La Foire en 2 pages pho­tos

Un jour sans, un jour avec… Voi­là com­ment pour­rait être ré­su­mé le cru 2017 du week-end de foire à Saint-Hi­laire-du-Har­couët avec une mé­téo exé­crable pour le pre­mier jour de fête. Le di­manche, la foule était pré­sente mais moins qu’à l’ac­cou­tu­mée.

La Gazette de la Manche - - La Une - Re­por­tage : Florian Her­vieux

« Ca­tas­tro­phique » ! Le mot était sur beau­coup de lèvres, sa­me­di 11 no­vembre 2017, pour qua­li­fier la pre­mière jour­née de la Foire Saint-Mar­tin. Seuls les pa­ra­pluies et vê­te­ments im­per­méables ont ti­ré leur épingle du jeu dans cette jour­née mar­quée par de fortes pluies et bour­rasques. « C’est ma 32e an­née ici et nous n’avions ja­mais vu un sa­me­di comme ça à la Foire Saint-Mar­tin » , sou­ligne Joël Le Bail, alias Jo­jo la ca­ca­huète, ven­deur de nou­gats au car­re­four de la fête.

Dé­part an­ti­ci­pé le sa­me­di

Une mé­téo qui n’a pas été sans consé­quence du cô­té des dé­bal­leurs mais aus­si des com­mer­çants du centre- ville. Un bou­lan­ger­pâ­tis­sier de Saint-Hi­laire in­dique même avoir per­du 40 % de chiffre d’affaires par rap­port à l’an pas­sé, sur tout le week-end de la SaintMar­tin.

Sa­me­di, les dé­bal­leurs ont pu re­plier leurs étals une heure plus tôt, avec un dé­part an­ti­ci­pé à 17 h, faute de clients. Le len­de­main ma- tin, le doute était tou­jours dans les têtes, face au vent et averses. La foire a fi­na­le­ment pris son cours ha­bi­tuel en dé­but d’après-mi­di, avec l’ar­ri­vée de la foule, ju­gée tou­te­fois « clair­se­mée » . Un avan­tage pour faire des affaires, mais bien loin de la ré­pu­ta­tion de l’évé­ne­ment, où l’on avance ha­bi­tuel­le­ment dans les al­lées « ser­rés comme des sar­dines… » « Une jour­née comme celle de sa­me­di est très rare. Le di­manche res­semble à un bon sa­me­di » , ré­su­mait Pa­trice De­niau, ad­joint en charge des foires et mar­chés. En lot de conso­la­tion, la jour­née du lun­di a, elle, été ju­gée « ex­cep­tion­nelle » pour la qualité de son con­cours agri­cole. Et le mar­di, au­cune goutte de pluie n’était aux pré­vi­sions mé­téo, pour le der­nier jour de la foire. La fête fo­raine, elle, se pour­suit jus­qu’à di­manche.

Joël Le Bail est au car­re­four de la foire de­puis 32 ans. Le ven­deur ven­déen de ca­ca­huètes et nou­gat, qui vient des Sa­blesd’Olonne, est ac­com­pa­gné de son épouse Ma­rie. Le sa­me­di 11 no­vembre, il fal­lait un peu de cou­rage pour mettre le nez de­hors. Pour les plus an­ciens com­mer­çants, c’était « leur pire jour­née » de Foire Saint-Mar­tin. Les plus jeunes sont aus­si mo­bi­li­sés pour l’ins­tant inau­gu­ra­tion, aux cô­tés des élus et of­fi­ciels. La foire a mis un peu de temps à dé­mar­rer le di­manche, avec une ma­ti­née en­core une fois gâ­chée par la mé­téo. Mais l’après-mi­di a bé­né­fi­cié de belles éclair­cies. Le quad du Sdis, uti­li­sé une grande par­tie de l’an­née sur la grande île de Chau­sey, était pré­sent dans les al­lées de la foire, no­tam­ment pour les secours aux per­sonnes. Lors de l’inau­gu­ra­tion du sa­me­di 11 no­vembre, Gil­bert Ba­diou, le maire, a te­nu à mettre à l’hon­neur les jeunes de la ville dis­tin­gués au cours de l’an­née dans divers con­cours pro­fes­sion­nels. Etaient pré­sents Guillaume Le­roux, qui a ré­cem­ment par­ti­ci­pé aux WorldS­kills à Abu Dha­bi ; Lu­cie Ma­de­line et Vaïa­na Ri­vière, élèves au ly­cée agri­cole, qui ont par­ti­ci­pé aux cham­pion­nats du monde des Young Bree­ders ; Lu­cas Le­bouc, mé­daillé de bronze comme meilleur ap­pren­ti de France en ma­çon­ne­rie ; Océane Si­nant, mé­daillée de bronze comme meilleure ap­pren­tie fleu­riste de France ain­si que Li­sa Fon­taine, lau­réate de la bourse Lu­mières des ci­tés.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.