Deux com­merces fer­més vont rou­vrir

Fer­mée de­puis jan­vier, la mai­son de la presse de La Fer­té doit rou­vrir d’ici la fin de l’an­née. À sa tête, Ta­rek Bou­mar­gu, un jeune Mel­dois qui tra­vaille dans un éta­blis­se­ment si­mi­laire de­puis une di­zaine d’an­nées.

La Marne (Meaux) - - La Une - Axelle Vaisse

Avant la fin de l’an­née, ache­ter son jour­nal place de l’Hô­tel de ville se­ra à nou­veau pos­sible à La Fer­té-sous-Jouarre.

La mai­son de la presse est sur le point de rou­vrir, huit mois après sa fer­me­ture.

Outre les jour­naux, le nou­vel éta­blis­se­ment ven­dra des ar­ticles de pa­pe­te­rie, de té­lé­pho­nie, des jeux à grat­ter et de ti­rage, quelques jouets et des confi­se­ries. Il se­ra un point re­lais co­lis et pro­po­se­ra éga­le­ment dif­fé­rents ser­vices : com­mande de livres, chan­ge­ment de piles de montres, pho­to­co­pies et fax.

Un com­mer­çant

Le re­pre­neur de la mai­son de la presse s’ap­pelle Ta­rek Bou­mar­gu. Ce Mel­dois de 27 ans a, se­lon ses propres mots, « gran­di dans le com­merce ». De­puis une di­zaine d’an­nées, il tra­vaille à Li­zy-sur-Ourcq avec son père, gé­rant du ta­bac-presse en face de la gare, avec qui il a re­pris la mai­son de la presse de la ga­le­rie d’In­ter­mar­ché.

À La Fer­té-sous-Jouarre, com­mune qu’il ap­pré­cie, re­prendre la mai­son de la presse est, pour Ta­rek Bou­mar­gu, l’op­por­tu­ni­té de se lan­cer en so­lo : « J’avais en­vie de mon­ter mon propre pro­jet », ex­plique-t-il. Prêt à s’adap­ter aux de­mandes des clients, le re­pre­neur de la mai­son de la presse compte ou­vrir dès 6 h du ma­tin, comme la bou­lan­ge­rie voi­sine, et fer­mer, le soir, à 19 h 30 ou 20 h.

Re­dy­na­mi­ser le centre-ville

Le jeune homme est heu­reux de re­créer un ser­vice comme ce­lui-ci dans le centre de la com­mune. « Ça manque à La Fer­té », es­time-t-il. Un sen­ti­ment par­ta­gé par le maire, Ugo Pez­zet­ta, ra­vi de cette réou­ver­ture : « Une mai­son de la presse au coeur de la ville, c’est ex­trê­me­ment im­por­tant, es­time-t-il. Non seule­ment pour les consom­ma­teurs, qui avaient leurs ha­bi­tudes, mais éga­le­ment pour les autres com­mer­çants, qui ont res­sen­ti une baisse de fré­quen­ta­tion de­puis la fer­me­ture de la mai­son de la presse. C’est vec­teur de tra­fic et ça va re­don­ner du dy­na­misme au centre-ville. »

Pé­ren­ni­ser le nou­vel éta­blis­se­ment

Après la fer­me­ture de la mai­son de la presse, la Ville avait sui­vi l’évo­lu­tion du dos­sier. « J’ai dit au pro­prié­taire tout l’at­ta­che­ment que j’avais pour voir s’ins­tal­ler de nou­veau une mai­son de la presse et je le re­mer­cie d’avoir tout fait pour, pour­suit Ugo Pez­zet­ta. Je ne sais pas pour­quoi la mai­son de la presse a fer­mé, parce que son four­nis­seur m’a ex­pli­qué qu’ils fai­saient de beaux vo­lumes. »

Le dé­fi de Ta­rek Bou­mar­gu se­ra de réus­sir à pé­ren­ni­ser son éta­blis­se­ment. Le jeune homme se dit prêt à tout mettre en oeuvre pour réus­sir.

Pour l’heure, la date de réou­ver­ture de la mai­son de la presse n’est pas en­core connue.

La mai­son de la presse va rou­vrir, après huit mois de fer­me­ture.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.