus d’éclat. Crème Sor­bet cé­la­don, masque à ef­fet ge­lée, poudre à sen­sa­tion…, voi­là ce que pro­met la ligne Millé­niale. Du ma­tin au soir, ce pro­gramme de beau­té pro­pose des tex­tures éner­giques, co­lo­rées et des parfums vi­ta­mi­nés. À la source de ces formules es­sen­tielles et ex­tra­sen­so­rielles, une fleur, la mauve, qui pousse dans les jar­dins de Dior. Elle sti­mule le pou­voir d’au­to- hy­dra­ta­tion de la peau. Une ac­tion na­tu­relle, qui coule de source, pré­sente dans ces deux soins cra­quants : le Sor­bet Es­sence et le Sor­bet Crème. Et pas du tout su­per­flus puisque leurs pa­cka­gings sont éco- conçus.

L­CHER PRISE POUR RAYON­NER

Ima­gi­nez un monde sans klaxons… Le bio­acous­ti­cien amé­ri­cain Gordon Hemp­ton a lan­cé un nou­veau pro­jet consis­tant à ré­per­to­rier sur la pla­nète tous les lieux en­core vierges de pol­lu­tion, no­tam­ment so­nore, pour se mettre au dia­pa­son des sons ori­gi­nels et re­ve­nir ain­si à sa sé­ré­ni­té, son équi­libre, son bie­nêtre. C’est dans cette mou­vance que Cha­nel a de­man­dé à Nicola Fuz­za­ti, son di­rec­teur de re­cherche d’ac­tifs, de par­cou­rir le monde afin de dé­cou­vrir les zones de la pla­nète où l’on vit le mieux et le plus long­temps. Il a dé­nom­bré quatre spots, quatre « zones bleues » : au Cos­ta Ri­ca, en Sar­daigne, en Grèce et au Ja­pon. Il y a iden­ti­fié les plantes qui contri­buent à ce bie­nêtre et à cette lon­gé­vi­té : du ca­fé vert, de l’olive, du len­tisque… Leurs ex­traits com­posent le ré­ser­voir de lon­gé­vi­té d’un soin éco­lo­gi­que­ment avan­cé, le Blue Sé­rum ( 2). Ce sé­rum frais, que l’on pose chaque ma­tin sur son vi­sage avant sa crème de jour, dis­tille cette na­ture dé­con­nec­tée au coeur des cel­lules, les en­ve­loppe d’une « zone bleue » qui leur per­met de fonc­tion­ner et de s’épa­nouir sans in­ter­fé­rences nui­sibles. Il li­bère leur jeu­nesse.

AC­CRO À LA SMS RIDE

C’est son nom. Avant, cette ligne en forme de col­lier ap­pa­rais­sait sur le cou à la cin­quan­taine et était com­blée à coups d’acide hya­lu­ro­nique. Le pro­blème, c’est qu’elle a ga­gné main­te­nant les tren­te­naires. À force d’être vis­sées sur Ins­ta­gram ou Snap­chat, tête bais­sée, elle nous marque et pour­rait gâ­cher les selfies s’il n’exis­tait pas des rollers comme le Tech Neck Nia de StriVec­tin pour l’es­tom­per et l’em­pê­cher d’ap­pa­raître en mas­sant le cou. C’est le nou­veau ré­flexe à avoir ! Toutes les beau­ty­thé­ra­pistes, dont Joëlle Cioc­co, ne cessent de le ré­pé­ter.

LA LU­MIÈRE BLEUE ? PAS GLOW DU TOUT

La lu­mière bleue est l’an­ti­thèse de la zone bleue de Cha­nel. C’est une onde à la­quelle on doit la cou­leur du ciel et qui est, en ville, gé­né­rée sans cesse par tous les or­dis, les Smart­phones. On la re­çoit avec une den­si­té qui pour­rait faire im­plo­ser les compteurs Gei­ger. Elle en­traîne un burn- out de la peau, donne l’air fa­ti­gué. On a des cernes, les traits ti­rés. D’où l’im­por­tance de la dé­con­nexion. Celle- ci se fait na­tu­rel­le­ment grâce à des ac­tifs an­ti­oxy­dants bien connus comme la vi­ta­mine C ou la vi­ta­mine E . La ligne Vine[ ac­tiv] de Caudalie ( 3) bloque cette éner­gie né­ga­tive avec un com­plexe de po­ly­phé­nols de rai­sin et d’ex­trait d’épi­céa. Elle dif­fuse cette pro­tec­tion au moyen d’une tex­ture lé­gère. Les sens sont gâ­tés. Pour ra­fraî­chir son re­gard face à cette lu­mière bleue fa­ti­gante, on a aus­si un pe­tit soin 100 % ci­blé, le Mul­ti- Ac­tive Yeux de Cla­rins, un pe­tit cosméto- toy à avoir tou­jours sur soi.

Pour notre beau­té, Cha­nel cherche à tra­vers la pla­nète les zones où l'on vit le mieux pour re­flé­ter dans ses crèmes ce bien- être.

Jeu de sen­sa­tion : Sor­bet Wa­ter Es­sence, Hy­draLife, Dior

Green an­ti- or­di : soin hy­dra­tant 3- en- 1 Vine[ ac­tiv], Caudalie

Sas pu­re­té : Blue Se­rum, Cha­nel

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.