L’an­cien maire lance une pé­ti­tion de sou­tien

La Gazette du Val d'Oise - - La Vallée De L’oise - R. Da.

Tou­ché par la si­tua­tion dé­li­cate des literies Be­noist (lire notre édi­tion du 1er no­vembre), Jean-Pierre Bé­quet, le conseiller mu­ni­ci­pal d’op­po­si­tion (Ps) et an­cien maire d’Auvers-surOise, a dé­ci­dé d’agir. Ven­dre­di 3 no­vembre, l’ex-édile a lan­cé une pé­ti­tion sur le site In­ter­net Change.org. Bap­ti­sée Basf doit payer ses er­reurs, cette pé­ti­tion se veut un sou­tien pour cette en­tre­prise qui em­ploie une cin­quan­taine de per­sonnes et fa­brique des ma­te­las et des som­miers de­puis plus de qua­rante ans, à Auvers.

« Ils ont des dif­fi­cul­tés fi­nan­cières im­por­tantes de­puis cette his­toire alors qu’ils n’y sont pour rien, ex­plique Jean­Pierre Bé­quet. Je connais bien cette en­tre­prise. C’est une Pme lo­cale qui tourne bien et qui est ap­pré­ciée par les Au­ver­sois. J’ai lan­cé cette pé­ti­tion pour aler­ter l’opi­nion et j’ai aus­si écrit au pré­fet du Val-d’Oise pour lui de­man­der de faire pres­sion au ni­veau de l’État. »

Alerte lan­cée

En oc­tobre, l’en­tre­prise Be­noist a été vic­time d’une alerte au pro­duit dan­ge­reux. Basf, le fa­bri­quant de la mousse uti­li­sée pour confec­tion­ner les ma­te­las, a com­mis une er­reur de do­sage dans l’un de ses lots de mousse. Cer­taines de ces mousses se sont re­trou­vées avec un taux anor­ma­le­ment éle­vé de di­chlo­ro­ben­zène (Dcb), un gaz po­ten­tiel­le­ment can­cé­ro­gène. Dès l’alerte lan­cée, la di­rec­tion de l’usine au­ver­soise a stop­pé sa pro­duc­tion et mis son stock de mousses et de ma­te­las en qua­ran­taine. Des pré­lè­ve­ments at­mo­sphé­riques ont été réa­li­sés et se sont ré­vé­lés né­ga­tifs. Une se­maine plus tard, la pro­duc­tion a pu re­prendre len­te­ment. Une fois l’alerte sa­ni­taire le­vée et les risques de conta­mi­na­tion dé­fi­ni­ti­ve­ment écar­tés, les literies Be­noist ont dû faire face à une baisse dan­ge­reuse de leur tré­so­re­rie.

Au­jourd’hui, si Pas­cal Be­noist, le Pdg de l’en­tre­prise, ap­pré­cie l’ini­tia­tive de Jean-Pierre Bé­quet, il sait aus­si que sa so­cié­té n’est pas to­ta­le­ment ti­rée d’af­faire. « C’est bien de sa part d’avoir lan­cé cette pé­ti­tion, confie le pa­tron des literies Be­noist. Notre pro­duc­tion a re­pris nor­ma­le­ment, mais nous ne se­rons pas dé­dom­ma­gés ra­pi­de­ment pour le pré­ju­dice su­bi. Main­te­nant, nous pas­sons par la voie ju­di­ciaire contre nos four­nis­seurs et nous sommes en train de col­lec­ter tous les élé­ments de preuve. Avec les autres fa­bri­cants, nous n’avons pas la pos­si­bi­li­té de lan­cer une action de groupe et nous de­vrons y al­ler un par un. »

Mar­di 14 no­vembre, la pé­ti­tion af­fi­chait 83 si­gna­tures.

Pas­cal Be­noist, le pa­tron des literies Be­noist, ap­pré­cie l’ini­tia­tive de l’an­cien maire. (Photo d’archives)

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.