IN­TER­VIEW DA­VID HER­NA­NI

Kiteboarder - - TRIP -

Avant de par­tir pour cette an­née sab­ba­tique, quel a été le temps d’or­ga­ni­sa­tion né­ces­saire ? Nous nous sommes dé­ci­dés le 1er­mai pour un dé­part le 17 août, soit deux mois et de­mi in­tenses de pré­pa­ra­tion du cam­ping-car (nou­veaux amé­na­ge­ments, pan­neaux so­laires, nou­velles sus­pen­sions, coffres de toit, etc.), de lo­gis­tique (billets d’avion, ship­ping du cam­ping-car, pièces dé­ta­chées, etc.), de pré­pa­ra­tion de la fu­ture vie sco­laire, des vac­cins, etc. Cer­tains pré­parent ce type de voyage plu­sieurs an­nées avant. Nous, nous en par­lions de­puis plus de 10 ans, mais le cré­neau s’est ou­vert quand on ne s’y at­ten­dait plus. Quel est le bud­get d’un tel pé­riple et comment le fi­nan­cer ? C’est le nerf de la guerre et pour­tant on n’aime pas trop en par­ler… Tout dé­pend de comment on voyage, à com­bien, et évi­dem­ment com­bien de temps. De notre cô­té, notre bud­get à cinq a tour­né au­tour de 80eu­ros par jour en Amé­rique du Sud et Mexique, et au­tour de 140 eu­ros par jour aux USA sa­chant que dans les pays les moins sé­cu­ri­sés, à sa­voir la Co­lom­bie et le Mexique, nous avons souvent dor­mi en cam­ping et que pour les USA, il est qua­si­ment im­pos­sible de faire du cam­ping sau­vage tant le pays est or­ga­ni­sé au­tour des Camp­grounds. Quand on voyage en fa­mille, ce n’est pas le quo­ti­dien qui coûte cher, mais plu­tôt les ex­tras, type ex­cur­sions ou autre. À ce­la, il convient de ra­jou­ter les billets d’avion, les cours du CNED (1800eu­ros), les trois trans­ports par car­go du cam­ping-car (10000eu­ros) et la va­leur du cam­ping-car lui-même. Comment avez-vous gé­ré la sco­la­ri­té des en­fants ? Vive le CNED!!! C’est un sys­tème de cours par cor­res­pon­dance très bien fait. En tra­vaillant une moyenne de deux heures par jour et avec l’aide pré­cieuse de Ti­fenn, Ma­this en se­conde et Thao et Ma­no­lo en 6e ont bou­clé leur pro­gramme dé­but juin avec pour cha­cun un pas­sage dans la classe su­pé­rieure. Si c’était à re­faire, que fe­riez-vous dif­fé­rem­ment ? Le choix du cam­ping-car «clas­sique» a été dic­té par le be­soin de confort né­ces­saire à un voyage en fa­mille. Dis­po­ser d’une douche, d’un chauf­fage ou d’un fri­go est pour nous in­dis­pen­sable quand nous voya­geons en fa­mille. À ce­la il faut ra­jou­ter un grand be­soin en termes de vo­lume de char­ge­ment (3 surfs, 8 ailes, 4 boards, 1 kayak gon­flable, 10 com­bis, 3 har­nais, 5 gi­lets, 2 skates, 2 roues de se­cours, 1 crique, etc.) Par contre, le cam­ping-car clas­sique at­teint très vite ses li­mites dès lors qu’il faut faire du che­min, sans par­ler du tout-ter­rain. Ce­la nous a donc frus­trés plu­sieurs fois, car nous n’avons pas pu at­teindre des points d’in­té­rêts ou des spots à cause de ce­la. Si c’était à re­faire à deux, nous re­par­ti­rions avec un vé­hi­cule 4x4 type pick-up cel­lule ou van amé­na­gé spé­ci­fique. Par contre, je pense que c’est in­fai­sable en fa­mille même si cer­tains le font quand même!!! D’autre part, il faut avoir du temps… Le pro­gramme d’un voyage comme le nôtre qui a com­bi­né Amé­rique du Sud et du Nord en un an est dif­fi­cile à te­nir. Je pense qu’il est plus pru­dent de pré­voir un pro­gramme d’un an par conti­nent. Ce­la per­met de pro­fi­ter au mieux des en­droits et des spots. Nous avons été un peu trop gour­mands!!! Em­me­ner un SUP!!! Faute de place, nous ne l’avions pas pris… Grosse er­reur. Par­tout, il y a des plans d’eau pro­pices à la ba­lade. C’est in­dis­pen­sable, car il n’y a pas de vagues ou de vent par­tout. Quels conseils don­ne­rais-tu à ceux qui veulent par­tir en an­née sab­ba­tique ? Bien pré­pa­rer son voyage, échan­ger avec ceux qui l’ont dé­jà fait, ne pas écou­ter ceux qui vous disent que c’est dan­ge­reux, que l’on ne va pas s’en­tendre, que vous êtes fous… Être fous c’est bien !! Quand une fe­nêtre dans votre vie s’ouvre, comme ce­la nous est ar­ri­vé, ne ré­flé­chis­sez pas, soyez égoïstes et fon­cez. Les amis et la fa­mille se­ront tou­jours là quand vous ren­tre­rez, mais vous, vous au­rez vé­cu votre rêve. Même si c’est dif­fi­cile à or­ga­ni­ser, cer­tains pour­ront même vous re­joindre à dif­fé­rentes étapes comme l’ont fait ma mère, mon ne­veu Mat­téo ou notre ami Bru­no. Comment s’est pas­sé le re­tour à la vie pro­fes­sion­nelle après votre pé­riple ? Tout le long de notre par­cours, nous avons croi­sé des voya­geurs qui avaient loué des vans amé­na­gés ou des cam­ping-cars. L’idée nous est alors ve­nue de cher­cher ce qu’il était pos­sible de faire en France dans ce do­maine. Nous vou­lions pou­voir faire par­ta­ger notre ex­pé­rience. Alors que nous étions tou­jours en voyage, nous avons pris contact avec la so­cié­té Bla­ckS­heep qui est spé­cia­li­sée dans la location de vans amé­na­gés de type VW Ca­li­for­nia et nous avons fi­na­li­sé un par­te­na­riat sous forme de fran­chise pour la Bre­tagne, la Nor­man­die et le Pays nan­tais. Après plu­sieurs mois de mise en route, nous dis­po­sons de 14 vé­hi­cules et l’ac­ti­vi­té est lan­cée avec suc­cès. Site web : www.la­ba­la­de­desn­her­na­ni.com Site web pro : www.bla­cks­heep-van.com Fa­ce­book : la ba­lade des nher­na­ni

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.