Iman et prof, il au­rait en­doc­tri­né ses élèves

Le mi­nis­tère de l’In­té­rieur a or­don­né la fer­me­ture de la mos­quée Rah­ma de Tor­cy. Elle re­pré­sen­te­rait « une me­nace grave pour l’ordre pu­blic ». Son imam, éga­le­ment pro­fes­seur de maths au ly­cée Jean-Mou­lin, a été sus­pen­du par l’Édu­ca­tion na­tio­nale.

La Marne (Meaux) - - La Une - Gur­van Ab­jean

La mos­quée Rah­ma de Tor­cy, si­tuée dans l’ave­nue Lin­gen­feld, a été fer­mée mar­di 11 avril, au ma­tin, sur dé­ci­sion de la pré­fec­ture de Seine-et-Marne. Les forces de po­lice ont pro­cé­dé à des per­qui­si­tions ad­mi­nis­tra­tives dans la salle de prière et aux do­mi­ciles de l’imam et de son sup­pléant.

Se­lon l’ar­rê­té si­gné par le pré­fet, où les rai­sons de cette fer­me­ture sont ex­po­sées, la mos­quée, qui ras­semble jus­qu’à 500 fi­dèles à l’oc­ca­sion de la prière du ven­dre­di, « consti­tue un lieu de ré­fé­rence in­fluent de la mou­vance sa­la­fiste, prô­nant un is­lam ri­go­riste, et re­pré­sente, par les pro­pos qui y sont te­nus et par son in­fluence, une me­nace grave pour la sé­cu­ri­té et l’ordre pu­blic ».

L’ar­rê­té met aus­si en cause l’imam et pré­sident de l’as­so­cia­tion Rah­ma, Ab­de­la­li Bouh­nik, et son sup­pléant : « Ils se si­gnalent de­puis des an­nées par des prêches ou­ver­te­ment hos­tiles aux ins­ti­tu­tions, aux lois ré­pu­bli­caines, à la laï­ci­té ain­si qu’aux Oc­ci­den­taux, aux Chiites et aux juifs, pré­sen­tés comme des en­ne­mis à com­battre. Les deux imams de la mos­quée ont ex­pli­ci­te­ment lé­gi­ti­mé le dji­had ar­mé […] afin de dé­truire les en­ne­mis de l’is­lam en France et dans le monde. »

Ils au­raient mis à la dis­po­si­tion des fi­dèles des ou­vrages cau­tion­nant des actes de vio­lences dont la la­pi­da­tion pour adul­tère. L’as­so­cia­tion au­rait éga­le­ment ap­por­té son sou­tien aux fi­dèles mis en cause lors du dé­man­tè­le­ment de la cel­lule ter­ro­riste dite de «Cannes-Tor­cy», ac­cu­sée d’avoir per­pé­tré un at­ten­tat contre une épi­ce­rie ca­sher à Sar­celles, en sep­tembre 2012. Le pro­cès des vingt membres pré­su­més de cette cel­lule a d’ailleurs dé­bu­té mar­di 18 avril. Il doit du­rer jus­qu’au 7 juillet de­vant la cour d’as­sises spé­ciale de Pa­ris.

L’imam est pro­fes­seur au ly­cée de Tor­cy

Ab­de­la­li Bouh­nik est dé­crit comme un homme hos­tile à l’école ré­pu­bli­caine. Il est pour­tant pro­fes­seur de ma­thé­ma­tiques au ly­cée Jean-Mou­lin de Tor­cy de­puis 30 ans. « Et tous mes en­fants sont sco­la­ri­sés dans le pu­blic », s’étonne-t-il. Les po­li­ciers ont per­qui­si­tion­né son do­mi­cile avant de lui de­man­der de les suivre jus­qu’à la mos­quée. « Ils m’ont dit qu’ils cher­chaient des preuves. Je ne com­prends pas, c’est in­juste. Ja­mais je n’au­rais pu ima­gi­ner ça. C’est un coup de mas­sue. On n’a ja­mais fait ce dont ils nous ac­cusent. »

L’ar­rê­té le met aus­si en cause en de­hors de la mos­quée, dans son tra­vail de pro­fes­seur. Il est ac­cu­sé de pro­sé­ly­tisme au sein des dif­fé­rents éta­blis­se­ments sco­laires dans les­quels il a exer­cé. Des chefs d’éta­blis­se­ments au­raient dé­non­cé ces faits. L’Edu­ca­tion na­tio­nale l’a sus­pen­du à titre conser­va­toire pour quatre mois. Quelques heures après la per­qui­si­tion, il nous a lui-même confié qu’en no­vembre 2016, un an après les at­ten­tats du Ba­ta­clan, des élèves l’avaient ac­cu­sé de leur avoir in­ter­dit d’en par­ler en cours. Il dé­ment ses ac­cu­sa­tions : « Au­cun élève n’a vou­lu

s’ex­pri­mer donc j’ai conti­nué mon cours ! ».

Ab­de­la­li Bouh­nik compte lan­cer une ac­tion en jus­tice avec son avo­cat pour « mettre au clair toutes ces ac­cu­sa­tions ». En at­ten­dant, les fi­dèles prient dans la cour de la mos­quée, tou­jours ou­verte. Ils étaient près de 200, ven­dre­di 14 avril.

Un pro­jet de construc­tion d’une mos­quée

Pour­tant, avant cette fer­me­ture ad­mi­nis­tra­tive, ils es­pé­raient tous quit­ter ces pré­fa­bri­qués

pré­caires pour un vrai lieu de culte. « Nous avons un ter­rain près du foyer Ado­ma, ave­nue Jacques-Pré­vert. Nous vou­lions y construire une mos­quée », ex­plique le pré­sident. Sur sa page Fa­ce­book, l’as­so­cia­tion ex­plique même avoir ob­te­nu un per­mis de construire et pu­blie des vi­suels d’un pro­jet qui semble bien loin­tain dé­sor­mais.

« Lé­gi­ti­mé le dji­had ar­mé »

Les pré­fa­bri­qués du lieu de prière, si­tué l’ave­nue Lin­gen­feld, ne sont plus ac­ces­sibles. Les fi­dèles prient dé­sor­mais dans la cour.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.